La clause de solidarité dans le bail d'habitation

Article juridique publié le 09/01/2018 à 07:51, vu 441 fois, 0 commentaire(s), Auteur : LA CHASCUNIERE
La clause de solidarité permet au propriétaire de réclamer le loyer, les charges et les réparations locatives au colocataire de son choix. Elle permet en effet au propriétaire de se retourner indifféremment contre l'un ou l'autre des colocataires en cas d'impayés. La solidarité doit faire l'objet d'une clause expresse dans le bail.

En présence d'une clause de solidarité, le propriétaire peut agir en paiement pour l'intégralité de la dette contre l'un ou l'autre des colocataires. Le colocataire poursuivi peut alors se retourner contre les autres locataires pour leur demander le remboursement de leur quote-part. La clause de solidarité ne peut être présumée et doit expressément figurer au contrat de bail pour être effective. En effet, l’article 1202 du Code Civil précise : “La solidarité ne se présume point ; il faut qu'elle soit expressément stipulée.”

En l'absence de clause de solidarité inscrite sur le bail, chaque colocataire est tenu au paiement de l’intégralité du loyer à l'égard du bailleur.Dans ce cas de figure, l’obligation du colocataire cesse à l’expiration du contrat de location, car il n’est pas tenu d’un renouvellement auquel il n'aura pas consenti, soit en délivrant congé puisque le preneur qui en est l’auteur est libéré pour l'avenir, mais reste tenu des éventuels arriérés.

Si l’un des colocataires donne congé, le bail se poursuit normalement avec les autres. La solidarité est soit légale soit conventionnelle. En matière de bail d’habitation, la clause de solidarité entre colocataires ressort de la liberté contractuelle, et constitue une garantie de paiement pour le bailleur. En effet, même s’il a délivré congé, le colocataire solidaire demeure tenu jusqu’au terme du bail et dans les limites de la clause de solidarité, généralement à concurrence du loyer et de ses accessoires constitués par les charges. La solidarité fait du colocataire partant un garant du colocataire qui reste dans les lieux. Mais si le colocataire solidaire reste tenu du paiement du loyer et des charges, il est néanmoins libéré de sa responsabilité en qualité de locataire pour tout ce qui concerne les dommages aux lieux loués occasionnés après son départ.

La solidarité instaurée entre les colocataires permet au bailleur de solliciter la condamnation d’un seul d’entre eux pour le tout. Le colocataire qui a payé la totalité de la dette dispose alors de l’action récursoire prévue à l’article 1213 du Code Civil, lequel ne règle cependant pas le calcul de la part contributive de chaque débiteur solidaire entre eux. La règle est celle du maintien de la clause de solidarité à l’expiration du bail initial, sous réserve cependant que l’un des colocataires ne se soit pas opposé au jeu de la tacite reconduction. Il résulte de l’article 1738 du Code Civil, que la tacite reconduction a pour effet de donner naissance à un nouveau bail qui comportera les mêmes conditions que l’ancien.

La jurisprudence a depuis longtemps affirmé que la solidarité stipulée dans le bail primitif entre le bailleur et les colocataires continuait d’exister en cas de tacite reconduction. Les Juges rappellent constamment que la solidarité stipulée entre les colocataires d’un local d’habitation ne prend pas fin du fait que l’un des colocataires a donné congé.

La suite sur notre blog


Commentaire(s) de l'article

Posez votre question sur le forum
Posez gratuitement vos questions sur le forum juridique Légavox
Ajouter un commentaire