Droit de visite du père pour un bébé de 5 mois

Publié le Vu 24288 fois 29 Par MrMaxwell
21/06/2011 16:11

Bonjour,
J'aimerais déjà pousser un coup de gueule: dans tous les forums que j'ai consulté, la mère est toujours placée en position de victime lui conférant tous les droits! Il fallait que ça sorte..
Je suis le papa d'une petite fille de 4 mois et demi, dont la maman est mon ex copine. Quand elle est tombée enceinte, je n'étais déjà plus avec elle et lui ai demandé d'avorter car je ne souhaitais pas avoir d'enfant avec elle, l'amour étant pour moi la base de tout. J'ai fait appel à sa mère par des courriers et des conversations pour tenter de la raisonner, en vain.
Elle a joué la montre jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour avorter.
J'ai malgré tout souhaité assumer mon rôle et être présent pendant la grossesse, la naissance et la vie de notre fille. j'ai été jusqu'à déménager pour vivre temporairement avec elle afin de la soutenir et l'aider, sans pour autant que l'on se remette ensemble, car je souhaite être présent pour ma fille.
J'ai vécu avec ma fille et sa mère jusqu'à présent, mais depuis quelques jours j'ai déménagé dans mon propre appartement, délibérément situé dans la même ville qu'elles pour pouvoir être présent au quotidien pour ma fille.
Je précise que je me suis impliqué dans tous les aspects de la vie de ma fille jusqu'à présent et je souhaite que cela reste ainsi.
Par moments, et surtout depuis que j'ai déménagé, il y'a sans cesse des disputes pour des motifs futiles.
A la dernière dispute en date, elle a brandit la menace de saisir le juge pour limiter mon droit de visite car selon elle je ne peux pas passer embrasser ma fille le matin avant d'aller travailler et venir la voir le soir après le boulot.
Dans son appartement (dont elle est propriétaire), nous avons emménagé la chambre principale en chambre de bébé, elle gardant un coin de la salle à manger pour son couchage.
Moi j'ai un F2 (plus petit que le sien) dont je suis locataire.
Je pense que pendant cette procédure, elle aurgumentera sur le fait que j'élève la voix lorsqu'on se dispute et que je suis vulgaire (ce qui m'arrive parfois d'être), et que je ne pense pas au bien-être du bébé; alors qu'hier matin en venant embrasser ma fille, j'ai surpris sa mère en train de sortir son chien, laissant le bébé dans l'appartement sans surveillance en disant qu'elle avait le baby phone.
Je voudrai savoir si en passant devant le juge sans avocat, quelles sont mes chances de voir ma fille tous les jours ou au moins plusieurs jours par semaine?
Merci par avance de vos réponses

21/06/2011 16:47

J'ai fait appel à sa mère par des courriers et des conversations pour tenter de la raisonner, en vain.
Elle a joué la montre jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour avorter.
attention à ce type de propos, personne n'est jamais concerné par le droit d'un autre être humain sur son propre corps (sans compter qu'un jour votre enfant pourra l'entendre, savoir que vous ne vouliez pas de lui, et les enfants entendent très tôt tout ce qu'ils ne devraient pas entendre)

Payez-vous une pension depuis votre départ ?

A la dernière dispute en date, elle a brandit la menace de saisir le juge pour limiter mon droit de visite car selon elle je ne peux pas passer embrasser ma fille le matin avant d'aller travailler et venir la voir le soir après le boulot. oui, ce type de choses est rarement possible, vous ne pouvez débarquer au domicile d'un tiers et lui imposer votre présence ainsi (c'est aussi vrai dans l'autre sens, c'est une question de respect de la vie privée de chacun)
Quand vous aurez une nouvelle compagne, je suis sure que ni vous ni elle ne serez d'accord pour tolérer que l'ex débarque quand elle veut chez vous, n'est-ce pas ?

Je voudrai savoir si en passant devant le juge sans avocat, quelles sont mes chances de voir ma fille tous les jours ou au moins plusieurs jours par semaine? des parents y arrivent, par exemple, le père va récupérer l'enfant à la sortie de l'école, les fait gouter, surveille les devoirs et après ils rentrent chez leur mère (ça exige que le père adapte ses horaires)

La résidence alternée sur un si petit existe (2.5 jours par semaine + 1 WE/2) mais ça exige une disponibilité de votre part (y compris prendre des congés quand l'enfant est malade, ça jouera sur votre carrière, ces absences). La mère travaille ? Si l'enfant va à la crèche, il y a aussi la possibilité que vous récupériez l'enfant à 16h à la crèche et la rameniez à 18h chez la mère par exemple.

En tout cas, c'est tout votre intérêt de passer devant le juge (car aujourd'hui, si elle déménage en vous avertissant avant, elle aura déménagé avant que vous ayiez le temps d'avoir un jugement). Et non, la mère n'a pas priorité, c'est vous qui êtes parti sans saisir le juge au préalable, c'est vous qui avez fait du domicile de la mère, la résidence habituelle de l'enfant.

j'ai surpris sa mère en train de sortir son chien, laissant le bébé dans l'appartement sans surveillance en disant qu'elle avait le baby phone. c'est toujours litigieux. Prenez par exemple, quand on est en maison. Le bébé dort à l'étage, les parents peuvent être au sous-sol pour faire un truc, être dans le jardin, ils sont donc aussi loin de l'enfant que s'ils étaient en appartement et faisaient quelques pas dans la rue. En plus, vous auriez la charge de la preuve, vous risqueriez de passer pour celui qui se venge de la mère (surtout qu'elle peut produire les courriers où vous insistez lourdement pour qu'elle avorte)

j'ai déménagé dans mon propre appartement, délibérément situé dans la même ville une ville peut être grande. Vous êtes à combien de minutes à pied, par exemple ?

Je pense que pendant cette procédure, elle aurgumentera sur le fait que j'élève la voix lorsqu'on se dispute et que je suis vulgaire (ce qui m'arrive parfois d'être) Alors ne le faites plus. Vous n'avez pas une amie qui pourrait jouer le role de la mère vous poussant à bout, pour vous entrainer à rester calme ?

22/06/2011 00:09

Bonjour,
D'abord merci pour votre réponse rapide Domil.

Oui je suis d'accord avec vous, l'idée d'écrire ces courriers n'était pas judicieuse, mais je reconnais avoir paniqué à l'idée d'avoir un enfant avec quelqu'un que je n'aime pas; j'ai eu la naïveté de penser qu'une relation d'amour et de stabilité était la base pour avoir un enfant. J'espère simplement qu'au-delà de ces courriers, ce sont mes actes au quotidien qui vont compter.
J'ai mis en place un virement permanent de mon compte vers le sien de mon propre chef afin de participer à l'éducation de notre enfant, d'un montant de 100.00€ sans compter ce que j'achète déjà régulièrement pour elle.

Je peux comprendre qu'elle se sente envahie, mais mon but n'est pas d'être intrusif, je souhaite simplement voir ma fille car depuis sa naissance, je l'ai vue tous les jours, et que cela me fait souffrir de ne plus la voir comme avant.

Je viens de rentrer de chez elle. Je lui ai proposé de partir sur une garde alternée du type 3 soirs/semaine + 1w-end sur deux; mais elle s'y oppose arguant du fait que cela perturberait notre enfant qui est trop jeune (j'ai pourtant précisé que je lui laissais le choix des jours). Je peux très bien m'en arranger professionnellement, ayant d'excellentes relations avec mon responsable hiérarchique, et cela n'aura pas d'incidence sur ma carrière. Est-il vrai qu'un tel mode de garde perturbe les enfants? Je ne veux pas mettre l'équilibre de notre enfant en péril, donc si c'est le cas je laisse tomber cette option.

Pardonnez-moi, mais il y a quand même une différence entre le sous-sol d'une maison, et être à 150m d'un bâtiment en y laissant un bébé au 3ème étage sans surveillance!! Pour moi c'est de l'inconscience. Alors certes je n'ai pas voulu cet enfant, mais je m'en suis toujours occupé depuis sa naissance, et j'ai bien l'intention de continuer à le faire.

Mon appartement se trouve à moins de 5min en voiture du sien, et je vis dans la rue de la crèche que notre fille intégrera au mois de septembre.

J'ai fait preuve de self-control cette fois-ci en ne m'énervant pas. Voyant que ses tentatives pour me pousser à bout ne fonctionnaient pas,elle a fini par m'avouer avoir pris un dossier de saisie du juge, et avoir rdv avec une avocate spécialisée en droit familial. Si je n'ai pas d'avocat, dois-je en consulter un? Ai-je une chance devant le juge d'obtenir le mode de garde alternée sur la base de 3 jours/semaines + 1 w-end sur deux?

Merci par avance de votre réponse.

Bonne soirée

22/06/2011 01:52

. Est-il vrai qu'un tel mode de garde perturbe les enfants? ça peut. D'un autre coté, si petit, un bébé s'adapte assez bien. Par contre, il faudra faire attention plus tard, ça peut perturber un enfant en bas-age, là où il prend ses repères
La base c'est l'entente entre les parents, c'est que l'enfant puisse aller de chez l'un et l'autre (5 min en voiture, mais ça fait combien à pieds ?) librement (certains en résidence alternée n'ont même pas les clefs pour pas que l'autre parent puisse y avoir accès !)

ça coute cher la résidence alternée, l'enfant doit tout avoir en double (on ne déménage pas les vêtements, les livres, les jouets, chaque semaine). L'enfant doit être totalement chez lui dans les deux logements (même quand il n'y est pas). Si vous ne donnez que 100 euros par mois, c'est que vous ne devez gagner que le SMIC (ou alors vous êtes radin), aurez-vous les moyens pour la résidence alternée ?

Enfin méfiez-vous aussi d'un point : pour l'instant ça va mais comment allez-vous réagir quand un autre homme va vivre avec votre enfant (surtout si l'enfant prend la manie d'appeler papa tout homme proche de lui ...) ? Comment va-t-elle réagir quand elle apprendra qu'une autre femme s'occupe de son enfant quand il est chez vous ?

22/06/2011 10:45

Bonjour,
Je ne souhaite pas perturber notre enfant. Je pense aussi qu'un bébé s'adapte assez bien aux choses, il ne s'agit pas de multiplier les endroits dans lesquels notre ira, mais simplement d'être soit chez papa, soit chez maman.
Il y a certes des tensions, mais l'intérêt de notre enfant doit nous forcer à maintenir un dialogue, car cet enfant nous lie qu'on le veuille ou non.
A pied, nous sommes à moins de 15min, car j'ai délibérément fait le choix de ne pas habiter à l'autre bout de la ville. Je précise aussi que j'habite dans la rue de la crèche où ira notre enfant.
Tous les efforts et achats ont été faits chez sa mère depuis sa naissance pour la simple et bonne raison que nous vivions tous sous le même toît, et même si il a toujours été question de mon départ, il n'y avait pas d'intérêt à tout avoir en double à ce moment-là. Maintenant chez moi, j'ai acheté un vrai lit, la même nourriture, les mêmes couches, etc...et je suis désolé, mais des livres et des jouets, ça se transporte, d'autant que bien souvent l'enfant ne joue même pas avec la moitié des jouets qu'il peut avoir. Nous n'en sommes de toute façon pas encore là.
Je ne suis parti que depuis quelques jours, et je donne 100€ en plus de ce que j'achète déjà pour l'enfant; ces 100€ seront maintenus même en cas de garde alternée car je souhaite contribuer même quand je n'aurai pas ma fille (chose que je ne suis pas obligé de faire dans ce mode de garde). Il ne s'agit pas de gagner une fortune ou le SMIC ou alors d'être radin; sa mère travaille aussi nous avons tous les deux des revenus nous permettant de subvenir aux besoins de notre enfant chacun de notre côté.
Nous savons très bien que chacun de nous refera sa vie et que forcément d'autres personnes graviteront autour de notre enfant; comme je lui ai dit, c'est à nous de faire en sorte d'être sûr de notre choix au moment où on le fait, de faire entrer un tiers dans la vie de notre enfant, nous n'avons pas de boule de cristal et peut-être que ce sera une erreur, mais je demande juste d'en être sûr au moment où l'on fait ce choix. Si on doit être guidés par cette peur, que devons-nous faire, sortir de la vie de notre enfant et l'abandonner?

22/06/2011 19:08

car je souhaite contribuer même quand je n'aurai pas ma fille (chose que je ne suis pas obligé de faire dans ce mode de garde) non, ça c'est faux. Une PA peut exister dans le cadre d'une résidence alternée s'il y a déséquilibre entre les revenus de chaque parent.

Il ne s'agit pas de gagner une fortune ou le SMIC ou alors d'être radin; sa mère travaille aussi nous avons tous les deux des revenus nous permettant de subvenir aux besoins de notre enfant chacun de notre côté. certes mais il y a d'autres choses à prendre en compte (un enfant coute bien plus que 200 euros), donc combien gagnez-vous, combien gagne-t-elle ? Ne vous mettez pas en tort, ce n'est pas le moment. Attention, vous avez beaucoup de certitudes et semblez assez rigide sur elle (vous raisonnez trop même si vous avez raison de le faire, il faut être plus sur l'instant et sur le concret)

Il y a certes des tensions, mais l'intérêt de notre enfant doit nous forcer à maintenir un dialogue, car cet enfant nous lie qu'on le veuille ou non. oui, sauf que ce n'est pas comme ça se passe dans énormément de parentalité (des parents peuvent ne plus se parler du tout), donc si elle coupe le dialogue, elle coupera le dialogue, rien ne peut la forcer.

Si on doit être guidés par cette peur, que devons-nous faire, sortir de la vie de notre enfant et l'abandonner? non, mais vous devez anticiper ce problème : sans passer devant le JAF, si elle décide qu'elle ne vous permet plus de voir l'enfant, de le prendre avec vous, vous resterez des mois sans la voir (le temps d'avoir un jugement)

Donc faites une requête. Pour un si jeune enfant, une résidence alternée une semaine sur deux, c'est pas terrible, donc couper la semaine plutot
Et si vous prenez un avocat, prenez une femme :)

22/06/2011 21:44

Au niveau du revenu, si déséquilibre il y' a, ce sera en ma faveur car elle gagne plus que moi: elle est enseignante et chaque heure lui est payée, donc quand elle fait des heures supp, ça monte jusqu'à 2400 voire 2500€. De mon côté je suis à un peu plus de 1800€, et quand je fais des heures supp..ben je fais des heures supp c'est tout, je ne gagne pas plus.

Je sais que l'entretien d'un enfant coûte cher, chacun de nous dépense sans compter pour notre fille. Et puis franchement ce n'est pas à cet âge que ça coûte le plus cher..Je ne sais pas si je suis trop rigide par rapport, je n'ai pas assez de recul pour ça..disons que je veux être présent pour ma fille en conciliant les intérêts de tout le monde. Cependant, je pense que sa mère est encore dans la colère et la rancune.
Concrètement j'essaie de faire en sorte que mon environnement soit favorable à notre enfant. Si il faut être Crésus pour pouvoir élever son enfant, je pense que je devrais jeter l'éponge tout de suite..

Effectivement rien ne peut la forcer à maintenir le dialogue, mais je pense que cette décision serait la réponse à une action de ma part. Aussi ai-je décidé de faire des efforts, et de ne limiter nos échanges qu'au sujet de notre fille, sans animosité ni reproche. Elle dit elle-même ne pas être en mesure de gérer un bébé toute seule, je propose donc spontanément mon aide à chaque occasion qui se présente..

Elle a déjà pris un dossier au tribunal, et doit voir un avocat lundi. Dois-je moi aussi lancer une procédure? Je pensais qu'en l'absence de décision de justice l'autorité parentale s'exerçait de façon égale par les deux parents, est-ce faux? Si elle veut m'interdire de voir ma fille, et que par colère je la prend de force, suis-je hors-la-loi sachant que j'ai autant de droits qu'elle?

Je ne souhaite pas être sur un mode d'une semaine chacun, je pense que c'est trop, ça prive chacun de nous de notre fille pendant une semaine entière, sans compter que si elle refuse déjà ma proposition de 3 jours/semaine + 1 w-end sur 2,elle n'acceptera certainement pas une semaine chacun. Et de toute façon nous sommes dans la même ville, je me suis rapproché pour que nous puissions voir notre fille de façon égale et régulière. Je reste donc sur l'idée de 3 jours + 1 w-end/2. Savez-vous si les juges accordent-ils souvent ce mode de garde sur des bébés?
Je suis d'accord avec vous, si je dois prendre un avocat, ça sera très certainement une femme...

21/07/2011 14:12

Monsieur bonjour,

je vous lis et je peux vous dire apres l'avoir vécu dernierement une experience similaire a la votre et surtout le jugement.Et bien que tout ce qui ce raconte sur internet peux etre tout simplement différent de ce que vous allez voir ou entendre comme decision chez le juge.
Apres avoir tout simplement voulu demontrer au juge ma volonté de vouloir accomplir mon role de papa et surtout l'importance d'etre trés présent pour enfant,et bien au final croyez moi je suis degouté par la requete final de cette audience qui pourtant me semblait positive en ressortant.
Le pere aux yeux d'un tribunal n'est qu'un géniteur,une pompe a fric et se doit d'etre tout mignon bien gentil,et de comprendre une décision qui semble etre la meilleur ultime decision a prendre pour votre enfant.
Je pense que de nos jours les peres ont bien changés,on evolués pour une majorité(je ne dis pas que c'est le cas pour tous les peres)je dis simplement que les choses evoluent de ce cotés.
Sauf que nos tribunaux eux ont toujours un metro de retard et lorsq'une mere impose ces idées et bien le pere n'a plus qu'a etre spectateur de ce qui lui arrive pour lui et son enfant.
Je ne cherche pas a vous faire peur,j'essai juste de vous dire que si vous n'etes pas en accord sur les decisons a prendre avec votre ex,et bien attendez vous a accepter son choix.
Et oui j'insiste aux yeux de la loi c'est la maman qui est la plus a meme de vous faire la leçon,meme quand elle vous raconte une couche de mensonges.Et tout cela pour etre sur d'avoir la garde de votre enfant commun.
Je suis dégouté je ne vous le cache pas,et meme faire appel a priori ne servirait pas a grand chose.
Désolé de ne pas etre plus positif,mais malheureusement c'est triste réalité de la société actuel.

21/07/2011 15:59

Le pere aux yeux d'un tribunal n'est qu'un géniteur,une pompe a fric et se doit d'etre tout mignon bien gentil,et de comprendre une décision qui semble etre la meilleur ultime decision a prendre pour votre enfant.
Je pense que de nos jours les peres ont bien changés,on evolués pour une majorité(je ne dis pas que c'est le cas pour tous les peres)je dis simplement que les choses evoluent de ce cotés
.
Non, encore aujourd'hui, plus de la moitié des enfants ne voient plus du tout leur père dans les 2 ans suivant la séparation des enfants, plus de 80% des pensions alimentaires ne sont pas payés intégralement
Et c'est totalement faux de dire que le père n'est considéré comme le géniteur et portefeuille (déjà aucun parent devant une pension ne paye autant que celui qui a les enfants), les stats de la justice montrent que dans le cas où elle doit trancher (donc quand les parents n'arrivent pas à être d'accord), c'est 50/50 pour le père/mère. Il reste que dans 95% c'est la mère qui a les enfants, parce que le père n'en veut pas dans 90% des cas.

La résidence alternée est à la mode, l'expérience montre que ce n'est pas une bonne chose pour l'enfant dans l'immense majorité des cas. Il faut impérativement que les parents s'entendent et le fait que la loi permette d'imposer la résidence alternée est gravement préjudiciable à l'enfant et n'est que pour satisfaire l'égoïsme des parents

21/07/2011 16:20

Bonjour Domil,
Je pense que Cristof et moi faisons partie des 10% de pères qui veulent leurs enfants, ou tout du moins s'en occuper correctement. Devons-nous payer pour les autres?
Quand bien même il y'aurait une pension (aussi élevée soit-elle), cela ne change rien au fait que jusqu'à preuve du contraire, l'argent n'a jamais élevé un enfant.
Il ne s'agit pas de se disputer un enfant comme un trophée par pur égoïsme, mais simplement d'être impliqué le plus possible dans sa vie/éducation.
Si la justice doit être rendue en fonction de stats, autant qu'elle le soit par un ordinateur, incapable d'apprécier des facteurs humains, ou de comprendre que chaque situation est différente.

Dans mon cas par exemple, nous sommes d'accords pour l'instant, mais notre accord ne correspond pas à la requête de mon ex; et si je comprends bien il faudra revenir sur cette organisation devant le juge?

Il est évident qu'une résidence alternée sans certaines conditions est dommageable pour l'enfant, mais je ne pense pas que ce soit pour satisfaire l'égoïsme des parents, l'intérêt est la recherche de l'équilibre de l'enfant qui est, faut-il le rappeler, d'avoir son père ET sa mère présents dans sa vie/éducation.

21/07/2011 16:32

Tout d'abord,je pense que notre discours depuis le début semble clair,nous ferions partit des 20% de pères qui cherchent justement a s'investir dans la vie de leurs enfant(s).
Et puisque vous avez l'air très bien informe alors est il normal que nous soyons juge de la même façon que des pères qui n'en ont tien a foutre.
Ensuite un point qui me fait chair fois sourire concernant les stars que vous évoquées.
Comment peut on de baser sur des stars qui sont et reste lies a conflits permanent entre parents qui bien souvent ne s'entendent pas du moins pour beaucoup malheureusement.
En ce qui me concerne la juge l'aurait propose de rencontre un médiateur accompagne de la maman de ma fille j'aurais été beaucoup moins déçu qu'aujourd'hui.a ce jour je reste perdu a l'idée de savoir que je ne verrais ma fille que quelques heures par semaine.
Qu'avons nous fait de mal nous les pères pour mériter cela alors que notre enfant nous tout autant leurs mamans.
Alors j'en revient au stats,n'est il pas facile de tirer des conclusions sur des conflits que l'on a créer,plutôt que d'essayer d'amener des solutions au bien l'équilibre d'une famille (même si elle ne vie plus sous le même toit)?
De plus si ce que je vais vous dire ne vous semble pas important,pas grave.
Je suis puni par la même occasion a ne plus pouvoir rendre visite a la propre la famille parents et frères pendant 1 an et demi puisqu'ils habitent sur Paris et moi bdx.alors dites moi vous qui avez l'air de mieux connaitre ce qui est bien de ce qui est mal.comment ne vous voulez vous pas déstabiliser encore plus un père qui de noie dans son chagrin a ne pas comprendre ce qui lui tombe dessus.vous le direz biensur que le juge ne prend les décisions que par rapport a l'enfant ce que je comprend mais n'est ce pas un peu révolue de voir cela aussi simplement.
A dire vrai je suis paumé et abattu et je voulais juste que mon soit heureuse aussi avec maman,qu'avec papa.......

21/07/2011 17:38

Si la justice doit être rendue en fonction de stats non c'est l'inverse puisque les stats sont issus des jugement montrant que le père n'est pas défavorisé en moyenne.

La justice ne peut pas tout résoudre, quand les parents ne sont pas capables de s'entendre, il faut bien trancher, et il y aura forcément un perdant. C'est tout, c'est comme ça

Juste un point quand même : quand vous étiez avec la mère, vous preniez des congés quand l'enfant était malade ou c'était la mère ? vous avez refusé des promotions professionnelles parce que non compatibles avec le fait de s'occuper d'un enfant ?
Qui a quitté précipitamment une réunion professionnelle importante sous les yeux désapprobateurs voire pire, parce que la crèche a appelé, que l'enfant a de la fièvre et qu'il faut aller le chercher maintenant ?

Je vois tellement de père, qui, tant qu'ils sont avec la mère, n'ont pas le temps "eux ils travaillent" (et la mère tricote évidemment), ne s'occupent jamais de l'enfant quand ça dérange leur boulot, ne prennent que le bon coté. Mais tout à coup quand ils ne vivent plus avec la mère, ils pourraient s'occuper de l'enfant une semaine entière ?
Un juge qui va prendre en compte qui s'occupait de l'enfant avant la séparation, qui prenait les congés pour s'occuper de l'enfant, etc. ne fait que son travail.

Il faudrait y penser avant, messieurs, avant de laisser la mère n'avoir qu'une petite carrière professionnelle parce que c'est toujours elle qui doit s'absenter, tandis que vous non.

Des deux, lesquels ont pris au moins 4 mois de congé parental pour s'occuper de leur enfant après la fin du congé de maternité de la mère ?

21/07/2011 18:18

Ne le prenez pas mal mais vous faites une généralité des pères depuis le début.en ce qui me concerne je me suis sépare d'une femme possessive,et qui plus est ne travail pas depuis le début de notre relation.
Ensuite après la naissance de notre fille j'ai cumule trois semaines de congés aux 15 jours de paternité auxquels j'avais le droit et si il aurait été nécessaire que je prenne plus et bien je l'aurais fait.malgré mon poste et mon statut,qui me demande en effet beaucoup de temps.mais j'ai aussi cette possibilte de pouvoir travailler de chez moi,mais a quoi face a quelqu'un qui ne m'a jamais laisse la moindre place depuis le début avec mon enfant,alors ensuite il est très facile devant un juge de dire tout ce que l'on veut.
Arrêtez de croire que nous sommes tous les mêmes.
Ensuite qu'un juge soit dans l'obligation de trancher je le comprends, très bien. mais est il toujours apte a cerner psychologiquement les gens qui sont en face de lui?essayons de faire aux mieux pour nos enfants,moi je ne cherche pas a dire que la maman est plus mauvaise que le papa,je veux juste que l'on reconnaisse que ce n'est pas équitable pour un papa, je vous assure qui veut assumer son rôle.
Regardez par vous même je ne vous ai rien fait on ne se connait pas et vous semblez nous en vouloir d'être la crier une détresse,pour l'amour de notre enfant.
C'est tout de même blessant d'être systématiquement catalogue comme cela.
J'ai deux Nièce a ce jour et un neveu que j'aime énormément,je m'en suis déjà occupe avant d'avoir ma fille j'ai toujours adore les gosses et ce désir d'être papa un jour j'en reve au moins depuis presque dix ans.
Changer nièces neveu toilette balade même en vacances,découvrir des choses nouvelles ensemble,enfin tous je vous assure ma fille c'était vraiment la plus belle chose qu'il puisse m'arriver,on ne de connais pas,alors pourquoi ne pas essayer de comprendre plutôt que de vouloir nous jeter dans ce panier de crabes.
Ou règne des pères qui ne veulent pas faire le moindre effort.

21/07/2011 19:20

Je pensais être sur un forum juridique pour parler de problèmes juridiques..je ne pensais pas avoir à faire à la présidente de Ni Putes Ni Soumises.
Vous mélangez tout Domil, la pseudo question du sexisme/féminisme n'a absolument rien à faire dans cette discussion. Mais pour répondre à vos remarques, oui je me suis toujours arrangé pour faire passer mon enfant avant tout autre chose: au niveau professionnel, j'ai la possibilité de moduler mes horaires en fonction des besoins, et si il fallait quitter précipitamment le bureau pour aller à la crèche, eh bien je le ferais sans hésiter. Vous avez manifestement une piètre opinion des hommes, mais pensez-vous vraiment que quelqu'un prêt à se battre pour pouvoir s'occuper de son enfant, ne le ferait-il pas passer avant sa carrière.
Vous allez très vite dans la généralisation, et j'espère sincèrement que le juge n'aura pas votre raisonnement. Vous décrivez un cliché.
Dans mon cas, la maman a SOUHAITÉ prendre ses trois mois de congés MATERNITÉ car elle y avait droit, à la fin de son congé, j'ai pris mes 15 jours de congés PATERNITÉ auxquels j'ai droit. Depuis la naissance de mon enfant, quand il faut prendre un jour pour s'en occuper je le fais; je n'en attends pas de médaille, c'est juste quelque chose de normal qu'un père doit faire.
Avec ou sans la mère je pense que nos enfants restent notre priorité.
Vous restez sur les aspects d'égoïsme et de vengeance dans cette procédure, mais encore une fois le juge n'est pas là pour régler les problèmes des adultes, mais veillez à l'intérêt de l'enfant qui est d'avoir son père ET sa mère.
Encore une fois, il ne s'agit ni de gagner, ni de perdre. Il s'agit de chercher un équilibre pour que l'enfant puisse s'épanouir du mieux possible avec ses deux parents.
Vouloir être présents pour nos enfants n'a pas pour but de satisfaire notre égo ou 'emmerder' leur mère, mais ce sont nos enfants et nous les aimons autant que leur mère, c'est pourquoi nous devons nous battre pour assurer leur éducation, car c'est ce que nous faisons depuis leur naissance.

22/07/2011 10:14

Quand elle est tombée enceinte, je n'étais déjà plus avec elle et lui ai demandé d'avorter car je ne souhaitais pas avoir d'enfant avec elle, l'amour étant pour moi la base de tout. J'ai fait appel à sa mère par des courriers et des conversations pour tenter de la raisonner, en vain.
Elle a joué la montre jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour avorter.


Votre nouveau discours est bien loin de votre premier message.

Quand vous consultez un forum juridique, il faut être prêt à lire des commentaires qui ne vous conviennent pas forcément, mais qui, que cela vous plaise ou non, sont conformes à la loi.

Quand de surcroît une personne bénévole, et néanmoins compétente, prend la peine de consacrer son temps à vous écouter et à débattre, en visant notamment de vraies questions qui semblent vous agacer, le minimum est de rester courtois et éviter les "clichés" qui ne font nullement avancer le débat.

22/07/2011 10:43


Votre nouveau discours est bien loin de votre premier message.

Quand vous consultez un forum juridique, il faut être prêt à lire des commentaires qui ne vous conviennent pas forcément, mais qui, que cela vous plaise ou non, sont conformes à la loi.

Quand de surcroît une personne bénévole, et néanmoins compétente, prend la peine de consacrer son temps à vous écouter et à débattre, en visant notamment de vraies questions qui semblent vous agacer, le minimum est de rester courtois et éviter les "clichés" qui ne font nullement avancer le débat.


Pourriez-vous svp expliquer en quoi mon discours a changé? Je ne comprends pas très bien.
J'ai bien conscience que les membres de ce forum sont compétents (sinon pourquoi le consulterai-je?) et que rien ne les oblige à prendre le temps de me lire et surtout de me répondre; néanmoins oui j'ai été agacé par certains commentaires, et je ne pense pas avoir manqué de courtoisie, peut-être un peu ironique. Nous pouvons ne pas être d'accord, mais néanmoins continuer à échanger et débattre.

22/07/2011 14:24

Vous mélangez tout Domil, la pseudo question du sexisme/féminisme n'a absolument rien à faire dans cette discussion. mais c'est vous qui êtes sorti du contexte juridique en pleurnichant sur une prétendue injustice sociale. Alors acceptez qu'on vous réponde aussi sur ça ou alors vous ne supportez pas qu'on puisse vous remettre en cause ?

La réponse juridique vous l'avez eue, vous êtes parti dans une diatribe de pleurnicherie sur ces pauvres hommes (alors qu'ils sont encore largement dominant dans la société, voyez les conditions de travail et les salaires), assumez-en les conséquences (peut-être difficile pour vous, puisque vous avez osé pousser l'indécence jusqu'à harceler une femme pour qu'elle avorte)

22/07/2011 14:50

mais c'est vous qui êtes sorti du contexte juridique en pleurnichant sur une prétendue injustice sociale. Alors acceptez qu'on vous réponde aussi sur ça ou alors vous ne supportez pas qu'on puisse vous remettre en cause ?

J'accepte tout à fait la remise en cause, cela n'empêche en aucun cas de continuer à échanger. Ce que je n'accepte pas en revanche c'est la généralisation qui est faite: certes la plupart des pères n'assument pas leurs responsabilités vis-à-vis de leurs enfants avant ou après un jugement,c'est la société qui est comme ça et je n'y peux rien; mais je revendique et assume ma différence dans le sens où je souhaite m'occuper de mon enfant, n'en déplaise aux statistiques.
Vous donnez votre avis et vous avez raison de le faire, mais comprenez que chaque situation est différente.

La réponse juridique vous l'avez eue, vous êtes parti dans une diatribe de pleurnicherie sur ces pauvres hommes (alors qu'ils sont encore largement dominant dans la société, voyez les conditions de travail et les salaires), assumez-en les conséquences (peut-être difficile pour vous, puisque vous avez osé pousser l'indécence jusqu'à harceler une femme pour qu'elle avorte)

Le but n'est pas de se dédouaner ou d'essayer de justifier une situation passée. Je pense que beaucoup de gens dans cette situation auraient fait la même chose que moi. Maintenant la question est de savoir si pour pouvoir prendre une décision, on part d'une situation passée ou alors on décide sur la base de faits actuels, quotidiens et surtout relatifs à l'enfant.
La société est ce qu'elle est, je n'ai ni le pouvoir, ni la prétention de vouloir la changer; je vais faire preuve d'égoïsme et ne m'intéresser qu'à mon cas personnel et celui de notre enfant. Tenir tous les hommes responsables de l'état de la société ne fait pas non plus avancer les choses, surtout que ceux qui ont le pouvoir de changer les choses n'ont pas les problèmes que le commun des hommes mortels ont.

J'ose espérer que si je dois être jugé, ça sera sur la façon dont je m'occupe et m'investis dans la vie de mon enfant aujourd'hui, et non pas sur des faits passés car tout le monde a des torts dans cette histoire; ce qui doit primer avant tout est l'intérêt de l'enfant au vu des agissements/comportements des adultes, et non pas un comptage de points.


Courage Maxwell ! Avec Domil , ça va pas être facile !

24/07/2011 17:04

hello,I heared that 7century.com have many cheap products. I always go there to buy, and tell my friend,they all said the http://www.7century.com is very very good shopping.let us go to shopping now.
n Air Jordan sport shoes cheap
n Nike Air Max sport shoes cheap
n Nike Shox sport shoes cheap
n[url=] monster headphone [/url]
n good quality Handbag Purse
n football shoes
and i tell you that all of products is free shipping.

19/09/2011 23:00

Bonjour,
J'ai besoin svp de conseils juridiques urgents quant à ma question: jusqu'à la semaine dernière, mon ex me laissait notre enfant de façon très régulière (au minimum 3 jours par semaine) et ce chaque semaine. Elle est contre la garde alternée mais en même temps, elle a toujours bien voulu que je prenne notre fille.
Depuis quelques jours, nous avons de nouveau des conflits sans parvenir à se mettre d'accord sur le mode de garde. Elle ne me proposant de voir la petite qu'une soirée et un jour par week-end, ce que je refuse car jusqu'à maintenant je m'en occupais beaucoup plus que ça.
L'audience est dans 2 mois, et je suis désemparé car je voudrais non seulement pouvoir continuer à m'occuper de ma fille, mais je ne voudrais surtout pas faire quoi que ce soit qui me porterait préjudice devant le JAF.
Je ne sais vraiment plus quoi faire pour pouvoir continuer de m'occuper de ma fille, sans envenimer les conflits avec sa mère, car il n'y a aucune raison que je ne puisse plus m'en occuper alors que je l'ai toujours fait jusqu'à maintenant.
Pouvez-vous svp me conseiller ou faire part de vos témoignages si vous avez vécu cette situation?
Merci par avance de vos réponses

19/09/2011 23:20

posez votre question au lieu de vous greffer sur un vieux fil

19/09/2011 23:23

Ok Domil, je ne sais pas comment marche le forum. Je pose une nouvelle question.
Merci

Modérateur

20/09/2011 22:25

Ben il s'est greffé sur son propre fil... pour une fois qu'il y en a un qui a compris le principe :)))

Ah là là ! A quand la loi pour les enfants, c'est à dire que ce n'est pas quand le parent voudrait le voir mais quand l'enfant le souhaiterait !

Jamais je n'aurai empeché le père de ma fille de la voir quand il le voulait, et ce n'etait pas pour lui, mais pour elle. Les enfants sont toujours content de voir leur autre parent avec qui ils ne vivent pas, alors mesdames et messieurs, avant de penser à vos propres griefs et interets, pensez d'abord à la joie de votre enfant de voir son père ou sa mère, suivant qui en a la residence !

Je ne comprendrais jamais que l'on fasse passer ses propres interets avant ceux de son enfant... m'enfin !

Et puis on ne fait pas un enfant pour soi mais pour lui, alors ne pensez qu'à lui et à son equilibre
__________________________
Toute société, pour se maintenir et vivre, a besoin absolument de respecter quelqu'un et quelque chose.
(Fiodor Dostoïevski)

20/09/2011 22:35

Jamais je n'aurai empeché le père de ma fille de la voir quand il le veut, et ce n'est pas pour lui, mais pour elle. parce que tu étais dans un bon contexte.
Tu aurais eu la même attitude si tu avais eu peur du père ? Si tu l'avais vu venir prendre sa fille bourré ? Si à chaque fois, ta fille revenait en pleurs en te suppliant de ne plus la laisser y aller ? Si le père avait exigé que tu avortes et ne s'était pas manifesté pendant plusieurs années pour se ramener un jour exigeant d'emmener un enfant qui ne le connaissait pas ?
D'un autre coté, il y a aussi les cas où l'enfant sert de vengeance d'un coté comme de l'autre et avec de bons parents, le pire c'est ça.

Chaque cas est différent, il y a souvent des raisons de part et d'autres, légitimes ou non, il faut voir chaque cas individuellement. Certains cas sont dramatiques (j'en ai eu dans ma famille, mes proches, des gosses a la scolarité brisée parce que l'autre parent a réussi à le corrompre pour le faire venir avec lui, que ce soit le père ou la mère d'ailleurs)

20/09/2011 22:47

Je suis d'accord avec vous deux: l'intérêt de l'enfant doit passer avant tout. Les parents doivent mettre de côté leurs griefs car nous savons tous très bien qu'un enfant a absolument besoin de ses deux parents pour être équilibré et se construire; si malgré une antipathie réciproque des parents doivent composer l'un avec l'autre pour le bien de leur enfant, je pense qu'ils doivent le faire car un jour où l'autre ils auront à répondre de leurs actes devant leur enfant, et son jugement est bien plus important qu'une décision de justice.

Répondre

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. TOUCHE

Droit civil & familial

0 avis

Me. DUCROS FERR.

Droit civil & familial

1 avis

Me. GALLET

Droit civil & familial

9 avis

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.