Paternité et filiation.

Publié le 08/06/2020 Vu 301 fois 2 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

31/05/2020 15:41

Bonjour, après un test ADN j'ai découvert que mon père nétait pas mon père biologique juste après sa mort. Ce "père" que je considérai pourtant comme le mien, bien qu'ayant été présent auprès de mes frères et sœurs et moi même n'a jamais fait preuve de sentiments, ni manifester un comportement parternel, était distant, autoritaire et violent, cependant cet homme m'a reconnu l'année de ma naissance pour des raisons ou des intérêts que j'ignore encore. J'aimerai savoir si l'on peut considérer comme légitime, le fait que l'état via les officiers d'état civil de la mairie n'ayant pas pris ou pu prendre (en 1969) toutes les dipositions, pour avec certitude délivrer des documents légaux sur la base de simples affirmations (de la mère biologique et du "père" non biologique), vérifier que ces dernières s'avèrent justes ou non que de s'être dégagé de toute forme de contrôle ou de ne pas avoir pu les réaliser à l'époque (Test ADN) induisent de facto, la prise en compte d'un risque qui est celui d'envisager le mensonge comme possible, une éventualité acceptable socialement et légalement en le validant officiellement et administrativement, quand l'homme qui reconnaît un enfant comme étant le sien sait pertinemment qu'il n'est pas de lui mais le fait passer pour son enfant biologique auprès des institutions ?

Je trouve pour ma part, qu'il y a une forme de tromperie organisée faîtes sur le dos des enfants et des adultes à venir dans le cas où comme moi, les secrets de famille ne sont pas révélés d'une part par les parents qui dissimule la vérité mais aussi par les institutions qui le leurs permettent. J'estime avoir subi un préjudice moral, celui de m'avoir fait croire à une filiation qui n'existait pas et que j'ai subie, que j'aurai vécu tout autrement si j'avais su que celui qui faisait abus d'autorité n'etait en réalité pas mon père. Au vue de l'impact sur mon développement personnel, des répercussions sur ma vie jusqu'à aujourd'hui, ma question est simple. Si personne n'est au dessus des lois c'est donc que celles-ci sont au dessus de nous, de moi et je veux bien croire tout ce qu'elles me disent, mais quant elles permettent de couvrir des mensonges, suis-je en droit de porter plainte ?...

Modérateur

31/05/2020 18:23

bonjour,

s'agit-il d'un test ADN ordonné par un juge ? si ce n'est pas le cas, ce test ADN n' a aucune valeur en matière de filiation.

je suppose que votre mère était d'accord pour que cet homme vous reconnaisse comme étant son enfant et que elle n'a jamais depuis contestée cette paternité.

il n'entre pas dans les fonctions de l'officier d'état civil de vérifier les déclarations des parents dans le cas d'une déclaration de naissance, ce serait une atteinte à la liberté. Cela avait été brièvement envisagé, en matière de nationalité par filiation.

dans votre cas, les reproches vous devez les faire auprès de votre mère.

pour déposer une plainte, il faut une infraction supposée au code pénal qui n'existe pas dans votre cas.

salutations

08/06/2020 10:10

Bonjour, oui effectivement après quelques heures de recherche sur le sujet je tiens les mêmes conclusions que vous, on ne peux pas faire grand chose. Cependant, le but de mon message était moins d'avoir des réponses sur mon cas personnel que de pointer du doigt l'ironie du fait que des documents officiels permettent de couvrir des mensonges (ou fraude) légalement. Le reste n'est qu'histoire de famille. Mais merci quand même... Cordialement.

Répondre
Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. TOUCHE

Droit civil & familial

0 avis

Me. CUISINIER

Droit civil & familial

2 avis

Image Banderole Devenez bénévole sur Légavox

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.