Les violences conjugales et confinement : Que faire?

Publié le 19/04/2020 Vu 529 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Plus de 2.000 plaintes pour violences intrafamiliales ont été enregistrées du 6 au 12 avril dernier. Que faire en cas de violences conjugales pendant le confinement?

Plus de 2.000 plaintes pour violences intrafamiliales ont été enregistrées du 6 au 12 avril dernier. Que

Les violences conjugales et confinement : Que faire?

Les violences conjugales et confinement : que faire?

 

Alors que le 24 février 2020, 14 femmes étaient déjà mortes sous les coups de leur compagnon, la question du sort des femmes battues se pose suite aux mesures de confinement prises par le gouvernement le 16 mars dernier.

En Chine, selon un ancien policier fondateur d’une association de lutte contre les violences conjugales, les agressions auraient triplé durant le confinement.

 

 

I.               Etablir son lieu de confinement hors du domicile conjugal

 

Le décret du 16 mars 2020 établissant le confinement n’oblige aucunement à fixer son lieu de confinement à son domicile conjugal.

Les victimes de violences conjugales peuvent donc tout à fait rester confinées dans leur famille, chez des amis ou chez des voisins.

 

De plus, l’abandon du domicile conjugal ne constitue plus une faute lorsque ce dernier est dans le but de se protéger d’un mari violent (article 242 du code civil).

 

Recommandation en cas de départ du domicile pour violence conjugal :

 

  • -        Effectuer une main courante au commissariat afin d’indiquer la raison du départ.
  • -        Faire constater auprès d’un professionnel de santé ses blessures.
  • -        Entamer une procédure contentieuse pour faire reconnaître le divorce au tord exclusif du conjoint violent.

 

 

II.              Contacter les plateformes gouvernementales et associatives

 

Marlène SCHIAPPA l’a rappelé le 19 mars dernier, le numéro d’urgence pour les femmes battues, le 3919, reste ouvert pendant la période de confinement. Il est donc toujours possible de les contacter de 9h à 19h.

 

De plus, la plateforme arretonslesviolences.gouv.fr reste elle aussi active 24h/24 et 7j/7.

 

Les associations d’aides aux victimes de violences conjugales mettent également tout en œuvre pour rester ouvertes malgré le confinement. Il ne faut donc pas hésiter à les contacter. Elles permettent, entre autres, de trouver un hébergement d’urgence.

 

Enfin, le 17 peut aussi être composé en cas d’urgence et ce aussi bien par les victimes que par les témoins.

 

III.            Le maintien des audiences urgentes

 

Durant le confinement, les audiences devant le Juge dites « urgentes » restent maintenues malgré le fonctionnement au ralenti des tribunaux. Or les audiences concernant les ordonnances de protection visant à éloigner le conjoint violent sont des audiences d’urgence, elles sont donc maintenues.

 

Cette ordonnance permet de quitter le domicile conjugal mais aussi peut interdire au conjoint violent d’entrer en relation avec la victime.

 

Important : La loi ELAN du 23 novembre 2018 permet aux victimes de violences conjugales de ne plus payer le loyer après leur départ du domicile.

 

Pour cela il faut :

 

  • -        Écrire au bailleur par lettre recommandé avec accusé de réception
  • -        Joindre une copie de l’ordonnance de protection ou de la condamnation pénale du conjoint violent

 

Pour en savoir plus, consulter notre article sur le lien suivant:

https://www.avocat-omer.fr/divorce/divorce-amiable-violence

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Cabinet Romain OMER

Divorcer n’a jamais été aussi simple, rapide et économique.

Rechercher
Dates de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles