C.E.D.H. ET PERQUISITION DU CABINET D’UN AVOCAT

Publié le Modifié le 04/02/2019 Vu 197 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

On connait la politique du gouvernement turc. Lorsqu’un avocat intervient pour assurer la défense d’un prévenu kurde, l’avocat est considéré comme un terroriste.

On connait la politique du gouvernement turc. Lorsqu’un avocat intervient pour assurer la défense d’un pr

C.E.D.H. ET PERQUISITION DU CABINET D’UN AVOCAT

On connait la politique du gouvernement turc. Lorsqu’un avocat intervient pour assurer la défense d’un prévenu kurde, l’avocat est considéré comme un terroriste. Une nouvelle fois, un avocat a été suspecté d’être impliqué dans une organisation criminelle. L’avocat a été arrêté dans son bureau qui a été perquisitionné.

 

Par la suite, la Cour d’Assise a procédé à son acquittement partiel et il a formulé une demande d’indemnisation auprès du Ministère de la Justice. Elle a été naturellement rejetée.

 

Au terme des saisines des juridictions nationales, il dépose une requête auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme sur le fondement de l’article 8 en considérant le caractère illégal et irrégulier des mesures de perquisition subies dans son bureau d’avocat.

 

En premier lieu, la C.E.D.H. rappelle que la notion de domicile englobe le bureau ou le cabinet d’un membre d’une profession libérale. Par ailleurs, la Cour relève que sa correspondance et les éléments contenus dans son ordinateur ont été saisis.

 

En second lieu, la Cour examine le mandat initial qui avait été délivré par le juge. Ce mandat ne visait ni l’avocat turc, ni ses locaux. Le Parquet a ajouté d’office le nom de cet avocat. Puis la police a rajouté d’office la perquisition et la saisie des documents. Par ailleurs, il existe des mesures de garantie profitant aux avocats dans la législation turque et notamment la nécessité d’une autorisation préalable du Ministère de la Justice.

 

Aucune trace de cette autorisation préalable ne figure dans le dossier.

 

Le bureau a par ailleurs été perquisitionné sans décision du tribunal mais aussi en l’absence d’un procureur et d’un représentant du barreau.

 

Enfin, le requérant avait interjeté un recours contre la décision du juge. Au terme de la procédure, on ignore si ce recours a été réellement examiné et si il a été vraiment rejeté après examen. En effet, aucune décision, sur ce recours, n’a été produite.

 

La Cour a conclu, naturellement, à la violation de l’article 8 de la Convention (C.E.D.H. 2ème section, 27 mars 2018, n° 5839/09, Özgün Öztunç contre Turquie).

 

Une nouvelle fois, il est démontré que la liberté des avocats dépend, grandement, des décisions de la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

 

Michel BENICHOU

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Michel BENICHOU

Avocat depuis 1978 :

 

- Ancien Président du conseil des Barreaux d'Europe

- Ancien Bâtonnier du Barreau de Grenoble

- Président fondateur de la Fédération Nationale des Centres de Médiation

- Ancien membre du conseil de l'Ordre des Avocats de Grenoble

Rechercher
Types de publications
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles