Thierry POULICHOT
Blog sur l'approche coopérative dans l'habitat

Habitat participatif et compliance

Actualité juridique publié le 01/08/2016 à 20:28, vu 779 fois, 0 commentaire(s), Auteur : Thierry POULICHOT
Les accompagnateurs en habitat participatif sont souvent critiqués. Pourtant, leur rôle peut être utile à condition qu'ils ne se fassent pas passer pour des juristes, ce qu'ils ne sont pas.

Le numéro 6 de la RFCP (Revue Française de la Copropriété Participative) vient de paraître.

Tout d’abord, il contient un compte-rendu de l’ouvrage de Camille DEVAUX sur l’habitat participatif. Cette spécialiste, qui a fait sa thèse sur le sujet, s’inscrit dans le courant des sympathisants de la participation, mais elle garde un regard critique sur les slogans un peu creux et les pratiques contestables.

Trop souvent, des accompagnateurs en habitat participatif se comportent comme un lobby pour séduire les élus, capter des fonds publics et se constituer une niche. Malheureusement pour eux, les habitants sont moins enthousiastes, car ils sont souvent des Français voulant mobiliser leurs ressources culturelles pour compenser leurs moyens financiers limités. Le but de ces personnes est d’acquérir un habitat de qualité en dépensant moins. Ce n’est pas pour payer de nouveaux intermédiaires…

Ensuite, la revue contient une analyse sur l’intérêt du thème de la compliance pour les accompagnateurs. La compliance peut être traduite par la conformité. Elle consiste, pour des entreprises, à dédier des personnels afin de veiller au respect par la société de diverses bonnes pratiques. Or, il existe des bonnes et des mauvaises pratiques en matière d’action collective. Punir ceux qui se dévouent dans un groupe est, par exemple, la pire des mauvaises pratiques si l’on souhaite la mobilisation des citoyens.

Au lieu de tenter de s’imposer comme experts sur des formes juridiques, alors qu’ils n’ont ni formation, ni expérience professionnelle en droit, la sagesse, pour les accompagnateurs, est de mettre en avant leur véritable atout. Les accompagnateurs ont une vaste expérience des groupes d’habitants, de leurs histoires et de leurs faiblesses ainsi que des épreuves qu’ils ont dû surmonter. C’est là un savoir très intéressant pour pérenniser l’action collective. Si les pouvoirs publics prétendent réellement susciter des mobilisations citoyennes, alors, ils devront écouter les accompagnateurs qui leur montreront en quoi les administrations ont souvent failli, et que ce n’est pas sans conséquences pour leur crédibilité future.

Enfin, ce numéro de la RFCP comprend un entretien avec Gwladys GUMBAU de l’association B-A-balex. Celle-ci insiste sur l’idée d’émancipation par le droit, qui implique un autre rapport aux normes. Les règles juridiques ne doivent plus être perçues comme des produits de consommation mais plutôt comme des outils de transformation du réel.

Gwladys GUMBAU est interrogée sur la notion de transition juridique en copropriété. Ce concept a été présenté par le PUCA pour justifier un autoritarisme plus grand afin de prendre plus facilement des décisions de travaux de maîtrise des consommations énergétiques. Gwladys GUMBAU montre qu’une autre attitude est possible avec plus d’efficacité au plan environnemental et moins de violence sociale.