Qui paie la remise en état d'un véhicule de fonction ?

Publié le Modifié le 30/03/2011 Vu 5 393 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Il s'agit de déterminer à qui incombe financièrement la remise en état d'un véhicule de fonction lorsque le salarié quitte l'entreprise !

Il s'agit de déterminer à qui incombe financièrement la remise en état d'un véhicule de fonction lorsque

Qui paie la remise en état d'un véhicule de fonction ?

Ce n'est pas le salarié : telle est la décision prise par la Cour de cassation le 2 mars 2011 (pourvoi 09-71000) .

Dans cette affaire , un salarié technicien de maintenance bénéficiait d'un véhicule de fonction assuré et entretenu par son employeur  . Il démissionne et quitte la société le 27 janvier 2007 ; il constate que son employeur a opéré une retenue de 904,17 euros sur le solde de tout compte  au titre de la remise en état du dit véhicule . Il conteste cette opération et porte l'affaire devant le Conseil de prud'hommes de Béthune qui donne raison à l'employeur .

Le Conseil s'appuie sur les articles L3251-1 et l3251-2 du code du travail ainsi que sur le contrat de travail de l'employé pour motiver sa décision .
En effet, le contrat  stipule "que les frais éventuels générés par la franchise en cas d'accident responsable, le malus à partir de deux accidents responsables, ainsi que les frais de remise en état facturés par le concessionnaire lors de la restitution du véhicule en cas de démission ou de licenciement, sont à la charge du technicien de maintenance" .

Peu importe,  précise la Cour de cassation qui rappelle au Conseil que
"la responsabilité pécuniaire d'un salarié à l'égard de son employeur ne peut résulter que de sa faute lourde ; qu'ainsi, en déboutant le salarié de sa demande en remboursement de la retenue sur salaire effectuée par l'employeur, fût-elle prévue par le contrat de travail, alors que ce dernier ne prouvait ni même n'alléguait une telle faute, le Conseil de Prud'hommes a violé les articles L 3251-1 et L 3251-2 du Code du Travail."
La position de la Cour de cassation est constante à cet égard ; elle avait déjà statué en ces termes pour des faits similaires (pourvoi 07-44485 du 6 mai 2009) et avait ordonné à un employeur de rembourser la somme de 750 euros à un salarié , retenue lors de l'établissement d'un solde de tout compte, en application d'une clause de son contrat de travail prévoyant le paiement d'une franchise de 250 euros en cas d'accident responsable ; les juges avaient estimé "que la responsabilité pécuniaire d'un salarié à l'égard de son employeur ne peut résulter que de sa faute lourde et que l'employeur n'a nullement invoqué la faute lourde du salarié pour mettre en oeuvre la clause litigieuse du contrat de travail" .
Si le salarié ne commet pas de faute lourde, c'est à dire des faits particulièrement graves et dans l’intention de nuire à l’employeur ou à l’entreprise, ce dernier ne peut pas demander l'application d'une telle clause contractuelle .

A l'inverse , en cas de faute lourde , la retenue sur salaire peut s’effectuer même en l’absence de clause dans le contrat de travail. Il convient d'éviter, pour les employeurs,  d'insérer des clauses engageant la responsabilité financière d'un salarié : elles  seront  nulles ou inutiles .

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
25/06/2011 11:46

Bonjour,

mon employeur a retenu une partie de mon salaire pour changement de serrure parce que j'ai perdu ma clé de travail et ma carte d'identité.

Est-ce légal ?

Merci.

2 Publié par tedforum
25/06/2011 12:07

Bonjour,

Merci de poser la question sur mon blog .
Cordialement,

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Tedforum

Bienvenue sur le blog de Tedforum

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles