Monopole d'Etat sur les jeux d'argent en ligne

Publié le 23/09/2009 Vu 5 547 fois 3
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Une décision très attendue a récemment été rendue par la CJCE dans le cadre des monopoles d'Etat sur les jeux en ligne alors que le projet de loi français doit être examiné par l'assemblée début octobre.

Une décision très attendue a récemment été rendue par la CJCE dans le cadre des monopoles d'Etat sur les

Monopole d'Etat sur les jeux d'argent en ligne

Une décision très attendue a récemment été rendue par la CJCE dans le cadre des monopoles d'Etat sur les jeux en ligne.

Dans un arrêt du 8 septembre dernier [CJCE, 8 sept. 2009, affaire C-42/07], la Cour a jugé légitime la volonté d'un Etat d'interdire les opérateurs de jeux en ligne.

 

Cette décision intervient au moment même où la France s'apprête à débattre de l'ouverture des jeux d'argent en ligne sur son territoire.

Le texte de loi élaboré par le ministre du budget, Eric Woerth, doit en effet être présenté aux députés les 7 et 8 octobre prochain.

En l'espèce, saisie par un tribunal portugais, la CJCE a tranché en faveur du monopole historique, la Santa Casa de Misericordia de Lisboa, aux dépens de la société Bwin.

 

Bwin est une entreprise de jeux en ligne ayant son siège à Gibraltar. Bwin n'a aucun établissement au Portugal : ses serveurs pour l'offre en ligne sont situés à Gibraltar et en Autriche.

Les paris sportifs proposés portent sur les résultats tant des rencontres de football que d'autres compétitions sportives.

Bwin a en outre conclu un contrat de sponsoring avec ligue portugaise de football.

L'opérateur de loterie Santa Casa a multiplié les recours en justice afin de dénoncer l'accord de sponsoring au nom de la défense de son monopole exclusif sur les paris sportifs et autres loteries.

Et la Cour a ici estimé que la législation portugaise constitue bel et bien une "restriction à la libre circulation des services", mais que celle-ci est "justifiée" par des raisons impérieuses d'"intérêt général", comme la "lutte contre la criminalité".

L'arrêt de la Cour précise : "En effet, compte tenu de l'importance des sommes qu'ils permettent de collecter et des gains qu'ils peuvent offrir aux joueurs, ces jeux comportent des risques élevés de délits et de fraudes."

Les magistrats notent au passage que "les jeux de hasard accessibles par l'Internet comportent des risques de nature différente et d'une importance accrue par rapport aux marchés traditionnels de tels jeux en ce qui concerne d'éventuelles fraudes commises par les opérateurs contre les consommateurs ".

 

L'arrêt de la CJCE intervient alors que la Commission européenne a multiplié les procédures d'infraction à l'encontre des monopoles historiques.

Les Etats européens abordent la question de l'ouverture à la concurrence du marché des jeux d'argent en ligne en ordre dispersé.

Ceci s'explique aisément car il n'y a pas de directive européenne sur le sujet.

Le Portugal fait partie des pays qui refusent cette ouverture, à l'instar de l'Allemagne, de la Finlande, de la Suède ou des Pays-Bas.

D'autres ont déjà autorisé les jeux d'argent en ligne, comme la Grande-Bretagne ou Malte où se sont installés de nombreux sites de paris.

L'exemple de l'Italie, en cours de réforme a été suivi de près par la France.

Les partisans de l'ouverture s'appuient sur le principe de « libre prestation de services » (article 49 du traité CE) pour justifier leur demande.

 

Actuellement, en France, toute opération faisant naître un espoir de gain et reposant sur le hasard est interdite.

Cette interdiction est posée par la loi du 21 mars 1836 portant prohibition des loteries.

Cependant, les jeux en ligne n'exigeant aucune contrepartie financière du participant sont autorisés.

S'agissant des sites de paris payants, deux exceptions existent : la Française des Jeux (FDJ) et le Paris Mutuel Urbain (PMU).

 

La règle européenne est la "liberté des prestations de services" (article 49 du Traité CE).

Toutefois, une jurisprudence assez ancienne de la Cour de justice européenne autorise, de façon très restrictive, certaines exceptions à cette règle : la libre prestation des services peut ainsi être restreinte que pour des "raisons impérieuses" comme les "activités criminelles".

Ainsi, une restriction à la libre prestation de services, découlant d'une autorisation limitée des jeux d'argent dans le cadre de droits spéciaux ou exclusifs accordés ou concédés à certains organismes, ne peut être justifiée que si elle est nécessaire pour atteindre l'objectif consistant à prévenir l'exploitation des jeux de hasard à des fins criminelles ou frauduleuses [CJCE Zenatti, 21 octobre 1999, C-67/98, CJCE Gambelli e.a, 6 novembre 2003, C-243/01, CJCE Placanica e.a., 6 mars 2007, C-338/04, C-359/04, C-360/04].

En conséquence, la Cour ne nie pas le droit de limiter la concurrence au monopole d'Etat, mais cette restriction doit être motivée par un souci de « prévenir l'exploitation de jeux de hasard à des fins criminelles ou frauduleuses ».

C'est cette solution qui a été retenue dans l'affaire BWIN.

 

Rappelons qu'en 2006, la Commission européenne a engagé une procédure d'infraction, notamment à l'encontre de la France, pour "entrave à la concurrence dans le secteur des paris sportifs ".

La France a ainsi été déjà destinataire, le 27 juin 2007, d'un avis motivé de la Commission européenne réclamant une modification de la législation française concernant les paris sportifs en France [IP/07/909 du 27 juin 2007].

La Commission a estimé que ces restrictions posées par le droit français n'étaient pas compatibles avec le droit communautaire existant dans la mesure où la France n'avait pas démontré que les mesures prises pour limiter la libre prestation de services de paris sportifs sont nécessaires, adéquates et non discriminatoires.

L'avis motivé de la Commission européenne contre la France constitue la dernière étape formelle de la procédure d'infraction contre la France avant saisine de la Cour de justice des Communautés Européennes.

Cet avis liste tous les griefs de la Commission européenne contre la législation Française sur les jeux d'argent octroyant à la Française des Jeux et au PMU un monopole sur les paris sportifs et les paris hippiques en ligne et exige formellement de la France qu'elle mette fin aux infractions constatées.

 

Le projet de loi autorisant les jeux en ligne doit donc être examiné à l'Assemblée nationale les 7 et 8 octobre prochain, l'objectif d'une ouverture du marché au 1er janvier 2010, initialement fixé, ayant été repoussé au printemps 2010.

Le projet de loi propose la mise en place d'une autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) chargée de répondre aux demandes de licences de jeux qui seront déposées par les opérateurs dès que la loi sera adoptée et les décrets d'application publiés.

Afin de lutter contre les sites illégaux, l'ARJEL s'appuiera sur des "cyberpatrouilleurs" (des officiers de police judiciaire) qui feront des recherches sur internet et seront chargés de détecter l'activité des sites illégaux en analysant les débits informatiques.

Enfin, des "joueurs mystères" testeront les sites agréés en France afin de vérifier qu'ils respectent la loi.

Le dispositif de contrôle a été renforcé après son examen en commission des finances à l'Assemblée nationale.

L'ARJEL pourra ainsi initier une procédure visant à "bloquer une transaction illégale et bloquer les connexions des sites non agréés" avec une compétence donnée au juge des référés.

Enfin, afin de lutter contre l'addiction, la commission des finances a limité à un euro par donne les mises dans les jeux de poker en ligne, seul jeu de cercle autorisé.

Les sites qui ont actuellement une activité en France et qui réclameront leur agrément devront mettre à zéro leur liste d'abonnés.

En outre, aucune licence ne sera attribuée aux sites dont les dirigeants auront été condamnés pénalement.

Vous avez une question ?
Blog de Nathalie Roze

Alexandra ROZE

59 € TTC

71 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Corentin
23/09/2009 13:23

article très intéressant ! merci !

2 Publié par Visiteur
01/10/2009 08:40

Corentin Kerhuel. Savez-vous comment il est possible de se procurer le texte intégral et" motivé" de l'avis IP/07/909 envoyé à la France par la Commission? Je n'ai trouvé sur le site Europa qu'un commentaire destiné à la presse.Je prépare un dossier sur les jeux d'argent. Merci. Michel Ochard (c'est mon nom)

3 Publié par cyrille01
27/01/2010 16:05

On pourrait envisager une ouverture du marché aux opérateurs en ligne de jeux et paris situés à l'étranger qui ne contreviendrait pas aux décisions européennes....
Il suffirait pour cela d'edicter dans la loi que seuls seront agréés les sites en provenance de pays qui disposent d'un régime de licence et de supervision des opérateurs similaire ou de qualité égale à celui qui existe en France. Après tout il y a un intéret légitime à protéger les parieurs.
De cette manière le marché est ouvert à la concurrence et les sites en provenance de pays peu réglementés seraient exclus et fermés.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Nathalie Roze

Nathalie Roze

Docteur en Droit

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

59 € Ttc

Rép : 24h maximum

71 évaluations positives

Note : (5/5)
Dates de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles