La notion de destination de l'immeuble en copropriété

Publié le Modifié le 28/06/2018 Par LA CHASCUNIERE Vu 6 504 fois 3

La destination de l'immeuble résulte de l'ensemble des stipulations du règlement de copropriété et notamment de la destination donnée aux parties privatives.

La notion de destination de l'immeuble en copropriété

On distingue par exemple :

- immeuble à destination exclusivement d'habitation,

- immeuble à usage principal d'habitation avec possibilité d'usage professionnel,

- immeuble à destination mixte : habitation et commercial,immeuble à usage commercial...

La jurisprudence admet qu'un immeuble en copropriété puisse recevoir une destination spécifique telle qu'une résidence de services. Les tribunaux prennent en considération la destination conventionnelle de l'immeuble, ils prennent également en compte les caractères matériels ou la situation de l'immeuble. La destination participe donc de facteurs objectifs.La destination de l'immeuble ne doit pas être confondue avec l'intérêt des copropriétaires

L'article 8 alinéa 2 de la loi du 10 juillet 1965 interdit d'imposer aux copropriétaires des restrictions non justifiées par la destination de l'immeuble, telle qu'elle est définie aux actes, par ses caractères ou sa situation.

L'article 9 proclame le droit des copropriétaires à jouir librement des parties privatives incluses dans leurs lots et des parties communes à condition de ne porter atteinte ni aux droits des autres copropriétaires, ni à la destination de l'immeuble.

L'article 25b prévoit que l'assemblée peut autoriser certains copropriétaires certains copropriétaires à faire à leurs frais des travaux affectant les parties communes ou l'aspect extérieur de l'immeuble à la condition qu'ils soient conformes à la destination de celui-ci. Aux termes du dernier alinéa de l'article 26, l'assemblée générale ne peut, sauf à l'unanimité des voix de tous les copropriétaires, décider de l'aliénation des parties communes dont la conservation serait nécessaire au respect de la destination de l'immeuble.

D'après l'article 30 alinéa 1, l'assemblée, dans les conditions de majorité renforcée, peut décider des améliorations à condition qu'elles soient conformes à la destination de l'immeuble.Enfin, aux termes de l'article 34, la décision prise en vertu de l'article 30 n'est pas opposable au copropriétaire opposant qui a saisi le tribunal de grande instance en vue de faire reconnaître que l'amélioration décidée présente un caractère somptuaire eu égard à l'état, aux caractéristiques et à la destination de l'immeuble.

Les clauses du règlement de copropriété restreignant les possibilités d'usage des parties privatives ne sont valables que si elles sont justifiées par la destination de l'immeuble. Ainsi, dans un immeuble d'habitation, la stipulation selon laquelle une profession libérale pourra être exercée , mais à la condition que la destib=nation principale de l'appartement demeure l'habitation peut être considérée comme valable.Le règlement de copropriété fixe en application de l'article 8 de la loi 10 juillet 1965, la destination des parties privatives, ainsi, il ne pourra pas être exercé une activité commerciale dans un appartement affecté à l'habitation par le règlement de copropriété. La destination d'habitation bourgeoise simple de l'immeuble a pour conséquence d'autoriser l'exercice d'une profession libérale.

La Cour de Cassation avait considéré que les restrictions susceptibles d'être justifiée par la destination de l'immeuble en application de l'article 8 alinéa 2 ne pouvaient affecter le droit de libre disposition affirmé par l'article 9, c'est-à-dire le droit pour un copropriétaire de vendre son lot. Puis la Cour de Cassation a par la suite, infléchi sa position. Aini il a été jugé que l'interdiction de louer les chambres de service à des personnes qui ne seraient pas propriétaires ou locataires d'appartements dans l'immeuble était justifiée par la destination de l'immeuble.

Retrouvez cet article sur notre blog

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par Vish
04/06/19 16:56

Bonjour,
Notre copropriété prévoir de modifier le règlement du copropriété pour interdire la mise en location ou la vente des garages à des personnes ne habitant pas la résidence.
Les garages sont au RdC et sont des garages fermés en bas de chaque immeuble.
J'ai acheté un garage qui n'est pas sous mon appartement mais dans l'immeuble à côté dans le même copropriété.
Est-ce que la copropriété a la droit de faire voter ce nouveau règlement? Faut-il une autorisation à l’unanimité ou juste la majorité, si toute fois c'est légale, pour modifier le règlement de copropriété?

Merci par avance de vos réponses.

Publié par Genry
09/06/19 06:29

Bonjour,

La loi de mobilisation sur le logement et la lutte contre l’exclusion du 25 mars 2009 a créé la possibilité pour un syndicat d’instaurer une priorité de vente d’un emplacement de stationnement aux autres copropriétaires de la même résidence. Cette priorité n’est pas obligatoire mais si le syndicat décide de la mettre en pratique, il conviendra de respecter les conditions de prescription suivantes :

- l’existence d’un PLU en milieu urbain exigeant des places de parking,
- la difficulté de stationnement dans le quartier,
- l’allotissement de l’emplacement,
- une vente séparée du lot principal (habitation, commerce, bureau).

Si les conditions sont remplies, il est alors possible au syndicat de procéder à la modification du règlement à l’unanimité lors d’une assemblée générale. Les modalités d’application de cette priorité sont fixées par la loi Boutin à savoir :
- information par le syndic de la mise en vente du lot par courrier recommandé,
- communication à tous les copropriétaires,
- les copropriétaires intéressés doivent se manifester dans les 2 mois auprès du syndic par courrier recommandé.

Il ne peut être question d'interdire la vente à d'interdire la vente à des non copropriétaires

Publié par robert
19/09/19 20:51

Bonjour; je viens d acquerir un appartement dans une copropriete;je l ai achete parce qu il y avait un toit terasse faisant partie des parties communes non privatives et l ancien proprietaire vendeur m avait dit que l on pouvait monter pour passer du temps dessus; je n ai pas bien lu le reglement a ce sujet et là , les autres coproprietaires m interdisent d y aller parce que c est marque sur le reglement; ai je un recours?

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles