La liberté d'expression des salariés sur les réseaux sociaux

Publié le Modifié le 22/04/2015 Vu 1 291 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les salariés peuvent parfois s'en prendre à leur employeur ou à leur entreprise sur les réseaux sociaux. Cependant, ces propos ont certaines conséquences, notamment sur leur contrat de travail.

Les salariés peuvent parfois s'en prendre à leur employeur ou à leur entreprise sur les réseaux sociaux. C

La liberté d'expression des salariés sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux étant utilisés de manière régulière par bon nombre de Français, ces outils, et notamment Facebook, sont le lieu d'exercice de la liberté d'expression des salariés. Cependant, lorsque ceux-ci y tiennent des propos déplacés sur leur employeur ou leur entreprise dans son ensemble, certains contentieux peuvent surgir.

Concrètement, quelle est la position de la jurisprudence sur cette question épineuse ? Ces écrits sont souvent produits de manière spontanée, sans que leurs auteurs ne puissent avoir réellement conscience de leur impact.

Concernant la liberté d'expression des salariés, l'article L.1121-1 du Code du travail dispose que : « sauf abus, le salarié jouit, dans l'entreprise et en dehors de celle-ci, de sa liberté d'expression » et  « qu'il ne peut être apportée à celle-ci que des restrictions justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché ».

Qu'est-il entendu par abus de la liberté d'expression ? Il s'agit de propos diffamatoires, injurieux ou manifestement excessifs envers l'entreprise, l'employeur ou les collègues de travail.

A titre d'exemple, la Chambre sociale de la Cour de cassation a décidé, dans un arrêt du 27 mars 2013 que « des décisions incohérentes et contradictoires qui compromettent la pérrenité de l'entreprise », un « désordre interne, détournements, abus d'autorité, conséquences financières et sociales désastreuses » ne caractérisaient pas des propos injurieux, diffamatoires ou manifestement excessifs envers l'entreprise.

Ces écrits relèvent donc du constat général de la situation de l'entreprise, sans que la liberté d'expression du salarié qui en est à l'origine ne puisse être restreinte.

Par ailleurs, le 10 avril 2013, la Première Chambre civile de la Cour de cassation s'est prononcée sur la teneur des propos d'une salariée envers sa supérieure hiérarchique, tenus sur différents réseaux sociaux : « D. devrait voter une loi pour exterminer les directrices chieuses comme la mienne » ; « extermination des directrices chieuses » ; « éliminons nos patrons et surtout nos patronnes (mal baisées) qui nous pourissent la vie » ; « Z. plus que motivée à ne pas me laisser faire. Y'en a marre des connes ».

A la lecture de ces lignes, ces propos sont manifestement excessifs et injurieux. Ils sont donc censés revêtir le caractère « d'injures publiques », à tout le moins, « d'injures ».

Cependant, la Cour de cassation va rejeter les demandes de mesures d'interdiction de publicité et de dommages et intérêts formulés ensemble par la société employeur et la gérante, au motif que les comptes sur lesquels étaient tenus les propos litigieux ne se trouvaient pas ouverts au public et que leurs destinataires, agrées par la salarié, formaient une communauté d'intérêts.

Toutefois, la Cour de cassation a censuré l'arrêt de la Cour d'appel de Paris rendu le 9 mars 2011, qui omettait de qualifier ou non ces propos « d'injures non publiques ». Cette question devrait donc être de nouveau tranchée par la Cour d'appel de renvoi dans une nouvelle audience.

En définitive, les propos injurieux, diffamatoires ou manifestement excessifs tenus sur un réseau social, n'ouvrent pas droit à réparation pour les personnes s'estimant lésées, notamment au regard de la communauté au sein de laquelle ces propos sont lus. Il apparaît donc qu'une symétrie est opérée entre les réseaux sociaux et la vie réelle, à savoir qu'il serait difficile de sanctionner des injures proférées dans un salon devant dix personnes par rapport à ceux tenus derrière un pupitre en plein air...

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Samir Zarouali

Bienvenue sur le blog de Samir Zarouali

Types de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles