La renonciation aux congés payés supplémentaires pour fractionnement

Publié le 22/11/2021 Vu 297 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Méconnu des salariés, ou au contraire utilisé habilement pour générer des congés payés supplémentaires, le fractionnement est un sujet assez nébuleux.

Méconnu des salariés, ou au contraire utilisé habilement pour générer des congés payés supplémentaires

La renonciation aux congés payés supplémentaires pour fractionnement

Les salariés bénéficient de 30 jours ouvrables de congés payés par an découpés en un congé dit « principal » composé de 24 jours ouvrables et une 5ème semaine de congés.

Outre le fait qu’elle doit être acceptée par l’employeur, la prise des congés payés obéit à des contraintes particulières en termes de nombres de jours de congés posés :

- Sauf dérogation individuelle, le nombre de jours de congés pris en une seule fois ne doit pas dépasser 24 jours ouvrables.

- Les salariés doivent bénéficier d’au moins 12 jours ouvrables de congés payés continus pendant la période du 1er mai au 31 octobre de chaque année.

Lorsqu’une partie ou la totalité des 12 jours restants du congé principal sont pris en dehors de cette période, le salarié peut bénéficier de congés payés supplémentaires dits « de fractionnement » dans les limites suivantes :

- 1 jour ouvrable si le salarié a pris entre 3 et 5 jours ouvrables de congés payés en dehors de cette période.

- 2 jours ouvrables s’il a pris au moins 6 jours ouvrables en dehors de cette période.

Ces dispositions légales s’appliquent à défaut de dispositions conventionnelles, qui peuvent prévoir de ne pas attribuer de jours de congés supplémentaires de fractionnement.

Rappel important:

Les congés supplémentaires pour fractionnement sont dus même lorsque le salarié est à l’origine du fractionnement.

Il peut donc être utile pour l’employeur de se prémunir contre ce fractionnement volontaire, soit en imposant aux salarié de prendre l’intégralité de leur congé principal sur la période du 1er mai au 31 octobre, soit en prévoyant un mécanisme de renonciation à ce droit.

En pratique, cette renonciation ne peut être prévue que :

- Dans un accord collectif qui prévoirait par exemple que si le salarié pose une partie de son congé principal en dehors de la période du 1er mai au 31 octobre de chaque année, il est réputé renoncer à ses jours de congés supplémentaires pour fractionnement.

- Dans un document signé par le salarié, qui peut être, sous certaines conditions, le formulaire de demande de congés payés.

Dans un arrêt du 5 mai 2021 (20-14.390), la Cour de Cassation précise que le salarié ne peut pas valablement renoncer par avance, dans son contrat de travail, à ses droits en matière de fractionnement du congé principal.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Patchwork Avocats

Bienvenue sur le blog de Patchwork Avocats

Rechercher
Types de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles