Relaxe pour mauvais positionnement du radar, suite et fin ?

Publié le 24/04/2009 Vu 5 414 fois 6
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Il y a 3 mois de cela, j’avais traité d’un arrêt rendu par la Cour d’Appel de Montpellier prononçant la relaxe d’un automobiliste poursuivi pour un excès de vitesse au motif qu’il n’était pas permis de s’assurer de la fiabilité du contrôle de vitesse opéré faute pour les services de Police de démontrer que le radar avait été correctement étalonné. J’avais attiré l’attention du lecteur sur l’absence de décision de la Cour de Cassation en la matière qui devait donc amener à relativiser l’importance de l’arrêt de la Cour d’Appel de Montpellier. La Cour de Cassation vient de rendre deux arrêts traitant du sujet le 18 mars 2009.

Il y a 3 mois de cela, j’avais traité d’un arrêt rendu par la Cour d’Appel de Montpellier prononçant

Relaxe pour mauvais positionnement du radar, suite et fin ?
Il y a 3 mois de cela, j'avais traité d'un arrêt rendu par la Cour d'Appel de Montpellier prononçant la relaxe d'un automobiliste poursuivi pour un excès de vitesse au motif qu'il n'était pas permis de s'assurer de la fiabilité du contrôle de vitesse opéré faute pour les services de Police de démontrer que le radar avait été correctement étalonné.

J'avais attiré l'attention du lecteur sur l'absence de décision de la Cour de Cassation en la matière qui devait donc amener à relativiser l'importance de l'arrêt de la Cour d'Appel de Montpellier.

La Cour de Cassation vient de rendre deux arrêts traitant du sujet le 18 mars 2009.

Ces décisions ne sont malheureusement pas favorables aux automobilistes.

La Cour avait à connaître de deux jugements rendus le 7 octobre 2008 par le Juge de proximité près le Tribunal de Police du Vigan (Gard). Par deux fois, le Juge de proximité à relaxer des automobilistes poursuivis pour un excès de vitesse. Le Parquet a formé un pourvoi en cassation à l'encontre des deux jugements.

La Cour de Cassation casse les jugements de première instance et renvoie les deux affaires pour être jugées devant le Juge de proximité près le Tribunal de Police de Nîmes.

La motivation des arrêts est pour le moins laconique:

"Sur le moyen unique de cassation, pris de la violation des articles L. 130-9, alinéa 1er, du code de la route et 537 du code de procédure pénale ;

Vu lesdits articles ;

Attendu que, selon ces textes, les procès-verbaux dressés par les officiers ou agents de police judiciaire font foi jusqu'à preuve contraire des contraventions qu'ils constatent ; que la preuve contraire ne peut être rapportée que par écrit ou par témoins ;

Attendu que, pour relaxer Jean-Pierre X..., poursuivi du chef d'excès de vitesse à la suite d'un contrôle automatique effectué le 9 septembre 2006, à Saint-Gely-du-Fesc, la juridiction de proximité énonce que l'autorité poursuivante ne produit aucun justificatif de la régularité du positionnement du radar, notamment au regard de l'angle qu'il doit faire avec l'axe de la route sachant qu'une variation de cet angle engendre des modifications de la vitesse enregistrée ;

Mais attendu qu'en statuant ainsi, alors que le bon fonctionnement du cinémomètre était suffisamment établi par son homologation et sa vérification annuelle, la juridiction de proximité a méconnu le sens et la portée des textes susvisés ;

D'où il suit que la cassation est encourue"


On pourrait résumer, circulez ya rien à voir.

Plus sérieusement, la Cour fait prévaloir un principe de procédure pénale qui veut que les procès-verbaux dressés par les services de Police en matière de contravention font foi jusqu'à preuve contraire (à charge donc pour le prévenu de rapporter cette preuve contraire selon des moyens limités par la loi).

"Art.537 Code de Procédure Pénale:

Les contraventions sont prouvées soit par procès-verbaux ou rapports, soit par témoins à défaut de rapports et procès-verbaux, ou à leur appui.

Sauf dans les cas où la loi en dispose autrement, les procès-verbaux ou rapports établis par les officiers et agents de police judiciaire et les agents de police judiciaire adjoints, ou les fonctionnaires ou agents chargés de certaines fonctions de police judiciaire auxquels la loi a attribué le pouvoir de constater les contraventions, font foi jusqu'à preuve contraire.

La preuve contraire ne peut être rapportée que par écrit ou par témoins"


Et la Cour de considérer que le fait que figure dans le procès-verbal de contrôle de vitesse l'indication que le radar avait fait l'objet d'une homologation et de sa vérification technique annuelle suffit à démontrer la fiabilité du contrôle de vitesse.

Il faut en effet savoir que les différents types de radars utilisés par les forces de l'ordre doivent faire l'objet d'un certificat d'examen par les services de la Direction de la Métrologie du Ministère de l'industrie.

Vous pouvez consulter celui du Mesta 210.

Une fois homologué, chaque radar doit faire l'objet d'un examen technique annuel pour s'assurer de son bon fonctionnement. Les services de Police lorsqu'ils dressent un procès-verbal de contrôle de vitesse doivent mentionner la date du dernier examen pour permettre au juge de s'assurer que l'appareil utilisé était fiable.

En résumé, la Cour juge qu'un radar homologué et qui a fait l'objet de sa vérification annuelle fonctionne très bien et qu'il n'y a pas lieu de douter de sa fiabilité.

Que doit-on penser de ce raisonnement ?

Pour ma part, je pense que la Cour de Cassation fait une erreur d'analyse.

En effet, dans les cas jugés, on peut penser que les prévenus n'ont pas mis en cause le bon fonctionnement du radar lui-même.

Ils ont sûrement soutenu que faute pour les services de Police d'indiquer dans un procès-verbal les opérations réalisées pour l'étalonnage et le positionnement du radar conformément aux prescriptions du constructeur, il n'était pas possible de s'assurer que la vitesse constatée par les services de Police correspondait à la vitesse réelle du véhicule.

Et répondre à cet argument en mettant en avant l'homologation du radar et la visite de contrôle annuelle, c'est un peu court.

On peut très imaginé un radar homologué, qui une fois par an est confié aux services chargés de contrôler sa fiabilité et qui une fois rendu aux services de Police sera mal positionné sur le bord de la route.

Or c'est ce mauvais positionnement qui de l'aveu même des services de Police (voir le rapport du SGAP) et des constructeurs est à même de fausser la vitesse relevée (à la baisse mais aussi à la hausse).

En bref, un policier qui positionne mal son radar (parce qu'il est maladroit, voire pas équipé pour le faire), va de toute bonne foi constater que s'affiche une vitesse supérieure à la vitesse autorisée et procéder à la verbalisation de l'automobiliste.

Ce faisant, il verbalise peut-être quelqu'un qui n'était pas en excès de vitesse ou qui ne l'était peut-être pas de 20km/h au dessus de la limite mais seulement de 5. Or les sanctions encourues ne sont les mêmes.

Doit-on voir dans les arrêts de la Cour de Cassation des décisions d'opportunité pour éviter que l'ensemble des contrôles de vitesse soient contestés et déclarés irréguliers ?

Je n'en sais rien, je note que les décisions ne sont pas publiées au Bulletin de la Cour de Cassation.

Il nous reste maintenant à attendre d'autres décisions, notamment peut-être celle visant l'arrêt de la Cour d'Appel de Montpellier contre lequel le Parquet n'aura pas manqué de former un pourvoi.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Corentin
24/04/2009 19:45

intéressant article ! Et bienvenue sur legavox ! Mais sur la question de savoir si la Cour de cassation a rendu des décisions d'opportunité, finalement, n'est-ce pas simplement motivé par la volonté d'éviter le jeu du chat et de la souris entre pouvoirs publics et associations de défense des automobilistes ? Les failles juridiques et techniques sont comblées petit à petit, et la contestation des contraventions est un sport qui ne date pas d'hier !

2 Publié par razor2

Modérateur

14/05/2009 19:31

Bonjour, Les agents, réglementairement, n'ont pas à prouver que le radar qu'ils ont installé est bien positionné. C'est un fait acquis, et c'est à l'automobiliste à prouver que l'appareil qui les a mesuré ne répondait pas aux normes d'installations préconisées.
Dans les cas cités, les contrevenants n'apportent pas la preuve contraire de la mauvaise installation des radars, il est donc nomal que la CC casse le jugement de la Cour d'Appel, car rien n'oblige à ce jour les FDO à noter sur un document ou à prouver qu'ils ont bien installé le cinémomètre...

3 Publié par BINET Laurent
18/05/2009 23:41

et expliquez moi donc comment ils peuvent démontrer alors que la vitesse qui s'affiche sur leur radar est la vitesse réelle du véhicule contrôlé ?

C'est au parquet de démontrer que l'infraction est constituée, donc que la vitesse relevée est fiable, pas au prévenu de prouver son innocence ou le mauvais positionnement du radar.

Si encore les agents de police dressaient un pv indiquant qu'ils ont installé correctement le radar, alors oui ce pv ferait foi jusqu'à preuve contraire, sauf que ce type de pv n'existe pas dans les procédures de ce genre.

4 Publié par Visiteur
26/06/2009 22:47

Bonsoir Maître,
On peut prouver une mauvaise installation ... avec photo de l'infraction absolument nécessaire pour faire l'analyse.

Vous trouverez une question sur le site de l'Assemblée Nationale, posée par M. CHASSAIGNE sur les radars (QE 48316).
10 autres parlementaires sont intervenus... => en cours d'analyse auprès des ministères.

Voici 3 liens où j'ai fait des commentaires...

http://www.leprogres.fr/fr/permalien/article/360706/Un-radar-mis-en-infraction-par-les-mathematiques.html
http://anti-radar.org/installation-radar-automatique-non-conforme-contester-mesure-de-vitesse/
http://www.40millionsdautomobilistes.com/ModuleExprimezVous/Avis/index.asp?intIdTheme=359&booAfficheLibelleCategorie=0

A votre dispo si vous êtes intéressé, et avez des cas litigieux. Je fais ces analyses gratuitement. Il me faut simplement la photo de l'infraction, et au moins une roue nettement visible sur photo - de préférence la jante.
On peut retrouver la position angulaire, mais aussi on peut recalculer la vitesse du véhicule (si au moins la roue est nettement visible sur les 2 photos).
Après, c'est à vous d'argumenter ...

Cordialement

5 Publié par Visiteur
15/01/2011 17:49

Passée au tribunal jeudi dernier, je vous confirme qu'en France, « état de droit », c'est au prévenu de prouver son innocence. Phrase prononcée par le juge, suivie d'une longue explication pour démontrer que les radars sont infaillibles et que les forces de l'ordre n'ont pas à se justifier et qu'elles ne peuvent être contestées.

Il s'agissait de ma première expérience devant un tribunal. Mon dossier est arrivé après d' autres, identiques, des « primo-contrevenants » (des naïfs croyant à la justice); tous pour avoir soi-disant dépassé la vitesse de 1 à 10 km/h. Internet me confirme que nous sommes très nombreux.

En ce qui me concerne, je reste persuadée ne pas avoir dépassé les 50 km/h, l'argument du tribunal cependant était que l'on dépasse très vite la limite sans s'en rendre compte et que sur les vielles voitures, les cadrans à aiguille ne sont pas très justes, que j'étais trop sûre de moi. Pour autant que je me souvienne, les compteurs en question ont plutôt tendance à sous évaluer la vitesse. Je reste donc convaincue ne pas avoir dépassé la vitesse limite.

Comment prouver alors que lorsque la vitesse est limitée à 50 par exemple, on roule exactement à 50? ou 45? un mois plus tard? Même si on a les yeux bloqués sur le compteur, face au tribunal cela ne sert à rien. Et rouler trop lentement est également une infraction.

Je m'interroge donc : un jour on reçoit une injonction à payer pour une infraction datant de 15 jours à un mois, envoyée par un ordinateur, innocent ou pas peu importe; si vous contestez, il vous en coûte 135 euros au lieu de 95, plus 35 euros lorsque vous passez au tribunal.

Je vous laisse tirer les conclusions...

6 Publié par Visiteur
03/11/2011 13:41

il semble que tout le monde oublie une chose : l'angle de la voiture par rapport à la route .
Cet angle est aussi important que l'angle du radar avec la route .Le legislateur a oublié que l'on peut changer de voie .
La juridiction de proximité m'a condamnée en invoquant la cassation pour l'angle du radar par rapport à la route mais à oublié de prendre en compte mon 2 eme argument invoquant le fait qu'il ne serait plus alors possible de condamner quiquonque , ce à quoi j'ai repondu qu'il suffirait d'augmenter l'incertitude de mesure de 11% qui correspond au cos25° et qui correspond au coefficient appliqué à la mesure réelle du radar ( suivant son axe qui est 25° par rapport à la route )
que faire pour casser le jugement de proximité et faire prendre en compte cette incertitude ( sachant qu'il est impossible de mesurer de maniere fiable l'angle vehicule/route sans un nouvel instrument )

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Maître BINET Laurent

Bienvenue sur le blog de Maître BINET Laurent

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles