La plainte et sa procédure

Article juridique publié le 13/01/2015 à 12:42, vu 7778 fois, 5 commentaire(s), Auteur : Jérôme CHAMBRON
La plainte et sa procédure

Lorsqu'on est victime d'une infraction on a la possibilité de porter plainte auprès de l'autorité judiciaire par l'intermédiaire des services de police ou de gendarmerie.

Lorsque la police ou la gendarmerie refuse de prendre une plainte on peut écrire (en RAR de préférence pour le délai de 3 mois, voir infra) au procureur de la République de son domicile en dénonçant les faits dont on est victime. Ensuite, le procureur fait convoquer la victime pour être auditionnée par les services de police ou de gendarmerie qui agissent alors sous l'autorité du procureur.

Si la plainte est classée sans suite par le procureur (qui a l'opportunité des poursuites), cela signifie que le procureur ne poursuit pas les auteurs de l'infraction et qu'il ne les renvoie pas devant une juridiction de jugement à savoir le Tribunal correctionnel. Dans ce cas on peut faire appel de cette décision devant le procureur général près la Cour d'appel territorialement compétente qui a autorité hiérarchique sur le procureur. En cas de nouveau classement sans suite d'autres possibilités sont ouvertes à savoir une plainte avec constitution de partie civile devant le doyen des juges d'instruction du Tribunal de grande instance territorialement compétent (le juge d'instruction n'est pas compétent pour les faits contraventionnels comme par exemple des violences avec moins de 9 jours d'ITT, soit 8 jours d'ITT au maximum, par contre le juge d'instruction est compétent pour les faits délictuels soit des violences passibles de prison par exemple à partir de 9 jours d'ITT ou avec arme par destination ou avec arme ; le juge d'instruction est automatiquement saisi par le procureur en matière criminelle soit pour une peine de 10 ans de détention minimum).

Si un délai de 3 mois (article 85 alinéa 2 du Code de procédure pénale (CPP)) s'est écoulé depuis le dépôt de plainte (RAR au parquet ou récépissé ou PV d'audition en police ou en gendarmerie) et que l'on est sans nouvelles écrites des suites de la plainte ou qu'un classement sans suite écrit a été rendu, on peut, pour les crimes et les délits (art. 85 al. 1 du CPP), déposer plainte avec constitution de partie civile devant le doyen des juges d'instruction (ne pas oublier d'y joindre une copie de l'accusé de réception et un justificatif chiffré de vos revenus tel qu'attestation CAF ou copie d'avis d'impôt sur le revenu) qui peut ouvrir une information judiciaire ou rendre une ordonnance de non lieu dont on peut faire appel devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel territorialement compétente (art. 87 al. 3 du CPP).

Si le doyen des juges d'instruction décide d'ouvrir une information judiciaire il peut demander, au vu des revenus du plaignant, le versement d'une somme d'argent appelée consignation (art. 88 du CPP).

Si l'information judiciaire aboutit, le doyen des juges d'instruction renvoie alors l'affaire devant la juridiction compétente (Tribunal correctionnel ou Cour d'assises ou CRPC), il rend alors une ordonnance de renvoi et dans le cas contraire il rend une ordonnance de non lieu.

Pour plus d'informations : http://www.cabinetaci.com/la-plainte-avec-constitution-de-partie-civile/

Article connexe : https://www.legavox.fr/blog/jerome-chambron/denonciation-calomnieuse-dans-code-penal-22728.htm


Commentaire(s) de l'article

Posez votre question sur le forum
Posez gratuitement vos questions sur le forum juridique Légavox
cortes [Membre], le 04/02/2015 à 11:29
quand on dépose une plainte et à cette plainte est attribué un numéro d'enregistrement au parquet.... à quoi on doit s'attendre?
JURISTE26 [Membre], le 04/02/2015 à 11:44
une fois la plainte enregistrée et un numéro attribué à l'affaire, le procureur peut soit classer l'affaire sans suite soit la renvoyer devant la juridiction compétente pour être jugée soit faire un simple rappel à la loi, soit dans certains cas, proposer une transaction par laquelle le mis en cause doit réparer le dommage causé à la victime
M.G70 [Visiteur], le 09/08/2017 à 12:16
MG ( visiteur et victime )
Excellent juriste bénévole. D'une très grande aide quant à mon dossier de plainte car victime de : intrusion de domicile, menaces réitérées d'agression physique sur personne handicapée, victime de menaces de mort réitérées sur le territoire nationale, victime de menaces de destruction de ma maison par incendie ou autres moyens. Outre la plainte déposée auprès des services compétents en milieu rural, Monsieur Chambron m'a été d'une très grande aide quant à la constitution de mon dossier en tant que partie civile. je recommande à toute(s) victime(s) de ne pas hésiter à demander conseil auprès de ce juriste en droit français. Une aide précieuse ! Mille fois merci Monsieur Chambron. Mon dossier est maintenant entre les mains du Procureur de la République de V*****. Je suis confiant. Un grand Monsieur. Merci encore
velo [Visiteur], le 31/01/2018 à 13:24
j'ai été victime un accident de la voie publique le 21 mars 2017. J'ai été auditionné à la gendarmerie le 18 mai 2017, j'ai signalé que je portais plainte contre le chauffeur qui m'a renversée. A ce jour 30 janvier 2018, je n'ai aucune nouvelles, aucun courrier du TGI .
Que faire ?
JURISTE26 [Membre], le 31/01/2018 à 16:25
il faut porter plainte plainte avec constitution de partie civile devant le doyen des juges d'instruction ce qui mettra en mouvement l'action publique et déclenchera une enquête qui sera diligentée par un juge d'instruction.
Ajouter un commentaire