Convocation d'un employé d'une copropriété par le syndic de copropriété.

Publié le 24/05/2021 Vu 1578 fois 41 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

21/05/2021 18:09

Le syndic [---] fixe les conditions de son travail suivant les usages locaux et les textes en vigueur ce n'est donc pas au conseil syndical d'intervenir...

Le dossier indique :

- Le syndic décide seul de l’embauche, du licenciement et des conditions de travail
- Seul le syndic a le pouvoir de donner des consignes
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

21/05/2021 18:50

Hors droit du travail, je voulais simplement rappeler que le syndic n'est pas l'employeur du personnel mais qu'il est le commettant (il dirige, donne des ordres) et donc que les employés du syndicat sont les préposés du syndic.

Pour un licenciemment, comme c'est le syndicat qui décide du nombre et de la catégorie des emplois, en cas de licenciement économique seul le syndicat (AG) peut le décider et non pas le syndic.
__________________________
« Les réponses apportées aux questions devront, dans la mesure du possible, indiquer le fondement juridique (article de loi, référence de la décision etc.) » étant notre engagement en tant que bénévoles, signifierait, par respect pour ceux qui posent correctement une question de leur répondre le plus possible avec concision et sans suffisance, et que de simples avis non étayés peuvent être constatés et dénoncés par des réponses contraires indiquant le(s) fondement(s) juridique(s) et que ces interventions non étayées ne peuvent être que les œuvres de trolls.

21/05/2021 19:03

Mais c'est au syndic de procéder au licenciement, ce qui n'est pas le cas en l'occurrence...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

Superviseur

21/05/2021 19:31

https://www.clcv.org/coproprietaires/le-syndicat-employeur-du-personnel-de-la-copropriete#:

Bonsoir Yoann

Concernant les responsabilités des uns et des autres, cette présentation de la clcv est intéressante.
__________________________
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-
Les conciliateurs...
https://www.service-public.fr/

21/05/2021 19:46

Simplement comme la discussion démarre sur une erreur qui attrbue au syndic le titre d'employeur, yoab n'est pas employé(e) du syndic, je me suis permis de nuancer et de préciser qui est qui et qui fait quoi dans tous les cas.

Le lien de l'ARC bien que concis permet de réfléchir si c'est pour faire le point sur les prestations, comme le conseil syndical contôle le syndic il ne faut pas d'emblée y voir une collusion contre l'employé(e) mais aussi de contrôler les propos du syndic.

Donc si yoab n'a rien à se reprocher la présence du conseil syndical ne peut être que rassurante.

Ce n'est pas le syndic qui la rémunère c'est le syndicat grâce aux charges payées par les copropriétaires qui forme le syndicat.
__________________________
« Les réponses apportées aux questions devront, dans la mesure du possible, indiquer le fondement juridique (article de loi, référence de la décision etc.) » étant notre engagement en tant que bénévoles, signifierait, par respect pour ceux qui posent correctement une question de leur répondre le plus possible avec concision et sans suffisance, et que de simples avis non étayés peuvent être constatés et dénoncés par des réponses contraires indiquant le(s) fondement(s) juridique(s) et que ces interventions non étayées ne peuvent être que les œuvres de trolls.

21/05/2021 20:44

Personnellement, j'ai parlé essentiellement du syndic sans confusion avec l'employeur...

C'est une question de principe, le conseil syndical n'a pas à intervenir dans la gestion du Personnel et c'est bien pour cela qu'il mandate le syndic...

Lorsqu'il y a des actionnaires dans une entreprise qui mandatent un gérant, ils n'ont pas à intervenir directement non plus dans la gestion du Personnel...

Il s'agit à n'en pas douter d'un entretien de recadrage et le conseil syndical n'entend certainement pas y venir uniquement comme spectateur pour contrôler le syndic, en tout cas le salarié peut invoquer le déséquilibre comme je l'ai indiqué car cela n'a rien de rassurant...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

22/05/2021 12:24

Certes...

Sauf que les membres du conseil syndical ne sont pas des actionnaires, ils ne détiennent pas des actions mais des titres de propriété (actes authentique enregistrés au SPF) ; le syndic n'est pas une assemblée délibérante ni son président.

Concernant le terme commettant je voudrai apporter quelques observations.

Il se trouve que certains, dont l'ARC (j'y ai fait allusion), prétendent que le syndic est le commettant des employés du syndicat sous le prétexte qu'il donne des ordres et qu'il serait le supérieur hiérarchique.

Ce lien est plus qu'intéressant car il rappelle la défintion faite par la Cour de cassation (1947) :


Celui qui, pour son compte et son profit, fait appel à l'intervention d'une autre personne, et, a le droit de lui donner des ordres quant à la manière de remplir les fonctions auxquelles elle est employée et qu'elle accomplit pour lui.


... et à cette définition juridique.

L'article 31 du décret, qui est d'ordre public, dispose :


Le syndic engage et congédie le personnel employé par le syndicat...

L'assemblée générale a seule qualité pour fixer le nombre et la catégorie des emplois.


Le syndic n'emploie pas le personnel, il n'engage pas le personnel pour son compte et son profit.

En fait c'est le syndic qui est le commettant du syndicat.

Donc un employé du syndicat n'est pas le préposé du syndic.

Le syndic, en tant qu'employé (rémunération définie dans le contrat d'embauche), est simplement habilité à engager le personnel nécessaire décidé par le syndicat

Article 30 du décret :


A l'occasion de l'exécution de sa mission, le syndic peut se faire représenter par l'un de ses préposés.


Ce qui signifierait si le syndic était le commettant et qu'un employé du syndicat était un de ses préposés, il pourrait se faire représenter par le gardien ou le technicien de surface.

Donc dans l'ordre...

Article 14 de la loi :


La collectivité des copropriétaires est constituée en un syndicat qui a la personnalité civile.

...

Il a pour objet la conservation et l'amélioration de l'immeuble ainsi que l'administration des parties communes.


Ce qui inclu l'entretien (nettoyage, ménage, etc...)

Article 17 de la loi :


Les décisions du syndicat sont prises en assemblée générale des copropriétaires ; leur exécution est confiée à un syndic placé éventuellement sous le contrôle d'un conseil syndical.


Article 18 de la loi :


I. - Indépendamment des pouvoirs qui lui sont conférés par d'autres dispositions de la présente loi ou par une délibération spéciale de l'assemblée générale, le syndic est chargé, dans les conditions qui seront éventuellement définies par le décret prévu à l'article 47 ci-dessous :

- d'assurer l'exécution des dispositions du règlement de copropriété et des délibérations de l'assemblée générale ;

- d'administrer l'immeuble, de pourvoir à sa conservation, à sa garde et à son entretien et, en cas d'urgence, de faire procéder de sa propre initiative à l'exécution de tous travaux nécessaires à la sauvegarde de celui-ci ;


Article 22 de la loi :


Dans tout syndicat de copropriétaires, un conseil syndical assiste le syndic et contrôle sa gestion.

En outre, il donne son avis au syndic ou à l'assemblée générale sur toutes questions concernant le syndicat, pour lesquelles il est consulté ou dont il se saisit lui-même.

Le conseil syndical peut prendre connaissance, et copie, à sa demande, et après en avoir donné avis au syndic, de toutes pièces ou documents, correspondances ou registres se rapportant à la gestion du syndic et, d'une manière générale, à l'administration de la copropriété.

Il reçoit sur sa demande, communication de tout document intéressant le syndicat.


Ce qui inclut un contrat d'embauche sur lequel le conseil syndical a un droit de regard et de donner son avis.

Les textes n'interdisent nullement au conseil syndical d'intervenir concernant les employés du syndicat.

Le syndic professionnel ne peut pas imposer un employé contre l'avis du conseil syndiclal ce qui signifierait que le syndic, employé par le syndicat, pourrait imposer un employé de force.

Dans ce cas il ne ferait pas long feu car sur le rapport de mission du conseil syndical faisant état d'un conflit avec le syndic ce dernier risque de se faire virer.

Article 25 de la loi :


Ne sont adoptées qu'à la majorité des voix de tous les copropriétaires les décisions concernant :

c) La désignation ou la révocation du ou des syndics et des membres du conseil syndical ;c) La désignation ou la révocation du ou des syndics et des membres du conseil syndical ;


Article 22 dudécret :


Le conseil syndical rend compte à l'assemblée, chaque année, de l'exécution de sa mission.


... de contrôle du syndic.

Article 26 du décret :


L'ordre du jour de l'assemblée générale est établi en concertation avec le conseil syndical.


Donc un syndic est habilité à gérer le personnel employé par le syndicat, mais s'il veut rester en place il faut qu'il collabore avec le conseil syndical et surtout ne pas imposer ses choix à son employeur.

Dans le cas présenté il vaut mieux que le conseil syndical soit présent et il n'existe aucun texte qui le lui interdise.

L'employé sachant sa présence, le syndic n'était pas tenu de l'en informer, sera au moins sûr que si reproche il y a, il lui sera reproché strictement ce qui doit l'être mais pas plus.

S'il y a manquement, le syndic n'étant pas toiujours présent sur place contrairement aux membres du conseils syndical, et que si ces derniers sont témoins d'un manquement, le syndic a parfaitement le droit de demander au conseil syndical de venir témoigner.

De plus si un employé considère que c'est le syndic son employeur et qu'il refuse d'entendre les remarques du conseil syndical, ce dernier pourra obliger le syndic à prendre des mesures sous peine que ce dernier en voit prises contre lui.

Lorsqu'il s'agit d'engager un employé, le syndic a tout intérêt de demander son avis (droit de véto) au conseil syndical et de préciser aux employés que le véritable employeur (patron) c'est le syndicat représenté par le conseil syndical qui l'a élu.

Le syndicat en tant qu'employeur peut être poursuivi pour faute de son employé alors que le syndic, qui est aussi un employé (d'office), ne peut pas être tenu comme responsable de quoi que ce soit, c'est ensuite au syndicat de poursuive le syndic ; dans une entrepise les actionnaires ne sont pas tenus d'être responsables des fautes des employés de l'entreprise.

Dernière remarque il faut parler du cas des syndics bénévoles. Dans une copropriété intelligente il n'y a pas de différence de fonctionnement interne entre un syndic désigné par l'assemblée générale et un syndic désigné par les membres du conseil syndical : le syndic est toujours présent lors des réunions du conseil syndical et les décisions sont prises en commun ; la seule différence c'est que dans un syndicat de forme coopérative le syndic peut changer à tout moment sans intervention de l'assemblée générale.

Enfin je terminerai volontairement par une question toute simple : Que se passerait-t-il s'il prend l'envie au syndic de licencier un personnel contre l'avis du conseil syndical ?
__________________________
« Les réponses apportées aux questions devront, dans la mesure du possible, indiquer le fondement juridique (article de loi, référence de la décision etc.) » étant notre engagement en tant que bénévoles, signifierait, par respect pour ceux qui posent correctement une question de leur répondre le plus possible avec concision et sans suffisance, et que de simples avis non étayés peuvent être constatés et dénoncés par des réponses contraires indiquant le(s) fondement(s) juridique(s) et que ces interventions non étayées ne peuvent être que les œuvres de trolls.

22/05/2021 13:27

Bonjour,

J'ai pris l'exemple des actionnaires par rapport à ce que vous indiquiez que ce n'est pas le syndic qui paie le salarié et parce que comme le gérant le syndic est celui qui gère le Personnel...

Que le syndic doive collaborer avec le conseil syndical n'est pas le problème du salarié qui ne connait que le syndic pour lui tansmettre des directives, similitude avec le gérant par rapport aux actionnaires...

Vos affirmations indiquant que le syndic peut demander au conseil syndical de venir témoigner ne sont pas étayées et il pourrait tout autant plutôt que de transformer l'entretien en audience recueillir des attestations comme qu'il vaut mieux qu'il soit présent...

Dans le cas présent, il ne s'agit pas d'embaucher un salarié puisqu'il l'est déjà mais de le gérer...

Dans le cas d'une société, les actionnaires sont tout autant responsables des décisions du gérant puisque ce n'est pas lui personnellement qui est éventuellement condamné mais l'entité juridique...

Je vous laisse épiloguer à volonté même contre le dossier que vous avez proposé suivant la lecture que l'on veut en faire et même sortir du sujet puisqu'il n'est pas question de licenciement en l'occurrence mais si le syndic y procédait contre l'avis du conseil syndicaln ce ne serait pas le problème du salarié qui pourrait obtenir éventuellement la condamnation de l'employeur s'il était abusif, à charge du conseil syndical de se retourner contre le syndic...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

22/05/2021 14:17

Bonjour,

Jusqu'à ce que j'intervienne vous avez toujours considéré et affirmé que le syndic était l'employeur.

Il ne peut pas y avoir de rapport avec un gérant et des actionnaires puisque les actionnaires ne sont pas des propriétaires.

Voir ce dossier.

La comparaison d'un syndic avec un gérant me pose problème.

Maintenant si vous conseillez de risquer de provoquer un conflit ouvert avec l'employeur (il y a de fortes chances qu'il se sente dédaigné) pour des raisons d'amour propre et/ou d'ego libre à vous.

Cdt.
__________________________
« Les réponses apportées aux questions devront, dans la mesure du possible, indiquer le fondement juridique (article de loi, référence de la décision etc.) » étant notre engagement en tant que bénévoles, signifierait, par respect pour ceux qui posent correctement une question de leur répondre le plus possible avec concision et sans suffisance, et que de simples avis non étayés peuvent être constatés et dénoncés par des réponses contraires indiquant le(s) fondement(s) juridique(s) et que ces interventions non étayées ne peuvent être que les œuvres de trolls.

22/05/2021 15:44

Vous seriez bien en peine de citer dans quel message j'ai affirmé que l'employeur est le syndic sauf peut-être une fois où il peut y avoir un doute mais peut-être confondez-vous les intervenants...

Si vous ne savez pas comprendre en quoi il peut y avoir une similitude entre le gérant d'une société et le syndic, j'en suis désolé...

Ce nouveau dossier que vous proposez est plus philosophique que juridique même si bien sûr dans une entreprise on peut considérer qu'il n'y a pas que le capital financier mais aussi le capital travail mais celui qui peut par exemple céder l'entreprise c'est quand même les détenteurs du premier...

Voici maintenant que mon amour propre et/ou mon égo serait en cause parce que je me contente de repréndre ce qui est dit dans un autre dossier que vous avez proposé...

J'ai essayé simplement de donner des éléments à l'intéressé pour qu'il puisse se défendre contre ce qui lui semble être un abus à mon sens à juste titre car de toute façon le conflit me semble déjà ouvert et éviter qu'il se trouve submergé par une multitude de personnes pouvant lui donner des consignes...

Pour ma part, je pense avoir tout dit dans ce sens dans ce sujet...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

22/05/2021 19:11

J'ai bien précisé considéré ce qui signifie que vous n'avez jamais relevé que le syndic n'était pas l'employeur.

Un gérant n'est pas un employé alors que le syndic l'est : contrat avec rémunération pour, en particulier, exécuter (obéir) des décision prises en AG.

Le syndic engage, il n'embauche pas ; le syndic congédie, il ne licencie pas !

L'article 31 du décret dispose :


Le syndic engage et congédie le personnel employé par le syndicat et fixe les conditions de son travail suivant les usages locaux et les textes en vigueur.


... et non pas : Le syndic embauche et licencie le personnel employé par le syndicat et fixe les conditions de son travail suivant les usages locaux et les textes en vigueur.

Je vous invite à consulter la signification exacte de ces quatre mots (engager, congédier, embaucher et licencier) ; en français chaque mot a un sens, sachant qu'employer signifie faire travailler quelqu'un pour son compte en échange d'une rémunération.

Celui qui licencie c'est celui qui embauche et un contrat d'embauche, dans une copropriété, est signé entre le syndicat et l'employé.

En revanche, conformément à l'article 31 du décret, le syndic peut, sans obtenir l'accord de l'AG, modifier un contrat qui ne respecte pas la convention collective nationale ; il peut aussi augmenter le salaire pour les mêmes raisons dans les limites prévues.

Quand à l'amour propre et l'ego c'est pour yoab qui refuse la présence d'autres personnes pour entendre ce que le syndic aurait à lui dire.

De plus je trouve très bizarre qu'ayant signé son contrat yoab ne sais pas avec qui ; car sur le contrat il y est obligatoirement spécifié que l'employeur c'est le syndicat des copropriétaires et non pas le syndic !
__________________________
« Les réponses apportées aux questions devront, dans la mesure du possible, indiquer le fondement juridique (article de loi, référence de la décision etc.) » étant notre engagement en tant que bénévoles, signifierait, par respect pour ceux qui posent correctement une question de leur répondre le plus possible avec concision et sans suffisance, et que de simples avis non étayés peuvent être constatés et dénoncés par des réponses contraires indiquant le(s) fondement(s) juridique(s) et que ces interventions non étayées ne peuvent être que les œuvres de trolls.

22/05/2021 20:37

Vous êtes sûr qu'un gérant ne peut pas être un "employé", il vit de quoi alors...

Il ne devrait pas exécuter les décisions des actionnaires, curieuse conception...

Effectivement, vous avez quelques lacunes en droit du travail pour affirmer que le syndic engage mais qu'il n'embauche pas un salarié ou qu'il le congédie mais qu'il ne le licencie pas suivant les dispositions du Code du Travail...

Décidément, cette discusion est trop ridicule pour que je la poursuive et vous laisse juger l'intéressé qui mérite sûrement mieux que cela...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

22/05/2021 20:57

Beatles arrête de parler à ma place on se connaît pas ... va faire un concours d égo ailleurs que sur cette discussion

23/05/2021 10:28


Curieuse invitation pour une réunion complètement déséquilibrée comme si c'était une simple réunion de travail ou un séminaire professionnel...


Concrètement on ne sait rien du tout du fond. On sait juste que le salarié est invité à une réunion. Dans ce cadre la, le salarié ne peut pas refuser de s'y rendre. Si ça se trouve le conseil syndical veut juste discuter de prestations complémentaires.


On sait en tout cas qu'il vaut mieux qu'un salarié ne soit pas défendu par vous en cas de sanction s'il invoque un tel déséquilibre à moins de se faire enfoncer...


On n'est pas dans le cadre d'une convocation en vue d'une sanction, ou alors vous avez des éléments que moi je n'ai pas.

23/05/2021 10:28

Pour yoab :

Nous n'avons pas gardé les cochons ensemble !
Cette expression française bien connue s'applique à votre intervention naturelle et instinctive (le naturel revient au galop) à la teneur familière plus que déplacée et qui démontre un manque certain d'éducation et que vous n'accepez aucune remarque de quiconque (je ne parle pas à votre place je constate votre soi-disant ignorance sur l'identité de votre employeur et j'en tire des conséquences).

Pour P.M. :

Au vu de vos interventions, sur les forums, que j'ai été amené à consulter, ainsi que votre blog, j'ai pu me faire une opinion sur vos connaissances en droit du travail, ce qui n'est pas de mon domaine, et constater une certaine certitude de votre part qui me parraissait logique.

Mais suite à mon intervention et un refus de vous remettre en cause vous m'avez obligé de faire ce que je n'aime pas faire pour une personne sur laquelle j'avais une bonne opinion.

Quelqu'un qui connait et qui a vécu la copropriété aurait relevé d'emblée que le syndic n'est pas l'employeur, mais que c'est le syndicat ; le fait de ne pas l'avoir fait démontre que vous méconnaissez le régime, l'organisation et le vécu de la copropriété ; vous constaterez que de parler de méconnaissance ce veut diplomatique comme ma première intervention.

Votre argumentation, pour justifier l'attitude de yoab, dans laquelle vous prétendez que l'employé ne connait que le syndic, pour lui rendre des comptes, ne tient pas pour la simple et bonne raison que le syndic qui procède à son engagement peut changer alors que son employeur est toujours le même (le syndicat).

Votre position, sans aucune réflexion, c'est de prendre parti pour l'employé victime contre le méchant employeur.

Si vous aviez une connaissance et le vécu de la copropriété vous sauriez que les copropriétés importantes n'emploient pas du personnel pour le nettoyage (technicien de surface) mais passent des contrats avec des entreprises de nettoyage contrairement à celles que l'on nomme petites copropriétés.

Les copropriétaires ne sont pas systématiquement des nantis, au contraire comme le démontre l'introduction de la première lecture (page 817 du JOAN) à l'assemblé nationale de la loi ainsi que celle de la lecture (page 517 du JOS) au sénat.

Si dans une entreprise il existe une ou plusieurs personnes qui encadrent le personnel, ce qui implique un contrôle du tavail effectué, il n'en est pas de même dans les petites copropriétés qui sont les employeurs.

L'employé est sans contôle direct sinon les rares fois où le syndic se déplace ou ne se déplace pas, et tout employeur a un droit de regard sur le travail de son employé, et comme le conseil syndical contrôle la gestion du syndic il a parfaitement le droit de contôler si l'employé engagé et non employé par le syndic fait correctement son travail.

Pour bien comprendre il faut partir de la naissance de la copropriété et pour cela prendre connaissance du deuxième alinéa de l'article 17 de la loi :

Dans les cas où, avant la réunion de la première assemblée générale suivant la mise en copropriété, un syndic provisoire a été désigné par le règlement de copropriété ou par tout autre accord des parties, ce syndic ne peut être maintenu que par décision de l'assemblée générale, après mise en concurrence préalable de plusieurs contrats de syndics effectuée par le conseil syndical, s'il en existe un, ou les copropriétaires.
Donc au départ il n'existe pas obligatoirement de syndic, mais le règlement de copropriété déposé par le promoteur peut fixer le nombre et la catégorie des emplois et de permettre à ce dernier d'engager le personnel nécessaire au nom du syndicat ; et dans ce cas c'est bien l'employeur propriétaire qui embauche et qui engage.

Si le promoteur à choisi un syndic, ce dernier ne peut que procéder aux engagements et non pas à l'embauche, permis pour compléter le quota.

L'embauche est prévue par le syndicat (article 31 du décret) et le recrutement par le syndic en fonction du nombre d'embauches.

Pour modifier le nombre et la catégorie des emplois, certains avancent que cela doit se faire à la double majorité de l'article 26 car cela concernerait l'administration des parties communes (b de l'article 26 : « La modification, ou éventuellement l'établissement, du règlement de copropriété dans la mesure où il concerne la jouissance, l'usage et l'administration des parties communes ; »), alors que d'autres avancent que ce n'est pas assez explicite et donc que cela doit se faire à la majorité simple prévue à l'article 24 : « I.-Les décisions de l'assemblée générale sont prises à la majorité des voix exprimées des copropriétaires présents, représentés ou ayant voté par correspondance, s'il n'en est autrement ordonné par la loi. ».

Comme c'est une décision importante et qui n'est pas obligatoire, elle devrait se prendre à la double majorité del'article 26.

Donc j'ai des interrogations légitimes sur la sincérité de la démarche de yoab qui sont confirmées par sa vulgarité et son ignorance réelle ou feinte, ce qui laisse à pense qu'il ou elle sait très bien pourquoi il ou elle est convoqué(e) et le pourquoi de la présence du conseil syndical qui a un pouvoir de contrôle (ce qui ne plairait pas à yoab qui n'accepterait pas de contrôle et plus que difficilement des remarques).

yoab (17/05/2021 17:01) :

Le syndic souhaite me rencontrer pour faire le point sur la prestation de nettoyage en présence des membres du conseils syndical.
yoab (20/05/2021 13:11) :

Les raisons sont assez floues. Il s'agit d'après le mail reçu d'un entretien pour faire le point sur la prestation de nettoyage. Je ne pense pas qu'il sagisse de sanction mais par contre d'une remise en cause de mon travail c'est a peu près certain.
S'il arrivait que l'on soit tenté de palgier (mal) Desporges, concernant ce dernier pour s'y référer il faut, comme lui, comprendre ou savoir faire du second degré ce qui exclut toute vulgarité naturelle et instinctive telle que pratiquée par yoab :


Ou bien, «n'importe qui» ce sont tout simplement «les cons», ceux qui n'ont pas «compris le second degré», qui ne sont pas assez malins pour déceler mon talent d'humoriste. Peut-être Desproges pensait-il aussi à eux, d'ailleurs, à des cons qui lui étaient propres.


La discussion n’ayant pu être fermée que pour cause d’insulte et de vulgarité et non pas parce que tout a été dit ; pour le vérifier il suffit de se reporter au dernier alinéa de l’article 31 du décret :


Le syndic engage et congédie le personnel employé par le syndicat et fixe les conditions de son travail suivant les usages locaux et les textes en vigueur.

L'assemblée générale a seule qualité pour fixer le nombre et la catégorie des emplois.


Ce qui signifie que le syndic n’a pas le droit de modifier le nombre et la catégorie des emplois c’est-à-dire qu’il ne peut pas décider d’engager ni de congédier comme il veut sans autorisation.

Il ne peut recruter qu’en fonction de ce que lui autorise le syndicat, et dans ce cas il vaut mieux pour lui que la recrue convienne ce qui implique l’aval du conseil syndical qui le contrôle, et il ne peut congédier que suite à une décision prise par le syndicat car cela revient à modifier le nombre dans une catégorie d’emplois, qualité qu’a seule une assemblée générale.

Il est donc « malheureux » de confondre engager avec employer et congédier avec licencier.
__________________________
« Les réponses apportées aux questions devront, dans la mesure du possible, indiquer le fondement juridique (article de loi, référence de la décision etc.) » étant notre engagement en tant que bénévoles, signifierait, par respect pour ceux qui posent correctement une question de leur répondre le plus possible avec concision et sans suffisance, et que de simples avis non étayés peuvent être constatés et dénoncés par des réponses contraires indiquant le(s) fondement(s) juridique(s) et que ces interventions non étayées ne peuvent être que les œuvres de trolls.

23/05/2021 11:07

Bonjour,

Vous savez très bien que je ne répondrai plus dans ce sujet, il est donc inutile de m'interpeler ainsi vous pourrez énoncer toutes les contre-vérités que vous voulez...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

23/05/2021 12:08

Idem...merci PM

"Parler à un C.. c'est un peu comme se masturber avec une râpe à fromage : beaucoup de souffrance pour peu de résultat"' Desproges

Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. Peschaud

Droit du travail

101 avis

Me. KADDOUR

Droit du travail

1 avis