Le Canada peut-il remplacer les États-Unis? Dr. Abbas Poorhashemi

Publié le 01/07/2020 Vu 388 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le Canada peut-il remplacer les États-Unis comme destination la plus populaire auprès des immigrants potentiels?

Le Canada peut-il remplacer les États-Unis comme destination la plus populaire auprès des immigrants potenti

Le Canada peut-il remplacer les États-Unis? Dr. Abbas Poorhashemi

L'un des impacts directs de la pandémie de coronavirus COVID-19 est le réexamen de la politique d'immigration dans de nombreux pays. L'administration du président Trump a adopté une approche limitative concernent l'immigration aux États-Unis à de nombreuses reprises. Récemment, cette administration a décidé de suspendre temporairement le programme de visa H-1B. Cette décision aurait des conséquences importantes sur la politique d'immigration aux États-Unis. Cela pourrait avoir des effets critiques immédiats sur l'immigration canadienne, qui a été toujours l'une des destinations populaires pour les immigrants et les demandeurs d'asile.

La politique d'immigration de l'administration du président Trump visant à réduire le nombre d'immigrants admis aux États-Unis encourage les immigrants potentiels à considérer le Canada comme une nouvelle destination. Les politiques anti-immigrations conduisent les immigrés à trouver une destination alternative.

Historiquement, les États-Unis et le Canada sont fondés sur l'immigration. Sur cette base, ils ont besoin de l'immigration pour maintenir le développement économique, social et politique à court et à long terme. Dans cette perspective, la migration est toujours considérée comme des opportunités plutôt que des menaces pour les deux pays.

Les États-Unis, sous l'administration du président Trump, ont changé leur politique d'immigration. L'un des changements importants dans l'immigration est de suspendre le visa H-1B. Dans ce contexte, les entreprises canadiennes accueillent des immigrants étrangers talentueux. L'approche récente des États-Unis en matière d'immigration, particulièrement après la nouvelle politique pour 2020, a conduit de plus en plus d'immigrants à considérer le Canada comme une alternative viable à l'immigration.

La politique d'immigration canadienne repose sur le fait que les immigrants jouent un rôle crucial dans le développement du pays, y compris la croissance économique. De plus, la sécurité, l'éducation, l'économie, le système politique démocratique, le système de santé et le multiculturalisme sont des avantages pour l'immigration au Canada.

Immigration Canada a mis en place un programme d'immigration pour répondre aux pénuries de main-d'œuvre spécifiques résultant de la pandémie. Dans cette perspective, il continue de faciliter l'entrée plus rapide des meilleurs talents avec des ensembles de compétences uniques qui aideront les entreprises innovantes à croître et à créer plus d'emplois pour l'économie canadienne.

Selon l'Immigration du Canada, le gouvernement du Canada a établi certains programmes d'immigration dans la situation actuelle. L'un de ces programmes est le Global Talent Stream, qui fournit un service axé sur le client en temps opportun, réactif et prévisible pour aider l'économie canadienne à accéder à des talents mondiaux hautement qualifiés pour accroître la main-d'œuvre et être compétitif dans le monde entier. Ce programme, qui fait partie du Programme des travailleurs étrangers temporaires, est conçu pour les entreprises innovatrices au Canada qui sont référées à «Emploi et Développement social Canada» par un partenaire de référence désigné et qui ont besoin de ressortissants étrangers uniques et spécialisés. C'est également une excellente opportunité pour les entreprises au Canada qui ont besoin de combler un poste hautement qualifié en demande sur la liste des professions de talent mondiales.

Comme l'a signalé l’Immigration du Canada, l'immigration demeure une priorité pour le Canada pour attirer et intégrer les nouveaux arrivants afin de stimuler son économie. De plus, le Canada a établi le programme de visas de démarrage comme moyen permanent d'immigrer au Canada, veillant à ce qu'il puisse continuer d'attirer davantage d'entrepreneurs mondiaux qui ont la capacité de stimuler la croissance économique et d'aider à créer plus d'emplois. Il a également établi un plan pluriannuel des niveaux d'immigration qui s'engage à accueillir davantage de résidents permanents au Canada (entre 310 000 et 360 000 en 2020).

Enfin, en raison de la situation actuelle de COVID-19, il est peu probable que tous les dirigeants mondiaux suivent la politique de limitation et suspension de l'immigration. Les pays doivent pouvoir se protéger de l'immigration spontanée au moment de la crise. Cependant, il est essentiel de considérer que le développement économique pourrait être affecté par la limitation des programmes d'immigration qualifiés.

 

Dr. Abbas Poorhashemi est président de l'Institut Canadien d'expertise en droit international (CIFILE). Il est un expert en droit international. Il est fondateur et associé principal d'un cabinet d'avocats international. Ses intérêts d'enseignement et de recherche sont dans les domaines du droit international public, du droit pénal international et du droit international de l'environnement. Il a publié de nombreux livres et articles dans chacun de ces domaines. Il est également rédacteur en chef du CIFILE Journal du droit international (CJIL), Canada.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Droit International

Dr. Abbas Poorhashemi 

Président De l'Institut Canadien d'expertise en droit international (CIFILE)

Google Scholar: http://scholar.google.com/citations?user=4zvnmQEAAAAJ&hl=en 

 

Notes biographiques 

Après des études de droit international (LL.M., Université de Nancy, France 2003), Abbas Poorhashemi a fait un doctorat en droit international (Université Strasbourg, Robert Schuman, France 2005). Il passa aussi une année comme chercheur postdoctoral à l'Université du Québec à Montréal en 2013. Il est été professeur assistant et membre du Conseil scientifique de l'Université de Téhéran des sciences et de la recherche (AIU) depuis 2006 jusqu’à 2017. Il a enseigné le droit international, le droit international de l'environnement, les traités internationaux, le règlement des différends internationaux (y compris l'arbitrage) aux étudiants en Maîtrise  et doctorat en droit. Il a été le directeur et co-directeur de plus de 150 mémoires et thèses de droit de l'environnement. En plus, il a pratiqué le droit comme avocat international et conseiller juridique dans les nombreux pays. Actuellement, il est le  Président et directeur scientifique de l’Institut Canadien d'expertise en droit international (CIFILE), Toronto, Canada. 

 

Axes et perspectives sur ses recherches

• Champs de recherche - droit international, droit international de l'environnement, l'arbitrage international, les droits de l'homme, la jurisprudence, le droit pénal de l'environnement, la responsabilité internationale (en anglais, français et persan)

• Cours enseignés - droit international, droit international de l'environnement, arbitrage international, droits humains, jurisprudence, droit pénal de l'environnement, responsabilité internationale, traités internationaux

• Membres – Membre de l’Association Internationale du barreau (2010), Membre de la Société iranienne de défenseurs de l'environnement (2007), Membre du Conseil scientifique de l'Université Azad de Téhéran (2006), Membre du Centre de Recherches et d'études sur les Droits de l'Homme et le droit humanitaire, Université CREDHO-Paris, France (2006), Membre du comité d'évaluation de la Conférence nationale sur la Journée mondiale de l'environnement (2015), Membre du Comité scientifique de la Conférence nationale de géographie et du développement durable (2013), Chercheur associé du Centre pour l'étude du droit international et mondialisation (CEDIM) de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada (2012)

 

Rechercher
Dates de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles