Présence de l'avocat lors des interrogatoires de garde à vue

Publié le 22/01/2010 Vu 13 606 fois 6
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La cour d’appel de Nancy vient de rejoindre la jurisprudence européenne en annulant des procès-verbaux de garde à vue, dans une affaire de stupéfiants, estimant que la procédure est contraire à la Convention européenne des droits de l’Homme.

La cour d’appel de Nancy vient de rejoindre la jurisprudence européenne en annulant des procès-verbaux de

Présence de l'avocat lors des interrogatoires de garde à vue

«L'absence d'avocat lors de la garde à vue viole le droit de tout accusé à être défendu par un avocat ». C'est par cette phrase que la Cour Européenne des Droits de l'Homme a motivé sa décision dans un arrêt Dayanan c/Turquie rendu le 13 octobre 2009.

Dans l'arrêt SALDUZ du 27 novembre 2008, la CEDH a estimé « qu'il est en principe porté une atteinte irrémédiable aux droits de la défense lorsque des déclarations incriminantes aux droits de la défense faites lors d'un interrogatoire de police subi sans assistance possible d'un avocat sont utilisées pour fonder une condamnation ».

Dans le cas d'espèce qui lui était soumis, elle a constaté que les seuls moyens de preuve opératoires ayant fondé la condamnation pénale de l'intéressé étaient ses propres déclarations recueillies au cours d'interrogatoire sans la présence d'un avocat.

La cour d’appel de Nancy vient de rejoindre la jurisprudence européenne en annulant des procès-verbaux de garde à vue, dans une affaire de stupéfiants, estimant que la procédure est contraire à la Convention européenne des droits de l’Homme.

En France, un gardé à vue peut être interrogé sans avoir pu consulter au préalable un avocat. Le code de procédure pénale prévoit un entretien avec l’avocat dès la première heure de garde à vue (article 63-4 cpp), mais uniquement hors audition.

En outre, dans les affaires de stupéfiants (art. 706-73 cpp), cet entretien avec un avocat n’est permis qu’à partir de la 72ème heure de garde à vue.

Quelques tribunaux avaient déjà rejeté des PV de garde à vue, pour le même motif, mais s'agissant d'une Cour d'Appel, il s'agit d'une première.

Pour rendre cet arrêt inédit, les magistrats de Nancy se sont donc fondés sur l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’Homme qui consacre le droit à un procès équitable, ainsi que sur la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme, qui imposent l’accès immédiat à un avocat pour une personne placée en détention.

 

Dans les arrêts SALDUZ contre Turquie du 27 novembre 2008 et DAYANAN contre Turquie du 13 octobre 2009, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), pour conclure à la violation des dispositions de l'article 6 de la Convention de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales (CSDHLF), relève que le requérant n'a pu se faire assister d'un avocat pendant sa garde à vue.

Dans ces deux décisions, les mis en cause n'avaient pu avoir accès à un avocat, la législation turque en vigueur à l'époque des fait ne prévoyant pas l'intervention d'un avocat au stade de la garde à vue pour certaines infractions.

A titre liminaire, il convient de rappeler qu'en application de l'article 46 de la CSDHLF, les arrêts définitifs de la CEDH n'ont de force obligatoire qu'à l'égard des Etats parties dans l'affaire qui a été soumise à cette juridiction.

Les arrêts précités n'ont donc aucune force obligatoire pour la France qui n'a jamais été condamnée par la CEDH pour violation de l'article 6 de la CSDHLF en raison des conditions dans lesquelles les personnes en garde à vue ont accès à un avocat.


La législation française prévoit la possibilité pour le mis en cause d'avoir accès à un avocat au cours de sa garde à vue :

1/ Dans le cadre d'une garde à vue pour une infraction de droit commun

Les dispositions de l'article 63-4 du code de procédure pénale (CPP) prévoit que « dès le début de la garde à vue, la personne peut demander à s'entretenir avec un avocat » dans le cadre d'une enquête de flagrance. Au besoin, elle peut demander qu'il lui en soit commis un d'office par le bâtonnier.

L’avocat ne peut assister aux interrogatoires du mis en cause et n’a pas accès au dossier. Il est simplement informé de la nature et de la date de l'infraction qui est reprochée au mis en cause. Il peut s'entretenir avec celui-ci et à l'issue de l'entretien, d'une durée maximale de 30 minutes, il peut présenter des observations écrites qui sont jointes à la procédure.

En application des articles 77 et 154 du même code qui renvoient à l'article 63-4 précité, ces règles s'appliquent également aux gardes à vue intervenant dans le cadre d'une enquête préliminaire ou d'une commission rogatoire.

En cas de prolongation, les gardés à vue peuvent demander à s'entretenir à nouveau avec un avocat dès le début de la prolongation, dans les conditions et selon les modalités, précitées, conformément à l'alinéa 6 de l'article 63-4 du code de procédure pénale.

 

2/ Dans le cadre d'une infraction relevant de la criminalité ou de la délinquance organisée


La législation turque à l'époque des faits visés dans les affaires SALDUZ et DAYANAN interdisait l'accès à un avocat à toute personne placée en garde à vue pour une infraction relevant de la compétence des cours de sûreté de l'Etat.

Le droit français, quant à lui, prévoit bien l'intervention d'un avocat lorsque la garde à vue est prise pour une infraction relative à la délinquance ou à la criminalité organisée.

Mais dans de telles hypothèses, l'intervention de l'avocat est différée de 48 à 72 heures à compter du placement en garde à vue que lorsque le mis en cause est en garde à vue pour certaines infractions, d'une gravité singulière et limitativement énumérées par le dernier alinéa de l'article 63-4 et l'article 706-88 du CPP :

- à l'issue de la 48e heure : enlèvement et séquestration en bande organisée, proxénétisme aggravé, vol en bande organisée, extorsion aggravée, association de malfaiteurs lorsqu'ils ont pour objet la préparation de l'une des infractions visées à l'article 706-73 du code de procédure pénale ;

- à l'issue de la 72e heure : trafic de stupéfiants et crimes et délits constituant des actes de terrorisme.

 

La jurisprudence actuelle de la Cour de Cassation considère que ce régime dérogatoire n'est pas incompatible avec l'article 6 de la CSDHLF.

Dans l'arrêt SALDUZ(1), la CEDH a considéré que la démonstration « de raisons impérieuses, à la lumière des circonstances particulières de l'espèce », peut conduire à restreindre le droit à avoir à accès à un avocat dès le premier interrogatoire, et que, « toute exception à la jouissance de ce droit [à un prompt accès à un avocat] doit être clairement circonscrite et son application strictement limitée dans le temps ».


Jusqu’à présent, le dispositif dérogatoire français, qui consiste en un aménagement de l'exercice des droits de la défense, et non en une prohibition de l'accès à l'avocat, n'apparaît pas à la cour de Cassation contraire à la jurisprudence de la CEDH.

La chambre criminelle s'est prononcée en ce sens, puisque, par un arrêt du 20 mars 2007, elle a affirmé que « les dispositions du dernier alinéa de l'article 63-4 et de l'article 706-73 du code de procédure pénale ne sont pas incompatibles avec les dispositions conventionnelles invoquées [article 6] ».

Il est important de rappeler que cet arrêt a été rendu par la Cour de cassation postérieurement à celui de la CEDH du 6 juin 2000, MAGEE contre Royaume-Uni, dans lequel la Cour européenne avait déjà estimé dans une affaire relative à des actes terroristes, que « pour l'équité de la procédure, le requérant aurait dû avoir un accès à un sollicitor dès les premiers stades de l'interrogatoire... ».

Cette précision illustre bien la réticence des magistrats français à la présence de l’avocat pendant les interrogatoires de garde à vue.

Le Conseil constitutionnel considère, quant à lui, que le régime dérogatoire de garde à vue prévu au dernier alinéa de l'article 63-4 cpp est conforme à la Constitution du 4 octobre 1958.

Dans ses décisions n° 93-326 du 11 août 1993 (considérant 11) et n° 2004-492 du 2 mars 2004 (considérant 30), le Conseil constitutionnel a souligné que le législateur peut prévoir « des règles de procédure différentes selon les faits, les situations et les personnes auxquelles elles s'appliquent, mais à la condition que ces différences de procédures ne procèdent pas de discriminations injustifiées et que soient assurées aux justiciables des garanties égales, notamment quant au respect du principe des droits de la défense ».

Dans sa décision du 2 mars 2004 précitée, le Conseil constitutionnel a estimé que le report de l'entretien avec l'avocat à la 48e heure de garde à vue(2), « justifié par la gravité et la complexité des infractions concernées, s'il modifie les modalités d'exercice des droits de la défense, n'en met pas en cause le principe » (considérant 32).


Il a ainsi considéré que les dispositions du dernier alinéa de l'article 63-4 précité « ne portent une atteinte injustifiée ni à la liberté individuelle, ni aux droits de la défense, ni aux prérogatives de l'autorité judiciaire », dès lors que le procureur de la République, membre de l'autorité judiciaire, peut contrôler la qualification des faits qui est portée à sa connaissance par l'officier de police judiciaire, et donc le report éventuel de l'intervention de l'avocat au cours de la garde à vue (considérants 33 et 34).
Les dispositions du dernier alinéa de l'article 63-4 prévoyant une intervention différée de l'avocat lorsqu'une personne est en garde à vue pour l'une des infractions limitativement énumérées par cet article, sont donc conformes à la Constitution.

 

La décision rendue par la Cour d’Appel de NANCY, en se rapprochant, de la jurisprudence européenne, constitue donc une avancée significative des droits de la défense.

Si cette jurisprudence devait être confirmée, l'absence d'un avocat au cours des interrogatoires pourrait constituer une cause de nullité de la garde à vue et des actes subséquents dont cette mesure est le support nécessaire.

En toute hypothèse, le droit français doit être considéré comme contraire à la jurisprudence de la CEDH et pris en violation des dispositions de l'article 6 de la CSDHLF précité, dès lors qu’une décision de condamnation pénale ne repose uniquement sur les déclarations de la personne poursuivie qui n'a pas été assistée par un avocat au cours des interrogatoires réalisés par les enquêteurs.



 

 

(1) Les arrêts KARABIL c/ Turquie du 16 juin 2009, PISHCHALNIKOV c/ Russie du 24 septembre 2009, MEHMET ALI AYHAN c/ Turquie du 3 novembre 2009 et SAVAS c/ Turquie du 8 décembre 2009 se réfèrent à cet arrêt.

(2) Article 14 de la loi n°2004-204 du 9 mars 2004 qui a inséré le dernier alinéa de l'article 63-4 précité.

 

Vous avez une question ?
Blog de Nathalie Roze

Alexandra ROZE

59 € TTC

71 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Mustapha El baaj
27/01/2010 11:28

La position prise par la cour d'appel Nancy vient renforcer les droits de la défense.Alignée sur celle de la CEDH, cette cour consacre un principe fondamental consistant au droit de la personne mise en garde à vue d'être assistée par un avocat. Il est à constater que ce principe renforce également la valeur probante des PV établis par la police judiciaire et procure ainsi à l'enquête une légalité incontestable.
Merci pour votre article si pertinent.

2 Publié par Visiteur
08/02/2010 22:10

Et bien, ce sera peut être la fin de l'Etat de droit et de l'égalité des citoyens lors d'une garde à vue. Croyez vous qu'un avocat commis d'office va passer 24 heures dans un bureau de police à écouter l'interrogatoire d'un jeune délinquant sans envergure ? Par contre, croyez moi, il sera là toute la nuit pour défendre les droits d'un délinquant en col blanc ou d'un membre du grand bandistisme qui ne manquera pas de le rémunérer grassement pour les services rendus. Nos cabinets d'avocats vont devenir prospères, nos grands délinquants encore plus prospère mais pour vous ou moi, tout cela ne changera rien du tout. Bonjour la justice à 2 vitesses...

3 Publié par Nathalie Roze
09/02/2010 12:04

Il existe dans tous les barreaux de France, des permanences d'avocats qui assurent les gardes à vue.
A Paris, cette permanence se fait sur la base du volontariat.
Si la réforme de la garde à vue va vers une présence de l'avocat lors des interrogatoires, ce système permettra d'être assisté par un avocat choisi ou par un avocat de permanence. Donc,à mon sens, pas de justice à deux vitesses.
Pour recevoir quotidiennement des personnes qui sortent de garde à vue et à qui cette mesure apparait comme particulièrement violente psychologiquement, je persiste à croire que l'accès au dossier et la présence d'un avocat lors des interrogatoires constitueraient une avancée significative des droits de la défense.

4 Publié par Visiteur
10/02/2010 21:14

Pour répondre à Nathalie ROZE : Croyez vous que les avocats commis d'office seront assez nombreux pour assurer toutes les gav en cours sur une ville comme Paris. Prendront-ils véritablement le temps d'étudier un dossier et de suivre leur client pendant 2 X 24 heures pour une indemnité dérisoire. En plus, de vous à moi, la plupart des commis d'office n'ont que peu de compétence en matière pénale. Non, vraiment, ce sera un non respect flagrant de la constitution qui prévoit l'égalité de tous les citoyens devant la Loi.

5 Publié par NZAOU
03/11/2010 13:35

La présence de l'avocat lors de l'interrogatoire d'une garde à vue, d'après la CEDH, est d'un intérêt salutaire, la bavure policière passera de mode de la sorte; seulement, il faut noter qu' un rapport entre le pot de terre et pot de fer persiste entre la subsidiarité et la cohérence juridique, ainsi un alignement progressif du droit francais sur le droit européen peut être attendu à l'aune de cet arrêt de la Cour d'appel de Nancy, ceci n'offusquant pas le régime dérogatoire qui caractérise une part importante du droit francais.

6 Publié par Visiteur
25/07/2014 20:46

Bonjour, mon fils est a la M.A. de Saintes depuis mars de cette année, mais il a été interrogé sans avocat pendant 48h, car les gendarmes lui ont dit qu'un avocat servait a rien, donc les gendarmes après usure, mon fils a fin par dire ce que les gendarmes voulaient entendre, donc mon fils a avoué des faits qu'il a pas fait, que puisse faire pour l'aider, a s'en sortir, car c'est la première fois que mon fils est arrêté et lui comme moi on ne connait pas le système juridique, merci de nous aider

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Nathalie Roze

Nathalie Roze

Docteur en Droit

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

59 € Ttc

Rép : 24h maximum

71 évaluations positives

Note : (5/5)
Dates de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles