Les droits successoraux du conjoint survivant

Billet du blog publié le 22/08/2018 à 06:31, vu 298 fois, 0 commentaire(s), Auteur : LA CHASCUNIERE
Le conjoint survivant a la qualité d’héritier légal qui lui confère des droits dans la succession de l’époux prédécédé même en l’absence de libéralités entre époux.

I. La vocation successorale du conjoint survivant

A. Conditions de la vocation successorale du conjoint

La vocation successorale bénéficie au conjoint survivant non divorcé aux termes d’un jugement ayant acquis l’autorité de la chose jugée. En cas de séparation de corps par consentement mutuel, la convention peut prévoir la renonciation des époux à leurs droits successoraux réciproques.

Le conjoint survivant doit remplir les conditions exigées de tout héritier pour pouvoir venir à la succession et dispose de l’option successorale.

B. Vocation successorale en présence de descendants du défunt

Lorsque le défunt laisse des descendants qui sont tous issus de son union avec le conjoint survivant, celui-ci a le choix entre l’usufruit de la totalité des biens composant la succession ou la propriété du quart de ces biens.

Lorsque l’un au moins de ces descendants est issu d’une autre union ou d’un précédent mariage du défunt, le conjoint survivant perd son droit d’option. Ses droits sont d’un quart en pleine propriété.

Aucun délai n’est imparti au conjoint pour exercer son option, mais chaque héritier peut l’inviter par écrit à exercer son droit. À défaut de réponse dans les trois mois, le conjoint est réputé avoir opté pour l’usufruit. L’option n’est pas transmissible et si le conjoint décède avant d’avoir exercé son droit, il est réputé avoir opté pour l’usufruit.

C. Vocation successorale en présence du père et/ou de la mère du défunt

Si le défunt laisse ses deux parents, le conjoint survivant recueille la moitié de la succession, l’autre moitié se partageant entre les père et mère.

Si l’un des deux parents est prédécédé, le conjoint survivant recueille les trois quarts de la succession. Il en va de même si l’un des père et mère renonce à la succession ou est déclaré indigne de succéder.


D. Vocation successorale en présence d’autres héritiers

En présence d’autres héritiers du défunt, le conjoint survivant recueille la totalité de la succession, sous réserve de deux limites :
- Lorsque le conjoint recueille la totalité ou les trois quarts de la succession, les ascendants ordinaires disposent d’une créance d’aliments contre la succession du défunt. Elle doit être réclamée dans le délai d’un an à partir du décès ou du moment où les héritiers cessent d’acquitter les prestations qu’ils fournissaient auparavant aux ascendants.
- S’il existe des collatéraux privilégiés ou descendants d’eux, ils bénéficient d’un droit de retour légal sur la moitié des biens que le défunt avait pu recevoir par donation ou succession de la part de ses ascendants si ces biens figurent toujours en nature dans la succession.

E. Exercice des droits successoraux du conjoint survivant

Lorsque les droits du conjoint survivant ne portent que sur une partie de la succession, ils doivent faire l’objet d’une liquidation. Les règles diffèrent selon qu’il s’agit de droits en pleine propriété ou en usufruit.

Les droits en pleine propriété sont calculés sur une masse de biens (masse de calcul) qui comprend tous les biens existant au décès auxquels sont réunis fictivement les biens dont le défunt a disposé par donation ou testament au profit de successibles sans dispense de rapport. Les biens sont évalués à leur valeur au jour du partage selon leur état au jour de la donation.

Une fois calculés, les droits du conjoint s’exercent sur une masse de biens (masse d’exercice) plus restreinte. Elle comprend uniquement les biens existant au décès, à l’exclusion de ceux dont le défunt a disposé par acte entre vifs ou testamentaires, car le conjoint survivant n’est pas, sauf exception, un héritier réservataire. Sont également exclus les biens faisant l’objet d’un droit de retour. Enfin, s’il existe des héritiers réservataires, les droits du conjoint ne s’exercent que sur la quotité disponible subsistante.

Lorsque la vocation successorale du conjoint est en usufruit, celui-ci s’exerce sur l’ensemble des biens existant au décès, déduction faite des biens légués, sauf si c’est un legs en nue-propriété. Il peut s’exercer sur la réserve.

L’usufruit peut être converti en rente viagère à la demande de chaque héritier nu-propriétaire ou du conjoint. À défaut d’accord amiable, la conversion peut résulter d’une décision judiciaire, mais le juge ne peut ordonner la conversion de l’usufruit portant sur le logement occupé à titre de résidence principale sans l’accord du conjoint.

L’usufruit peut également être converti en capital mais uniquement par accord entre le conjoint et les héritiers.

Outre les droits dont il dispose dans la succession en tant qu’héritier, le conjoint survivant bénéficie de droits spécifiques à l’encontre de la succession en sa qualité de conjoint.



II. Le droit au logement

Retrouvez cet article sur notre blog


Commentaire(s) de l'article

Posez votre question sur le forum
Posez gratuitement vos questions sur le forum juridique Légavox
Ajouter un commentaire