Pourquoi la police n'est pas intervenue

Publié le 27/06/2022 Vu 820 fois 9 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

19/06/2022 22:46

Bonjour

Je ne sais pas si je suis dans la bonne section du forum ou même sur le bon forum, auquel cas merci de m'inquer où m'adresser.



Alors pour brève présentation je vis dans mon camion (aménagé) sur un terrain en sortie de ville depuis environ mai 2020.. Ce Vendredi je recevais un ami qui m'avait semblé trés sympa mais ayant des problèmes d'alccol. J'étais en fait partis du terrain sur lequel il vivait après qu'il ai rencontré une nana et se montrait méfiant et paranoïaque à l'idée que je lui tournais autour. J'avais un peu coupé les liens mais depuis quelques semaines il a repris contact et disait avoir retrouvé du travail et ne plus boire. J'accepte qu'il vienne me rendre visite, pensant aussi que leur relation est maintenant stable et qu'ils sont en confiance. On passe une trés bonne première journée mais il m'annonce quand même avoir été convoqué pour de vieille histoires de violences conjugales qui vont le mener en prison. Mais semble accepter de faire face à cette épreuve et d'en tirer des leçons.



Tout dégénère dès le début du second jour, il commence à boire du pastis dès le matin et se montre enclin à un comportement dangereux (vouloir prendre le volant) je lui dit de se calmer et que je vais aller faire les courses en vélo. A mon retour Il continue à boire et se montre vite insultant, principalement envers sa compagne qu'il traite de pute et lui dit qu'elle pourra venir b***** avec moi pendant qu'il est en prison. Je temporise et arrête de siroter ma bière pour rester alerte et lucide. Par la suite il commence à vraiment chauffer et je lui dit de se calmer et dormir sans quoi j'appelle la police. Sans surprise ça le rend encore plus nerveux et j'appelle donc la police alors qu'il est retourné boire.

Tout de suite mon interlocuteur me dit qu'il s'agit du standart d'urgence et me demande si ç'en est une. A quoi je dit que c'est difficile à juger, essayant d'expliquer que le type est insultant et menaçant. Ne connaissant pas le nom de la rue (personne ne la trouve jamais sur les gps) je signale le nom de l'entreprise face à laquelle je me trouve et le nom de la ville car je vois qu'il m'a vu de loin et se montre encore plus menaçant du fait que j'ai appellé la police, puis comme je le vois attraper une pioche et foncer vers moi je dis alors au telephone que là il s'agit bien d'une urgence, puis tend le telephone dans sa direction pour qu'ils entendent ses menaces et répète le nom de l'entreprise et de la ville bien fort et plusieurs fois. Après quoi j'ai posé le telephone pour pouvoir me défendre

Par chance la pioche lui a vite glissé des mains dans l'état dans lequel il était, et je me suis contenté de parer ses coups sans grandes difficulté vu son état, pensant que c'était une histoire de minute avant que la police intervienne. Mais après une bonne heure à attendre en me demandant qu'est ce qu'il font et comme il était parfois proche de mettre un bon coup il y a un moment où je n'ai plus eu le choix que de lui mettre trois coups de poings au visage, ce qui l'a mis au sol. A ce moment sa copine a voulu se jeter sur lui comme une furie et au lieu de pouvoir le maitriser j'ai du l'en empecher et lui dire de ne pas faire de bêtise et d'appeller la police, ce qu'elle n'a pas voulu faire. les échauffourrés ont continué comme ça encore une bonne heure sans que j'ai la possibilité de pouvoir m'approcher en toute sécurité de mon telephone. Après qu'il ai mis un coup de poing à sa copine je l'ai de nouveau maitrisé en lui disant d'appeler la police, ce qu'elle n'a toujours pas fait.

Après l'avoir ensuite désarmé d'un gros baton puis mis au sol (je précise ne l'avoir jamais frappé au sol, voulant juste me proteger) il s'est relevé et a saisi une grosse pierre puis foncé vers moi, donc comme je n'avais pas réussi à convaincre sa copine d'appeler la police ou de se mettre à l'abri j'ai fui vers la route pour faire signe à une voiture d'appeler la police. Puis je suis parti vers les habitations pour demander de l'eau à la base ainsi que les pompiers eventuellement car pied nue ma voute plantaire avait brulé sur le sol et j'étais assoiffé par la canicule (Et à un moment où j'étais assis et buvait de l'eau il en avait profité pour me mettre un coup de pied à la figure). Comme tout le monde était en week end j'ai du sonner à une douzaine de maison avant qu'un homme ouvre et me dise appeler les secours. Je lui précise qu'une femme est peut etre en danger. Lorsque les gendarmes arrivent et s'approche de moi je leur explique etre electrosensible et ne pas rester trop près avec les smartphones, puis leur explique la situation en insistant sur le fait qu'une femme est surement en danger. Les pompiers sont ensuite arrivés et vérfié mon état (en ayant d'abord éloigné les portables à ma demande). Le voisin ayant appellé les secours sort à ce moment en voiture avec sa femme. Environ 20-30min plus tard il revient et signale aux gendarmes avoir vu une jeune femme en pleur au bord de la route. Puis je lui demande si elle est comme si comme ça et comprend que c'est celle que j'ai signalé et demande aux gendarmes s'ils ont envoyé qui que ce soit voir ce qu'il se passe, à quoi ils me répondent de me calmer. Puis ils disent qu'ils vont me ramener en voiture (c'était à environ 200m). Il voient au passage la fille en pleur mais ma ramène d'abord. Lorsqu'on arrive l'individu agressif joue tout de suite les gentils et dit que je suis son ami et que tout va bien, à quoi je répond que ça ne va pas se passer comme ça et que je vais porter plainte. Puis les gendarmes s'occupent de le jeune femme qui est revenue vers là et je vais m'assoir à l'ombre vers ma camion, attendant que les gendarmes s'occupent de lui avant d'enregistrer ma plainte comme ils m'avaient dit qu'ils allaient faire.

Après un certain moment je m'avance voir où ça en est et je ne vois plus la voiture de gendarmerie, et l'energumène en train de pisser tranquillement sur un arbre. Je pars alors en vélo pour me rendre à la police et demander qu'est ce qu'il se passe mais tout est fermé. Au telephone on me répète que c'est un service d'urgence et je demande si je suis sensé tuer ce type pour éviter qu'il le fasse lui au vue du nombre de menaces de morts qu'il a faite. On me dit de venir porter plainte le lendemain. Malgré mes blessures je n'ai d'autre choix que d'aller dormir à la belle étoile sur des bouts de cartons après avoir vu de loin que le type est toujours dans le coin. A ce moment il est environ 21h et mon 1er appel au 17 était à 17h !

Lorsque je viens le lendemain la gendarme semble illico vouloir me démotiver de porter plainte, en me précisant que ses collègues m'avaient considéré comme étant en état d'ébriété et tenant des propos incohérants !!! Je lui dit pouvoir avoir le témoignage de plusieurs voisins étant sortis de chez eux et ayant discuté avec moi et des différents controle des pompiers (glycémie, tension, etc...) à quoi elle répond que "seul le jugé des gendarmes étant intervenu compte". Ensuite elle me fait une remaque comme quoi je ne suis déjà pas bien vu chez eux, faisant certenement allusion à la seule intervention de leur part contre moi en 2 ans 2 jours avant sur le marché j'avais apporté des chatons à donner et la police m'a fait savoir que c'était interdit (J'ai dit ne pas savoir, me suis excusé et suis reparti). J'ai maintenu que je voulais porter plainte.

Parmis les 1eres questions d'usage elle m'a demandé si j'étais sous curatelle ou tutelle. Je ne sais pas si c'est vraiment normal ou juste lié au fait que j'ai déclaré être reconnu comme handicapé par la MDPH par rapport à mon electrosensibilité. Et je pense que c'est aussi par rapport à cette déclaration que les gendarmes ne m'ont pas pris au sérieux quand ils sont arrivés à mon avis, et non pas pour une ébriété constatée !!



Enfin voilà tout ça pour demander si je ne devrais pas porter plainte pour non assistance en personne en danger contre la gendarmerie. A la fois pour ne pas être intervenu (je précise avoir aussi dit lors de cet appel comme l'interlocuteur me posait des questions que je ne pouvais rester longtemps au telephone du fait de mon electrosensibilité avant d'insister sur le danger immédiat et de répéter le nom de l'entreprise et de la ville) mais aussi pour ne pas m'avoir pris au sérieux lors du signalement de cette jeune femme en danger potentiel avec son conjoint.

Je précise detester la violence et regretter vraiment d'avoir du en arriver à porter des coups à cet individu menaçant, et c'était bien pour éviter d'en arrvier là que j'ai préféré les appeler. Je me demande ce que je dois retenir de cette leçon ? que je ferais mieux de me débrouiller la prochaine fois ?



Voilà j'espère ne pas avoir oublié de detail important tout en évitant d'avoir fait trop long. N'hesitant pas à demander des éclaircissement sur certains points que j'aurais pu omettre

20/06/2022 08:20

Bonjour

Il n'y a vraiment personne n'ayant le moindre avis ou conseil sur la situation ?

A défaut je crois que je vais prendre rdv avec un avocat gratuit

20/06/2022 08:33

Bonjour,

Vous devriez faire une synthèse. Parce que l'avocat n'est gratuit que pour quelques minutes.

20/06/2022 18:33

JE pensais qu'il s'agissait d'un forum d'entre aide ? Enfin de toute façon je vais prendre rendez vous avec un avocat du centre social ça me semble plus concret

22/06/2022 15:15

Si la plainte n'est pas reçue au commissariat, il y a toujours possibilité de la déposer par courrier ou en ligne.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1435#

Ensuite le procureur décide de la suite à donner ... ou pas.

23/06/2022 17:24

Merci pour ces réponses, la plainte a déjà été déposée à la gendarmerie, j'ai envoyé les photos des dégâts sur le camion à l'email qui m'ont donné mais 2 jours plus tard j'ai demandé si ça a été reçu et on m'a dit que non, donc je renvoie en répondant à leur mail et là toujours pas de réponse. J'avais rajouté des elements de la journée et demandé si je dois revenir les signer pour les rajouter à la plainte

Il s'agit d'éléments qui me semblent important à signaler dans son attitude vis à vis de sa compagne afin d'éviter qu'elle ou une autre femme en soit victime. C'est quand même étonnant malgré le nombre d'affiches qui insitent pour dénoncer la violence faite aux femmes qu'on semble me freiner dans cette démarche ! Enfin si on me prétend que mon 2ème mail n'a toujours pas été reçu je l'imprimerais et l'apporterais sur place !

Par contre j'espère qu'on s'est bien entendu sur le fait que je demandais si je peux porter plainte contre la gendarmerie pour ne pas être intervenu malgré le signalement d'un danger pour sa compagne, une 1ere fois après l'appel au 17, et une deuxieme fois quand les gendarmes sont venus me trouver sur appel d'un voisin ?

Ensuite ça peut paraitre anodin par rapport à la gravité d'autres faits de la journée mais l'individu a "rassuré" les gendarmes... avec des propos handiphobes. Puisqu'il a dit un truc du genre "moi je travaille je suis à bout, lui il glande sur les aides" alors qu'il sait pertinement que je suis reconnu handicapé.

24/06/2022 12:56

J'ai pu avoir une aide juridique au telephone qui me dit de contacter le procureur mais semblait douter qu'il y ai des suites serieuses. Ca avait l'air de lui sembler banal.

Je vais donc le faire tout de même et éventuellement me tourner vers les medias. En esperant que ce genre de personnes soient un peu plus inquiétés et que les victimes ou témoins de violences conjugales puissent plus facilement agir

27/06/2022 11:47

Voilà le texte de la plainte auprès du procureur pour non assistance à personne en danger, je ne sais pas si c'est trop long mais sur le site du service publique ils disent de décrire les faits "avec le plus grand exactitude".

Ensuite je me demande surtout s'il existe une plainte pour tentative de dissuasion de porter plainte de la part de la gendarmerie ?



-----------

J'ai téléphoné au 17 pour signaler un individu alcoolisé qui insultait et menaçait sa compagne, car je savais qu'il pouvait dérapper plus lourdement (il doit déjà comparaitre pour violence conjugale). On m'a alors demandé si c'était vraiment urgent et surpris par la quesiton j'ai répondu que c'était dur à définir. Puis comme l'individu m'a vu téléphoner (je l'avais prévenu que je le ferais s'il ne s'excusais pas d'avoir craché de la nourriture au visage de sa compagne) il se saisie d'une bêche et menace de me faire payer ce geste ! J'explique alors à mon interlocuteur au 17 ce qu'il se passe et affirme qu'il s'agit donc d'une urgence, en répétant plusieurs fois le nom de la ville et de l'entreprise devant laquelle je me trouve. Comme j'entends encore des questions j'explique alors être electrosensible et ne pas pouvoir m'eterniser au telephone, et répéte une derniere fois le nom de la ville et de l'entreprise avant de raccrocher pour pouvoir en plus me défendre de l'invidivu qui se rapproche.
Pendant au moins une heure je me suis contenté de parer les coups en attendant l'arrivée de la police, puis en desespoir de cause il m'a fallu le cogner et il s'est éffondré. J'allais essayer de le maitriser totalement avant de rappeler le 17 quand sa compagne a voulu se venger du mal qu'il lui a fait en le frappant au sol. J'ai alors du la retenir en lui disant de ne pas faire de bêtise et d'appeler le 17, ce qu'elle n'a pas voulu faire.
Durant l'après midi il aurra réussi à lui mettre un coup de poing dans la tête et un coup de pied dans la mienne. Puis une autre fois où il s'est retrouvé au sol il a attrappé une grosse pierre et s'appretait à tenter de me l'envoyer dessus et j'ai alors fuit. Considérant que je ne pouvais pas me mettre plus en danger pour proteger ca compagne qui ne voulait appeler les secours. Il a alors envoyé la pierre dans le pare brise de mon véhicule.
J'ai trouvé des voisins qui ont appelé la gendarmerie, lorsqu'ils sont arrivés j'ai signalé une femme en danger probable, ainsi que le fait que l'individu avait menacé de brulait mon véhicule (principalement du fait du risque de propagation du feu aux arbres et entreprises alentour en ce jour de canicule déjà marqué de plusieurs feux). Des vosins sont sortis à ce moment et sont revenus environ 20/30 minutes plus tard, affirmant avoir vu une jeune fille en train de pleurer au bord de la route. J'ai alors demandé aux gendarmes pourquoi ils n'avaient encore envoyé personne là bas ils m'ont répondu séchement quelque chose comme de les laisser faire leur travail.
Ils m'ont ensuite ramené sur place en m'expliquant qu'ils vont enregistrer ma plainte. Une fois arrivée l'individu dit tout de suite "c'est un ami on a un peu bu ça va s'arranger" à quoi je répond haut et fort qu'il n'y a pas de ça qui tienne et que je maintiens vouloir porter plainte. Après quoi je suis allé me mettre à l'ombre vers mon véhicule le temps qu'ils le controlent, n'ayant aucune envie de rester à côté en cas où il degenererait durant le contrôle. Environ 20 minutes plus tard je jette un oeuil et constate que la voiture de gendarmerie n'est plus là. Je pars alors en vélo et essaye de sonner à la gendarmerie. On me dit alors que ça ne ressemble pas à une urgence et qu'il faut revenir porter plainte le lendemain matin. Comme l'individu est toujours aux environ de mon camion (qui est mon logement) et qu'il a menacé de me bruler dans mon sommeil je n'ai d'autre choix que d'alle dormir dehors sur des bouts de cartons.
Le lendemain lorsque je viens porter plainte, la gendarme tente de m'en dissuader, affirmant que les gendarmes étant intervenus m'ont trouvé "trés éméché et tenant des propos incohérants". Je bondis en disant que les voisins pourraient témoigner du contraire, ainsi que les pompiers qui ont pris ma tension, glycémie et rythme cardiaque. A quoi elle répond que "seul compte l'évalutation des gendarmes". Ensuite elle tente encore de me dissuader en m'accusant d'être "défavorablement connu de leurs services" faisant allusion au seul problème que j'ai causé sur la commune en 2 ans à savoir avoir proposé des chattons (gratuitement) à l'adoption sur le marché.
La plainte contre l'aggressur a déjà été déposée, et si je vous envoie cette lettre c'est pour porter plaite pour non assistance à personne en danger contre les forces de l'ordre. Car j'ai clairement expliqué que l'individu qui insultait sa compagne me menaçait alors sérieusement avec une arme. Ensuite je pense qu'il y a encore non assistance à personne en danger lorsque j'ai signalé aux gendarmes le fait que sa compagne était encore près de lui et menacée. En dernier lieu je désire porter plainte pour tentative de dissuasion de déposer ma plainte à la gendarmerie

------------------



Merci pour votre aide

27/06/2022 12:38


s'il existe une plainte pour tentative de dissuasion de porter plainte de la part de la gendarmerie ?


Non. Puisque vous pouvez déposer une plainte par courrier directement au procureur.

27/06/2022 14:25

Je prend note mais ça me parrait assez scandaleux car de nombreuses personnes peuvent être intimidées par ce refus et penser qu'il est justifié et ne pas oser aller jusqu'à écrire au procureur.

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. ayache

Droit pénal

3 avis

Me. Fregosi

Droit pénal

4 avis