MEDIATION PREALABLE OBLIGATOIRE DEVANT LES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES

Publié le Modifié le 04/02/2019 Vu 193 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Il a été prévu, par la loi « justice du XXIème siècle », l’expérimentation d’une médiation obligatoire pour certains litiges (fonction publique).

Il a été prévu, par la loi « justice du XXIème siècle », l’expérimentation d’une médiation obliga

MEDIATION PREALABLE OBLIGATOIRE DEVANT LES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES

Il a été prévu, par la loi « justice du XXIème siècle », l’expérimentation d’une médiation obligatoire pour certains litiges (fonction publique). Cette expérimentation va commencer le 1er avril 2018 et durera jusqu’au 18 novembre 2020 (voir décret n° 2018-101 du 16 février 2018). Ce sont donc des agents publics qui s’adresseront à la juridiction administrative pour voir la désignation d’un médiateur sur tout ce qui concerne leur statut personnel (rémunération, conflit avec leurs supérieurs, réemploi d’un contractuel, avancement, formation, …). Une liste a été visée.

 

Des précisions complémentaires doivent intervenir concernant la fonction publique d’état. Pour la fonction publique territoriale, un arrêté interministériel fixera la liste des départements concernés par cette expérimentation.

 

D’ores et déjà, on sait que la médiation sera assurée par le Défenseur des Droits en matière de revenus de solidarité active, de « prime de Noël », d’aide personnalisée au logement et par un médiateur régional de Pôle Emploi pour les conflits liés à l’allocation de solidarité spécifique et la radiation de la liste des demandeurs d’emploi. Il est assez étonnant que Pôle Emploi radie le demandeur d’emploi de sa liste puis désigne un médiateur pour trouver la solution adéquate ! Naturellement, l’administration aura une obligation d’information en indiquant le caractère obligatoire de la médiation et les coordonnées du médiateur. Le médiateur doit être saisi dans le délai de recours contentieux. Naturellement, il y a une suspension du délai de recours et des délais de prescription. Lorsque la médiation échoue ou est terminée, les délais recommencent à courir.

 

Si une requête est présentée sans respect de l’obligation de médiation préalable, elle sera rejetée par ordonnance.

 

Une évaluation aura lieu quant à cette expérimentation. Les médiateurs devront établir un rapport d’activité annuel qui sera transmis au Ministre intéressé. On peut s’interroger sur la confidentialité des médiations dès l’instant où les médiateurs auront à cœur d’expliquer leur activité. On peut s’interroger sur l’absence de partialité des médiateurs lorsque l’on voit qu’ils seront issus des administrations (à l’exception du Défenseur des Droits). On peut enfin s’interroger sur leur volonté absolue d’arriver à un accord dès l’instant où il s’agit d’une phase d’expérimentation. Un rapport sera établi 6 mois avant la fin du délai d’expérimentation par le Ministère de la Justice et communiqué au Parlement. On peut d’ores et déjà penser que celui-ci sera considéré comme réussi par les ministères concernés. En effet, on veut multiplier les barrières pour éviter l’accès au juge. On ne peut plus que les français et résidents aillent embêter leurs juges.

 

En matière administrative, la tendance est lourde. Tout est fait pour multiplier les irrecevabilités, dessaisissement d’office et autres facéties. La médiation est désormais utilisée comme un filtre supplémentaire. J’avais toujours pensé que l’accès au juge constituait un progrès de la civilisation par rapport au règlement de compte. Il semble que cette vision ne soit plus partagée par le pouvoir.

 

 

Michel BENICHOU

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Michel BENICHOU

Avocat depuis 1978 :

 

- Ancien Président du conseil des Barreaux d'Europe

- Ancien Bâtonnier du Barreau de Grenoble

- Président fondateur de la Fédération Nationale des Centres de Médiation

- Ancien membre du conseil de l'Ordre des Avocats de Grenoble

Rechercher
Types de publications
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles