L'hébergement par le locataire

Article juridique publié le 20/02/2018 à 08:26, vu 725 fois, 0 commentaire(s), Auteur : LA CHASCUNIERE
L’hébergement est la mise à disposition d’une partie de son logement à un tiers, généralement provisoirement et surtout gratuitement.

Si le contrat n’interdit pas l’hébergement, le locataire est libre de recevoir qui il veut et aussi longtemps qu’il le souhaite, même si la sous-location lui est interdite. La sous-location contrairement à l’hébergement correspond pour un locataire de mettre à disposition son logement à un tiers en contrepartie d’un loyer ; la sous-location est donc un contrat de location conclu entre un locataire et une autre personne, le sous-locataire. Ainsi, lorsqu'un locataire loge provisoirement et gratuitement une tierce personne, il ne s’agit pas d’une sous-location mais d’un hébergement.

Cependant, certaines clauses du contrat de location viennent parfois limiter ou interdire l’hébergement d’une tierce personne par un locataire.La jurisprudence a régulièrement assoupli cette interdiction de principe en reconnaissant au locataire la faculté d’héberger des membres de sa famille. En effet, les tribunaux ont délimité le contour de l’interdiction contractuelle et ont reconnu que l’hébergement familial ne constituait pas une sous-location prohibée.

Ce droit d’hébergement a d’ailleurs été reconnu par la Cour de cassation à l’occasion d’un litige portant sur une clause interdisant au locataire d’héberger des tiers ; cette jurisprudence rappelle le principe selon lequel toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale.En outre, cette notion de proche comprend les membres de la famille avec un lien de parenté ou d’alliance mais ne saurait exclure des situations de fait.

Enfin, la loi du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement est venue compléter la liste des clauses réputées non écrites de l’article 4 de la loi du 6 juillet 1989 ; dorénavant, est réputée non écrite la clause qui interdit au locataire d’héberger des personnes ne vivant pas habituellement avec celui-ci.

En conclusion, une telle clause ne produirait alors aucun effet si le bénéficiaire est un membre de la famille du locataire, à condition que ce dernier occupe effectivement les lieux. Cependant, les locataires d’appartements faisant moins de 16m2 ne peuvent pas accueillir plus de deux occupants, sinon il y a surpeuplement.

Qui que soit la personne accueillie, l’hébergement doit se faire sans contrepartie, donc gratuitement. La notion de contrepartie ne signifie pas obligatoirement le paiement partiel du loyer. Ainsi, le paiement d’une partie des charges est assimilé à une contrepartie, tout comme un hébergement en échange de travaux réalisés pour le locataire. À plusieurs reprises les tribunaux ont considéré, que dans les deux cas, il s’agissait d’une contrepartie et donc d’une sous-location cachée.Le locataire peut également être sanctionné par tribunaux lorsqu'il n'occupe plus le logement mais y héberge d’autres personnes, même à titre gratuit. Dans ce cas, il risque la déchéance du droit de bail, c’est-à-dire l’expulsion.

La suite sur notre blog


Commentaire(s) de l'article

Posez votre question sur le forum
Posez gratuitement vos questions sur le forum juridique Légavox
Ajouter un commentaire