Conséquences disciplinaires des absences injustifiées ou retards répétés

Publié le Modifié le 14/04/2017 Vu 68 303 fois 15
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les absences injustifiées ou retards répétés peuvent-ils être sanctionnés disciplinairement par l’employeur ? S’il ne fait pas de difficulté que les absences injustifiées et/ou retard répétés caractérisent un fait fautif de la part du salarié, la nature de la sanction à prononcer diffère nécessairement en fonction de la gravité des faits et de leur caractère récurrent.

Les absences injustifiées ou retards répétés peuvent-ils être sanctionnés disciplinairement par l’empl

Conséquences disciplinaires des absences injustifiées ou retards répétés

Les absences injustifiées ou retards répétés peuvent-ils être sanctionnés disciplinairement par l’employeur ?

S’il ne fait pas de difficulté que les absences injustifiées et/ou retard répétés caractérisent un fait fautif de la part du salarié, la nature de la sanction à prononcer diffère nécessairement en fonction de la gravité des faits et de leur caractère récurrent.

Nous rappellerons, à titre liminaire, que l’employeur peut, au titre de son pouvoir disciplinaire, prononcer des sanctions disciplinaires allant de l’avertissement au licenciement, étant précisé que le simple rappel à l’ordre ne saurait constituer une sanction disciplinaire.

I. Les absences injustifiées et/ou retards répétés ne pouvant donner lieu à un licenciement

Les retards peuvent justifier une sanction disciplinaire mais, s’ils sont peu fréquents et de faible importance, ils ne pourront justifier un licenciement (Cass. soc. 22 nov. 2000 n° 98-45.061).

C’est le cas par exemple, de retards minimes de quelques minutes et notamment lorsque l’horaire de travail n’est pas particulièrement bien respecté dans l’entreprise. Dans ce cas, l’employeur ne pourra se prévaloir d’un préjudice causé par ces retards et le licenciement prononcé pour ce motif serait dénué de cause réelle et sérieuse.

 De la même manière, si l’employeur a toléré pendant une longue période les retards minimes du salarié sans lui adresser le moindre rappel à l’ordre, il ne pourra le licencier brusquement pour ce motif.

 S’agissant des absences injustifiées, elles ne légitiment pas nécessairement un licenciement.

 En effet, lorsque le salarié s’absente, sans autorisation de son employeur, mais pour des raisons impérieuses qui n’étaient pas prévisibles, comme un accident, un incident familial ou encore pour se rendre chez son médecin, son absence ne saurait constituer une faute.

Mais attention, il faut  cependant que la durée de l’absence soit en rapport avec celle de l’événement, et que le salarié prévienne son employeur (Cass. soc. 26 mai 1982 n° 80-40.895 ; Cass. soc. 3 juill. 2001 n° 99-41.738).

 Au contraire, si l’absence du salarié était prévisible ou n’était pas justifiée par une cause légitime, l’employeur sera en droit de licencier le salarié (Cass. soc. 27 mai 1998 n° 95-44.208).

II. Les absences injustifiées et/ ou retards répétés pouvant justifier un licenciement

Lorsque les absences/retards vont revêtir un caractère important et récurrent, et qu’ils ne seront pas justifiés par des motifs légitimes, ils pourront être sanctionnés par un licenciement qui, dans certains cas, pourra même être un licenciement pour faute grave.

Il sera rappelé, à cet égard, que la jurisprudence considère de manière constante que la faute grave est celle d’une gravité telle, qu’elle rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise pendant le préavis.

- Sur les absences injustifiées

 Le salarié doit, en principe, obtenir l’autorisation de son employeur pour s’absenter (sauf motif légitime évoqué précédemment). Si ce dernier refuse, dans ce cas l’absence du salarié revêt un caractère fautif et peut justifier un licenciement.

La Cour de Cassation a en effet eu l’occasion de juger qu’elle pouvait constituer un refus volontaire de travailler et justifier un licenciement pour faute grave (Cass. soc. 3 juin 1998 n° 96-41.700 ; Cass. soc. 18 fév. 1998 n° 95-41.744).

Par ailleurs, la jurisprudence va être très attentive sur le point de savoir si les faits sont réitérés, et si le salarié a déjà été sanctionné disciplinairement pour les mêmes actes (par un avertissement ou une mise à pied disciplinaire par exemple). Si tel est le cas, le comportement du salarié pourra constituer une faute grave.

La Cour de cassation a par exemple considéré que le fait pour un salarié d’avoir modifié ses jours de travail sans en informer l’employeur et pour convenance personnelle, alors même que l’employeur l’avait déjà sanctionné à deux reprises pour absences injustifiées, constitue une faute grave (Cass. soc. 27 sept. 2011 n° 10-20.915)

 De la même manière, le fait pour un salarié de prolonger une absence autorisée sans en demander l’autorisation à l’employeur peut être constitutif d’une faute grave, notamment dans le cas où le salarié a été mis en demeure de reprendre son poste de travail (Cass. soc. 1er mars 1994 n° 92-45.265 ; Cass. soc. 7 févr. 1995 n° 93-44.164 ; Cass. soc. 25 mars 1998 n° 95-45.503 ; Cass. soc. 9 juill. 2002 n° 00-40.236).

Sur les retards répétés

Lorsqu’un salarié multiplie les retards ou les absences injustifiées, il s’expose dans ce cas également à un licenciement pour faute grave (Cass. soc. 20 nov. 1980, n° 79-40.927 ; Cass. soc.,12 févr. 1981 n° 79-41.136 ; Cass. soc. 10 mars 1982 n° 80-40.239 ; Cass. soc. 29 avr. 2003 n° 01-42.376 ; Cass. soc., 10 oct. 2012 n° 11-19.214).

Les retards répétés qui entrainent de graves perturbations dans le travail constituent une cause réelle et sérieuse de licenciement (Cass. soc. 30 mars 1982 n° 80-40.553).

Il peut s’agir d’une faute grave si le salarié a réitéré son comportement, alors qu’il avait déjà été sanctionné plusieurs fois pour les mêmes faits (Cass. Soc. 15 juin 1983 n° 86-41.923).


 A cet égard la Cour de Cassation a rendu un arrêt récemment (Cass. Soc. 15 janv. 2014 n° 12-24.221),  dans lequel elle réitère sa jurisprudence dans les termes suivants :

« …

Mais attendu qu'après avoir relevé que le salarié avait déjà reçu un avertissement, peu important que celui-ci ait sanctionné des faits de nature différente, la cour d'appel, qui a constaté l'importance de ses retards, réitérés sur une courte période, alors que ce salarié était chargé d'un travail posté et que son absence avait désorganisé son équipe, et a, par motifs adoptés, fait ressortir le caractère volontaire des retards du salarié qui s'était abstenu de prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher leur réitération, a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision

… »

 Il est à noter que les retards/absences sont d’autant plus préjudiciables à l’entreprise lorsque le salarié travaille selon une organisation particulière (équipes de suppléance, travail posté…).

III. Limite : le non-cumul des sanctions disciplinaires


Il sera utilement rappelé que l’article L. 1332-4 du Code du travail prévoit que lorsque l’employeur a connaissance d’un fait fautif commis par le salarié, il dispose d’un délai de deux mois pour le sanctionner, c’est à dire pour lui notifier un avertissement ou le convoquer à un entretien préalable lorsqu’il envisage une sanction plus importante.

A l’expiration de ce délai, la faute est prescrite et ne pourra plus justifier une sanction disciplinaire.

Notons également que l’employeur ne saurait sanctionner deux fois le même fait.

Ainsi, à titre d’exemple, et pour s’inscrire dans le thème abordé, lorsque l’employeur notifie à un salarié un avertissement pour des retards, il ne pourra ensuite le licencier pour les mêmes faits.

Attention ! Cela ne signifie pas que le licenciement qui interviendra pour sanctionner des retards répétés ne pourra pas faire mention des avertissements notifiés au salarié. Il faudra cependant que l’employeur s’appui sur des faits nouveaux.

En effet, le caractère répété des faits fautifs autorise l’employeur à prendre une mesure aggravée.

En conclusion, il est possible de rappeler des faits déjà sanctionnés dans une lettre de licenciement, à condition que le licenciement soit également fondé sur des faits nouveaux, non encore sanctionnés.

C.P

http://www.cleliapiaton-avocat-draguignan.fr

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
19/11/2015 18:03

Irrégulièrement absent depuis le 7/11 pour avoir changé d'adresse sans avertir son employeur et n'avoir pas eu connaissance de sa convocation à l'entretien préalable du 21/11, le salarié est-elle bien fondée à contester son licenciement pour absence injustifié par lettre du 6/02 à la dernière adresse connue de son employeur ?

2 Publié par Visiteur
12/07/2016 07:40

J'ai quitté volontairement mon travail il ya de cela 10 mois en raison des conditions ignobles de mes responsables , à mon grand etonnement je n'ai roujours pas reçu mes soldes de tout alors qie j'avais plus de 1 mois de congés payés sur ma derniere fiche de paie

3 Publié par Visiteur
14/08/2016 20:57

Bonsoir aujourd'hui la secrétaire de mon boulot ma donner une lettre avec avis de réception pour mofif absences non justifiées mes les dates sons de 2015 et les 2 dernière sons de mars 2016 et juin 2016 . Je voudrait savoir si les dates de 2015 son valable

4 Publié par Visiteur
04/02/2017 11:39

Bonjour absent en moyenne 1 fois tous les 15 jours on m'envoie un avertissement es ce valable merci de pouvoir me répondre

5 Publié par Visiteur
08/02/2017 12:49

Bonjour,j étais en arret maladie durant deux mois puis maintenant depuis un mois je ne me suis pas représentée au travail(absences injustifiées).Je n'ai toujours pas d'avertissement de mon employeur.Je suis enceinte de presque 3mois et c'est une grossesse à risque.Puis-je finalement me remettre en arrêt maladie car je n'ai aucun retour de mon employeur du fait de mon absence ?

6 Publié par Visiteur
28/06/2017 18:56

Bonjour,
Je me suis absentée une journée à cause d'une inondation causée par ma chaudière ou j'ai du faire intervenir un plombier. J'ai cru avertir mon patron le matin même de l'incident en lui laissant un message téléphonique sur son fixe du boulot sauf qu'en réalité je l'ai fait sur le mien. (Je me suis trompée). Le lendemain mon patron était furieux de me voir arrivé "comme une fleur". D'autant qu'une intervention informatique devait avoir lieu ce jour et fatalement je n'étais pas présenté. Conséquence il m'a mis un avertissement.
Que me conseillez vous ?

7 Publié par Visiteur
04/08/2017 07:48

Bonjour !

Je suis distributeur en CDD depuis le 06 juun, puis en CDI depuis le 04 juillet, j'ai souhaité interrompre mon contrat car toutes mes heures n'ont pas été payées. 39 heures payées/140. De plus, mon véhicule est en panne,(pot d'échappement 187€ de teparations) et je n'ai pas les moyens de faire les réparations. Enfin, mon employeur ne m'a pas remis de feuilles de route depuis le 05 juillet (qui constitue une forme de planning). Il veut me licencier pour faute pour des pseudos absences injustifiées, alors que j'ai interrompu mon travail le dernier jour de ma période d'essai, soit le 05 juillet 2017. Il justifie la non remise de mon solde par ce fait. Quel recours ai-je ?

8 Publié par Visiteur
16/12/2017 20:13

J’ai eu une absence injustifiée pour panne de voiture , j’ai immédiatement prévenu mon employeur qui m’as mis une mise à pied d’une journée...
Est-ce normale ?
Merci

9 Publié par Visiteur
28/12/2017 13:21

Bonjour, j'ai reçu des ma lettre de licenciement pour faute grave alors que je justifie mes absences par SMS auprès de mon employeur,lors de mon entretien l'employeur m'a fait constaté que les termes de mon contrat non pas été respecté car je doit me rendre chez mon patron avec mon véhicule pour aller travailler et me ramener à la fin de mon taf au siège social hors il me laisse à plusieurs reprises chez le client et je doit me débrouiller pour entré .je voudrais savoir comment faire pour recalifier la faute grave MRC d'avance

10 Publié par Visiteur
19/03/2018 08:23

Machef m'interdit de venir sur mes chantiers hors 27 joirs plus tard l'employeur veut me licencier pour absences injustifiées est ce légal ?
De plus j'ai du remettre la clef a la boite le 16 fevrier une autre personne prenant mon poste à la demande de la chef , le lendemainn17 fevrier,j'ai filme la remise des clefs et avertit l'employeur le 20 fevrier de ces faits l'employeur

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Clélia Piaton Avocat

Jeune avocate en droit du travail et de la sécurité sociale, j'exerce mon activité tant dans la défense des entreprises que des salariés.

J'espère que mes articles répondront à vos attentes.

N'hésitez pas à me poser vos questions par mail : cleliapiaton@gmail.com

Je vous remercie de votre intérêt.

C.P

Dates de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles