Un Président du Conseil européen médiatique. Sans plus.

Publié le Modifié le 20/11/2009 Vu 2 402 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les 27 viennent de désigner le premier Président du Conseil européen. Cela a t-il était bien utile?

Les 27 viennent de désigner le premier Président du Conseil européen. Cela a t-il était bien utile?

Un Président du Conseil européen médiatique. Sans plus.

L’Europe vient de trancher. Le premier Président de l’Union Européenne sera M. Herman Van Rompuy. Vous le connaissez ? Surement un peu plus depuis hier soir. A la tête de la Belgique depuis Décembre dernier, ce flamant a réussi l’exploit de réconcilier, au moins provisoirement, la Flandre et la Wallonie. Ce que n’avait pas réussit à faire son prédécesseur, Yves Leterme.

Mais on peut regretter cette décision, tout comme la nomination d’une britannique inconnue en tant que Haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Mme Catherine Ashton, si elle occupe la place de commissaire au commerce depuis tout juste un an, ne se formalise pas d’avoir une place bien inférieure à celle qu’on avait voulu lui donner avec le projet de constitution.

Ce qui est aussi regrettable est la procédure de nomination de ces deux postes. Dans les couloirs obscurs de l’Europe s’est en effet décidé de l’attribution de ces places. Bien loin des citoyens. Et si la France et l’Allemagne dominent habituellement les débats européens, on ne peut que regretter l’absence de débat démocratique européen pour connaitre les opinions des différents candidats. Et même d’ailleurs l’établissement d’une liste officielle. Mais l’absence de démocratie ne caractériserait-elle d’ailleurs pas l’Europe ? Cette énorme machinerie administrative qui en 60 ans n’a toujours pas réussi à mettre le citoyen au cœur de son fonctionnement ? Pour preuve, avant même le vote des Etats membres hier soir on savait déjà qui occuperaient ces postes. Tout était joué d’avance. Comme d’habitude.  Le Parlement européen ne fait d’ailleurs pas parti du processus, Peut être fera t-il entendre sa voix lors de la nomination des commissaires, en guise de revanche.

Outre cette main mise des Etats membres sur ce qu’on aurait pu attendre d’un système démocratique, c’est le choix de ces personnes qui est contestable. Enfin, si on se place dans la perspective d’une Europe forte capable de parler d’une seule voix. Le nouveau Traité de Lisbonne prévoit que le Président du Conseil européen aura pour mission de faciliter la cohésion et le consensus au sein du Conseil européen, et d’assurer à son niveau et en sa qualité la représentation extérieure de l’Union pour les matières relevant de la politique étrangère et de sécurité commune (article15 du Traité sur l’Union Européenne). Il devra en outre concilier ces attributions avec le Haut représentant pour les affaires étrangères. Si ce texte prévoit son élection, on a pu voir qu’en fait d’élection, il n’y a rien eu.

Un des problèmes qui va notamment se poser va être les pouvoirs effectifs de ce Président qu’on a sans doute trop longtemps mis à un très haut niveau. Ce Président devra en effet concilier ses attributions avec la présidence tournante du Conseil, toujours d’actualité. N’aura-t-il donc pas dès lors un rôle purement administratif d’organisation des réunions du Conseil, devant se courber devant la volonté de l’Etat présidant le Conseil ? Il y a en effet de fortes chances que ceci se produise, et ce n’est donc pas un hasard si nos gouvernements ont nommé un Président du Conseil qui aura la faculté de plaire à leurs exigences. D’ailleurs, que pourra rétorquer un Président du Conseil qui n’a pas eu de légitimité démocratique, contrairement aux chefs de l’Etat et de gouvernement des différents Etats membres.

Alors, ce nouveau Président du Conseil sera-t-il la personne que les chefs d’Etat étrangers appelleront pour discuter d’un sujet européen ? On peut là encore en douter, car que pourra t-il leur apporter de concret ? Vraisemblablement rien de plus qu’auparavant, puisque si un homme fort et charismatique aurait pu avoir un peu d’influence sur un  Etat membre autre que le sien, M. Van Rompuy n’en disposera assurément pas, étant issu d’un petit Etat membre et ne disposant, vraisemblablement, d’un caractère suffisamment fort.  Mme Ashton pour sa part semble bien heureuse de s’être vu attribuer ce poste, elle qui est issu d’un pays toujours réticent aux avancées européennes, et qui ne connait pas grand-chose aux affaires étrangères, étant issu d’un Labour qui s’est si souvent montré nombriliste.

Est-ce à dire que les changements apportés par le Traité de Lisbonne ne sont pas tant que ça des progrès ? Non, car il traite de sujets autrement plus intéressants, et plus pratique sur le plan fonctionnel, et tellement moins politique que la nomination d’un Président du Conseil fantoche et d’une Haute représentante qui aura le loisir de cantonner son activité à celle qu’est sa position, c'est-à-dire de Commissaire européenne.

Et pour autant, peut-on dire que tout cela est préjudiciable à l’Europe ? Oui, car le citoyen ne s’est une fois de plus pas reconnu dans cette Europe qui n’est décidemment pas faite pour lui, mais bien pour les dirigeants européens. Mais de toute façon rien n’est très grave en ce domaine, puisque finalement, et malgré les demandes irlandaises, la France est quand même qualifiée pour la Coupe du Onde, ce qui aux yeux des français, est quand même bien plus important !

 

Benjamin Chouteau

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Benjamin Chouteau

Qu'est le droit européen dans notre vie? Presque tout. Mais le sait-on vraiment?

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles