LES DROITS DE L'AUTEUR D'OEUVRES MUSICALES

Publié le 13/06/2022 Vu 543 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Qu’il soit parolier ou compositeur, l’auteur d’œuvres musicales se voit reconnaitre de par la loi des droits patrimoniaux, d’un droit moral et d’un droit à rémunération légale.

Qu’il soit parolier ou compositeur, l’auteur d’œuvres musicales se voit reconnaitre de par la loi des d

LES DROITS DE L'AUTEUR D'OEUVRES MUSICALES

 

Qu’il soit parolier ou compositeur, l’auteur d’œuvres musicales se voit reconnaitre de par la loi des droits patrimoniaux, d’un droit moral et d’un droit à rémunération légale.

La personne qui viole ces droits est coupable du délit pénal de contrefaçon prévues aux articles L335-2 et L335-3 du Code de la propriété intellectuelle (CPI), et en conséquence passible de 3 ans d’emprisonnement et de 300.000,00 € d’amende, en sus d’éventuels dommages-intérêts dus à l’auteur en réparation de son préjudice.

Toute exploitation de l’œuvre implique donc des autorisations préalables de l’auteur y relatives, qui pour la plupart des droits relèves de la compétence de la SACEM.

 

o   Les droits patrimoniaux

L’exploitation de ces droits patrimoniaux est soumise à l’autorisation par l’auteur qu’il délivre en général en contrepartie d’une rémunération. L’article L131-4 du CPI pose en principe que cette rémunération doit être proportionnelle aux recettes encaissées.

La durée des droits patrimoniaux est de 70 ans à compter de l’année civile suivant la mort de l’auteur, ou du dernier des auteurs en cas d’œuvre de collaboration comme par exemple une chanson. Passé ce délai, les œuvres et les droits d’exploitation y relatifs entrent dans le domaine public, et leur exploitation ne nécessite plus ni l’autorisation préalable de l’auteur, ni le versement de royalties en contrepartie. Le droit moral devra cependant toujours être respecté.

En droit de la musique, on identifie traditionnellement trois droits patrimoniaux.

·         Le droit de représentation

Le droit de représentation est « la communication de l’œuvre au public par un procédé quelconque et notamment :

par récitation publique, exécution lyrique, représentation dramatique, présentation publique, projection publique et transmission dans un lieu public de l’œuvre télédiffusée,

par télédiffusion […] ».

La « représentation » désigne l’interprétation de l’œuvre en concert et l’ « exécution publique » la diffusion de l’œuvre au public par un procédé tel qu’un fichier numérique diffusé en streaming, en discothèque, en télévision, en radio,…

·         Le droit de reproduction

Le droit de reproduction est « la fixation matérielle de l’œuvre par tous procédés qui permettent de la communiquer au public d’une manière indirecte. Elle peut s’effectuer notamment par imprimerie, dessin, gravure, photographique, moulage et tout procédé des arts graphiques et plastiques, enregistrement mécanique, cinématographique ou magnétique ».

L’édition de l’œuvre sous forme de partition en est une reproduction graphique.

L’enregistrement de l’œuvre et son exploitation sous forme de fichier numérique, que cela soit sous forme de téléchargement digital ou de streaming à la demande, en sont des reproductions mécaniques.

·         Le droit d’adaptation

Démembrement du droit de reproduction, il s’agit de l’utilisation de l’œuvre d’un auteur pour en créer une nouvelle, que cela soit en en faisant une variation, un arrangement, une traduction, une transformation des paroles, un sample, une œuvre audiovisuelle,…

·         Les exceptions au droit d’auteur

Trois exceptions sont traditionnellement admises aux droits d’exploitation de l’auteur d’une œuvre musicale, excluant par la même le besoin d’une autorisation préalable de l’auteur :

1.       la représentation de l’œuvre dans le cercle de famille ;

2.       la reproduction pour l’usage privé de celui qui reproduit ;

3.       la parodie.

L’exception de courte citation prévue par les articles L122-5 et L211-3 du CPI fut pendant longtemps refusée au domaine musical, la citation devant revêtir une fonction argumentaire qui en appelle à l’intelligence, alors que la musique s’adresserait aux sens, à la sensibilité. Des décisions récentes reconnaissent néanmoins la faculté de courte citation en matière de droits voisins si trois conditions sont respectées :

- la brièveté de l’enregistrement « cité »,

- la nature de l’œuvre « citante » et

- le caractère de l’œuvre « citante ».

 

o   Le droit moral

Contrairement au droits patrimoniaux, le droit moral est :

perpétuel : à la mort de l’auteur, il est transmis aux héritiers qui peuvent l’invoquer sans limite de délai, quand bien même l’œuvre serait tombée dans le domaine public ;

-  inaliénable : l’auteur ne peut ni y renoncer ni le céder à quiconque ;

imprescriptible : il ne s’éteint pas avec le temps.

Le droit moral inclut quatre attributs.

·         Le droit de divulgation

Il s’agit du droit de porter à la connaissance du public ou non son œuvre selon les procédés que l’auteur aura choisi.

·         Le droit de paternité

Il s’agit du droit au respect de son nom et de sa qualité, son nom devant figurer en qualité d’auteur sur tout support papier, fichier numérique, vinyle, générique de clip,…

·         Le droit au respect de l’intégrité de l’œuvre

En vertu de ce droit, toute modification, transformation, coupure, changement de destination, utilisation sous forme d’extraits, … requière l’autorisation de l’auteur.

·         Le droit de retrait et de repentir

L’auteur a le droit de s’opposer au transfert de propriété et à l’exploitation de son œuvre à la condition d’avoir au préalable dédommagé le cessionnaire de l’œuvre et des droits d’exploitation y relatifs.

 

o   Le droit à rémunération légale : la rémunération pour copie privée

L’article L311-1 du CPI prévoit une rémunération versée par les fabricants et importateurs de supports vierges d’enregistrement aux auteurs, producteurs et artistes-interprètes, en raison du préjudice subi du fait de la copie des œuvres effectuée à domicile sur disque dur, carte mémoire, clé USB,…

Les fabricants et importateurs versent une rémunération calculée en fonction de la durée d’enregistrement de chaque support vierge audio et vidéo fabriqué ou importé. Cette rémunération autre titre de la copie privée sonore et de la copie privée audiovisuelle est versée à deux sociétés de gestions distinctes, SORECOP et COPIE-FRANCE.

Sauf exceptions strictement prévues, toute exploitation d’une œuvre requière donc l’autorisation écrite préalable de l’auteur. Pour être valable, cette transmission de droits d’auteur et la rémunération subséquente nécessitent un formalisme strict, que cela soit dans le cadre d’un contrat de cession de droits d’exploitation ou d’un contrat d’édition.

 

Avocat spécialisé en Droit de l'immatériel et des industries créatives, je suis à votre disposition pour toute intervention, en conseil ou en contentieux.

 

Me. Ronn HACMAN

Avocat à la Cour

39, rue Marbeuf – 75008 PARIS

ronn@hacmanlaw.com

 

 

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Ronn Hacman

Bienvenue sur le blog de Ronn Hacman

Rechercher
Commentaires récents
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles