BIENVEILLANCE DU CONSEIL D'ETAT

Publié le Modifié le 04/02/2019 Vu 210 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La nouvelle direction du Conseil d'Etat et des juridictions administratives se confirme arrêt après arrêt.

La nouvelle direction du Conseil d'Etat et des juridictions administratives se confirme arrêt après arrêt.

BIENVEILLANCE DU CONSEIL D'ETAT

La nouvelle direction du Conseil d'Etat et des juridictions administratives se confirme arrêt après arrêt. En l’espèce, un maire délivre un permis de construire valant autorisation d’exploitation commerciale en vue de la réalisation d’un bâtiment commercial important. Un voisin dépose un recours gracieux puis saisit le Tribunal Administratif qui se dessaisit au profit de la Cour Administrative d'Appel compétente pour en connaitre (L600-10 du Code de l’urbanisme). Pendant l’instance, le maire délivre un permis de construire modificatif et est de nouveau saisi d’un recours contre ce permis. La Cour Administrative d'Appel rejette les conclusions contre le permis initial mais annule la décision de rejet du recours gracieux prise par le maire.

 

Le Conseil d'Etat, saisi, rappelle surtout les possibilités de régularisation. « Lorsqu’un permis de construire a été délivré en méconnaissance des dispositions législatives ou règlementaires relatives à l’utilisation du sol ou sans que soit respecté des formalités préalables à la délivrance des permis de construire, l’illégalité qui en résulte peut être régularisée par la délivrance du permis de construire modificatif dès lors que celui-ci assure le respect des règles de fond applicables au projet en cause, répond aux exigences de forme ou a été précédé de l’exécution régulière de la ou des formalités qui avaient été omises ; il peut, de même, être régularisé par un permis modificatif si la règle relative à l’utilisation des sols qui étaient méconnues par le permis initial a été entre-temps modifiée ; les irrégularités ainsi régularisées ne peuvent plus être utilement invoquées à l’appui d’un recours pour excès de pouvoir dirigé contre le permis initial ».

En l’espèce, le permis modificatif a donc régularisé l’illégalité qui entachait le permis initial résultant de la méconnaissance de la destination.

 

Les arrêts de la Cour Administrative d'Appel sont annulés. Le permis est validé par le Conseil d'Etat.

 

En bref, si vous introduisez un recours sachez que la commune, en liaison avec le promoteur, prendra un permis de construire modificatif régularisant les irrégularités que vous avez dénoncées et qu’il est probable que cette régularisation « spontanée » du permis par un permis modificatif permettra de valider l’ensemble et même si la règle d’urbanisme a changé entre-temps.

 

Michel BENICHOU

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Michel BENICHOU

Avocat depuis 1978 :

 

- Ancien Président du conseil des Barreaux d'Europe

- Ancien Bâtonnier du Barreau de Grenoble

- Président fondateur de la Fédération Nationale des Centres de Médiation

- Ancien membre du conseil de l'Ordre des Avocats de Grenoble

Rechercher
Types de publications
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles