AVIS GOOGLE ET DIFFAMATION : COMMENT AGIR ?

Publié le 02/09/2022 Vu 482 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Par un jugement du 12 juillet 2022, le Tribunal Judiciaire d’AGEN a accordé 3.000 euros de dommages-intérêts à une société pour le préjudice moral subi par la diffusion d’avis diffamatoires sur sa page Google.

Par un jugement du 12 juillet 2022, le Tribunal Judiciaire d’AGEN a accordé 3.000 euros de dommages-intér

AVIS GOOGLE ET DIFFAMATION : COMMENT AGIR ?

 

Par un jugement du 12 juillet 2022, le Tribunal Judiciaire d’AGEN a accordé 3.000 euros de dommages-intérêts à une société pour le préjudice moral subi par la diffusion d’avis diffamatoires sur sa page Google.

 

Le client d’une société commerciale a publié un avis négatif sur la page Google de ladite entreprise en utilisant un pseudonyme et en critiquant la prestation de l’entreprise.

 

Aux termes de cet avis, le client avait qualifié la société « d’escroc à fuir » en indiquant qu’elle ne respecterait pas les délais contractuels, se serait rendue coupable d’une tromperie sur l’origine des marchandises et d’une violation de la réglementation relative à la facturation.

 

La société objet de l’avis a pu identifier l’auteur de cet avis en déposant une requête auprès du Président du Tribunal Judiciaire puis a, vainement mis en demeure l’auteur de ce message de le supprimer.

 

Dans le même temps, la société visée par l’avis a demandé à Google de supprimer l’avis publié, ce qui a été refusé par le moteur de recherche, lequel a considéré qu’il ne dépassait pas les limites de la libre critique et n’était pas manifestement illicite.

 

La société a alors saisi le Tribunal Judiciaire d’AGEN et il a été jugé que le client avait dépassé sont droit de libre critique et que les propos poursuivis étaient diffamatoires !

 

Selon le Tribunal, en exprimant publiquement des reproches, consistant en des faits précis, imputables à la société dont il a été prouvé qu’ils ne correspondaient pas à la vérité, le client a porté atteinte à l’honneur ou la considération de la société et s’est ainsi rendu coupable du délit de diffamation publique.

 

Le Tribunal a également tenu compte de la large diffusion des propos et de leur maintien pour considérer que l’auteur de l’avis avait clairement la volonté de porter atteinte à l’honneur et à la considération de la société.

 

Le Tribunal a accordé 3.000 euros de dommages-intérêts à la société pour le préjudice moral subi.

 

Appréciation :

 

La réputation en ligne des professionnels est devenue un enjeu crucial dans une période où le choix d’un prestataire par un client repose toujours plus sur les avis et notes laissés sur internet.

 

Un mauvais avis ou une mauvaise note, peuvent avoir des conséquences importantes pour le professionnel concerné, qui voit ses potentiels clients s’orienter vers ses concurrents.

 

Un tel phénomène devient particulièrement insupportable lorsque le mauvais avis laissé par un internaute n’est pas justifié !

 

Compte tenu des enjeux, le commentaire négatif laissé par un ancien client ou par un inconnu doit provoquer une réaction rapide et efficace du professionnel.

 

Lorsque l’auteur de l’avis et le site internet sur lequel ce dernier est publié (Google…) refusent de supprimer le commentaire dépassant les limites de la liberté d’expression, le professionnel n’a alors pas d’autre choix que de saisir le Tribunal compétent.

 

Le succès d’une telle démarche judiciaire est d’abord subordonné à l’identification de l’auteur des propos, le cas échéant après saisine du Président du Tribunal Judiciaire sur requête ou en référé.

 

Dans un second temps, il est nécessaire d’engager une autre action judiciaire devant le Tribunal Judiciaire en qualifiant avec précision l’infraction qui sera le fondement à l’action judiciaire et identifiant les propos exacts qui seront poursuivis.

 

Enfin, une argumentation solide et étayée doit permettre d’établir que les propos poursuivis dépassent les limites de la liberté d’expression et d’évaluer les préjudices subis par le professionnel.

 

Ajoutons, que ces opérations doivent être accomplies dans un temps extrêmement court puisque la prescription de l’action est acquise trois mois après la date de publication des propos litigieux !

 

De tels obstacles pratiques et juridiques impliquent qu’il est inévitable que le professionnel visé par l’avis négatif injustifié soit assisté et représenté par un avocat pratiquant le droit de la presse.

 

L’avocat prend alors le relai et accompagne le professionnel durant l’ensemble des actions judiciaires engagées afin d’obtenir la suppression de l’avis négatif et l’indemnisation du préjudice.

 

Maître Ludovic BINELLO

Avocat au Barreau de PARIS

22 Avenue de Friedland 75008 PARIS

Courriel : ludovic.binello@binello-avocat.fr

Téléphone : 06.51.92.69.99

 

Source :

https://www.legalis.net/jurisprudences/tribunal-judiciaire-dagen-jugement-du-12-juillet-2022/

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître LUDOVIC BINELLO

Ludovic BINELLO, Avocat au Barreau de Paris

 

Domaines d'expertise :

 

1. Droit de la presse : diffamation, injure, haine en ligne...

 

2. Atteintes à la vie privée et au droit à l'image

 

3.  Droit pénal : harcèlement en ligne, menaces...

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles