Diffamation publique : Nécessité d’une délibération préalable du Département

Publié le Modifié le 23/10/2021 Vu 357 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les poursuites pour diffamation envers un corps constitué doivent être précédées d'une délibération de l’Assemble générale sous peine d'irrecevabilité

Les poursuites pour diffamation envers un corps constitué doivent être précédées d'une délibération de

Diffamation publique  : Nécessité  d’une délibération préalable du Département

Le 19 septembre 2018, le Département des Côtes-d'Armor a fait citer une administrée devant le Tribunal correctionnel du chef de diffamation publique envers un corps constitué.

 

Le département reprochait à celle-ci d’avoir distribué des tracts dénonçant les conditions de placement de ses enfants par l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et affirmant que ses filles étaient victimes de sévices et de violences au sein de foyers départementaux.

 

Le Tribunal correctionnel puis la Cour d’appel de RENNES ont condamné la prévenue à une peine d’amende de 2.500 euros, dont 1.300 euros avec sursis, ainsi qu’au paiement de dommages et intérêts aux fins d’indemnisation du préjudice moral subi par le Département des Côtes d’Armor

 

La prévenue a régularisé un pourvoi en cassation.

 

Dans un arrêt rendu le 22 décembre 2020, la Cour de cassation a cassé l’arrêt rendu par la Cour d’appel.

 

La Cour de cassation a visé l’article 48 1° de la Loi du 29 juillet 1881 aux termes duquel :

 

« Dans le cas d'injure ou de diffamation envers les cours, tribunaux et autres corps indiqués en l'article 30, la poursuite n'aura lieu que sur une délibération prise par eux en assemblée générale et requérant les poursuites, ou, si le corps n'a pas d'assemblée générale, sur la plainte du chef du corps ou du ministre duquel ce corps relève »

 

Dès lors, puisqu’au présent cas d’espèce, les poursuites pour diffamation envers un corps constitué n'ont pas été précédées d’une délibération de l'Assemble Générale du Département, la Cour de cassation estime les juges auraient dû relever d'office l'irrecevabilité de la constitution de partie civile du Département des Côtes d’Armor et constater qu’ils n’étaient pas valablement saisis.

 

La Cour de cassation prononce la cassation sans renvoi.

 

Appréciation :

 

Engager une procédure sur le fondement d’un délit de presse (diffamation, injure…) est un exercice complexe qui implique une grande vigilance afin de respecter les contraintes procédurales spécifiques de la Loi du 29 juillet 1881.

 

De nombreuses procédures pourraient aboutir à la condamnation de l’auteur des propos poursuivis si elles n’étaient pas irrévocablement entachées d’un vice de procédure.

 

Cette affaire est l’illustration parfaite de cette sévérité implacable du droit de la presse.

 

En effet, l’action engagée du chef de diffamation publique, pourtant a priori bien fondée puisque celle-ci avait abouti à la condamnation du prévenu par le Tribunal correctionnel et la Cour d’appel, se trouve ne pas pouvoir aboutir in fine à la condamnation de l’auteur !

 

Pourtant, en raison d’une erreur procédurale, l’absence de délibération préalable de l’Assemblée Générale, le Département des Cotes d’Armor, voit sa constitution de partie civile jugée irrecevable.

 

La conséquence est simple : l’action civile n’a pas été valablement engagée et l’action publique s’éteint sans qu’il ne soit plus possible d’engager une nouvelle procédure en raison de la prescription trimestrielle.

 

L’auteur des propos considérés comme diffamatoires voit ainsi sa condamnation définitivement cassée par la Cour de cassation.

 

Que l’on se félicite ou que l’on se désole de la solution et du carcan encadrant les procédures en droit de la presse, il convient surtout de considérer que le fait d’être accompagné par un professionnel rompu et vigilant est impératif dans ce domaine.

 

Source : Cass. Crim., 22 décembre 2020, no 19-87.710, Legipresse no 389

 

Maître Ludovic BINELLO

Avocat au Barreau de PARIS

 

ludovic.binello@binello-avocat.fr 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître LUDOVIC BINELLO

Ludovic BINELLO, Avocat au Barreau de Paris

 

Domaines d'expertise :

 

1. Droit de la presse : diffamation, injure, haine en ligne...

 

2. Atteintes à la vie privée et au droit à l'image

 

3.  Droit pénal : harcèlement en ligne, menaces...

Rechercher
Dates de publications
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles