Poursuivre des études de droit à l'étranger

Publié le Modifié le 21/05/2009 Vu 59 740 fois 14
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Conseils pratiques, avis, questions sur la poursuite d'études de droit à l'étranger, notamment en Grande-Bretagne, un pays de Common law.

Conseils pratiques, avis, questions sur la poursuite d'études de droit à l'étranger, notamment en Grande-Br

Poursuivre des études de droit à l'étranger

Introduction

Vous avez dans l'idée de poursuivre des études à l'étranger ? Vous vous posez des questions sur le bien-fondé d'un tel voyage ? Faire du droit à l'étranger, pourquoi pas vous ? Vous êtes intéressé par les langues ? Cet article est fait pour vous.

Etudiant en droit à South Bank University, à Londres, je souhaite ici partager mon expérience pour que ceux qui se préparent à partir ou qui envisagent un tel voyage puissent se faire une idée sur les études de droit à l'étranger.

Pourquoi partir

Une expérience à l'étranger ?

Il faut d'abord se poser la question, cela correspond il à mes attentes ? En effet, s'il est courant de dire en France que l'un des grands manques des juristes est la connaissance des langues étrangères, force est de constater que dans bon nombre de professions juridiques, la connaissance d'une langue supplémentaire n'est pas obligatoire, elle est seulement chaleureusement recommandée !

Ainsi, étudier le droit à l'étranger nécessite un attrait pour le droit étranger en question, le droit international, le droit comparé, la langue, la culture du pays. C'est avant de partir qu'il faut réfléchir aux débouchés. Quelle orientation donner à ma carrière ?

Où partir

La destination est bien sûr une question de choix personnel : attrait par la langue, par le pays, par sa culture juridique. Choisir son université ? S'il est intéressant de choisir une université la plus reconnue possible, le choix des matières est à faire passer en premier. En effet, c'est le choix des matières qui décide de votre orientation future. Le niveau de l'université n'est que secondaire. Quelle différence entre avoir d'excellents résultats dans une "mauvaise" université ou de mauvais résultats dans une université "excellente" ? La chose primordiale reste le choix des matières étudiées.

Quelles matières étudier

Comment choisir ses matières ? C'est là une question de goût personnel. Des matières à éviter ? Oui, certainement, celles qui ne vous serviraient pas dans une future carrière. Ainsi votre projet professionnel est à définir le mieux possible avant le départ, même s'il n'est pas interdit de se laisser des portes ouvertes. Si vous partez après la licence, vous choisirez sûrement le master qui correspond le plus à vos attentes. Quant à un départ en licence, il est à conseiller de choisir les matières essentielles à la compréhension juridique du pays : système juridique, droit constitutionnel, droit civil, droit pénal, ainsi que les droits des branches qui vous intéressent.

La langue

Evidemment, partir à l'étranger sous-entend connaître une langue nouvelle. Une bonne connaissance de celle-ci est nécessaire, quant au vocabulaire juridique, il pourra s'apprendre sur place, après tout vous serez là pour apprendre !
Anglais, allemand, espagnol, chinois, russe, tout est possible !


Une question se pose, peut-on envisager d'aller suivre un master anglophone dans un pays qui ne l'est pas ? Bon nombre de pays proposent des formations dans une langue qui n'est pas la leur. Cela peut être l'occasion d'apprendre une nouvelle langue, de découvrir une nouvelle culture, et il semble que cela ne doive absolument pas être un frein au départ.

Les études dans un pays de common law

Un nouveau système juridique s'offre à vous ! Bien sûr cela demande une certaine gymnastique d'esprit, on ne répond pas à une question en droit américain comme on y répondrait en droit français. Mais c'est là tout l'intérêt de la chose ! Il faudra s'adapter à tout un nouveau système, et accepter que certaines questions ne se résolvent pas de la même façon qu'en droit français, mais c'est finalement là où l'expérience est la plus riche.

Vous pouvez aussi choisir d'aller étudier le droit international à l'étranger. Cela sera un grand plus sur un CV, si le droit international est la branche qui vous intéresse, il semble qu'une telle expérience soit aujourd'hui incontournable.

Les débouchés

Bien qu'étant potentiellement un frein aux études de droit français, il semble qu'étudier le droit à l'étranger soit plutôt bénéfique, aussi bien pour quelqu'un qui souhaite poursuivre sa carrière en France, que pour quelqu'un qui souhaite la poursuivre à l'étranger. Il est bien connu que les langues sont une des grandes lacunes des juristes. Juriste d'entreprise, avocat (et pourquoi pas ailleurs qu'en France, ou avec une double compétence !), membre d'une organisation internationale, membre d'une institution publique, les débouchés sont larges et ouverts.

Etudier le droit étranger ?

En partant, il faut avoir conscience qu'on étudie pas le droit de la même façon partout.

L'organisation des études en Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne est pour cela un bon exemple. Le commentaire d'arrêt n'y est pas l'exercice favori, et, de toute façon, tous les arrêts sont déjà largement commentés par les juges eux-mêmes. L'approche du droit aussi est différente, bien moins théorique que dans une université française, mais plus basée sur une approche pratique : les Travaux Dirigés pourront être remplacés par une "Moot Court", où l'étudiant prend le temps d'un instant, la place du juge, de l'avocat, du jury.

Les cours là-bas sont moins nombreux. L'université n'est pas vue de la même façon. Passé le bac (A Level), les étudiants rentrent à l'université en prenant un travail à mi-temps. Les cours sont donc moins nombreux qu'en France. Puis, ils iront travailler quelques années à plein temps, et reviendront plus tard approfondir leurs études à l'université. Ou même, étudier totalement une autre matière ! Ainsi, la moyenne d'âge est souvent plus élevée, et les expériences, plus diversifiées.

L'étudiant qui souhaite devenir avocat par exemple, devra après sa licence, décrocher un contrat d'un an ou plus, dans un cabinet. Encore une fois, l'aspect pratique passe avant la théorie.

Ainsi, l'étudiant n'a que peu de travaux obligatoires à rendre, il n'a que peu de contraintes. Il est libre de son temps, de venir en cours, de préparer ses TDs ou pas. Il sera noté aux résultats. La relation avec les professeurs est aussi différente, si l'élève respecte le professeur, le professeur est là pour répondre aux questions de l'élève. L'apport est réciproque. Le lien est noué, la distance tombe parfois.

Dans la plupart des pays européens on retrouve aujourd'hui le système LMD, une licence en 3 ans, un master en 2, et un doctorat en 3. Aux Etats-Unis, le jurisdoctor représente cependant 4 années d'études, et bien souvent, il faudra avoir décroché un Master 1 ou au minimum une licence, pour aller poursuivre ses études là-bas.

Dépasser le cadre de l'université

Mais choisir de partir, c'est dépasser la simple volonté d'étudier le droit. C'est s'offrir de nouvelles opportunités : travail, rencontres, culture, partir c'est un tout. Un voyage à l'étranger ne sera bénéfique que si l'étudiant a cette volonté d'aller voir plus loin, ailleurs. L'ouverture sera un mot d'ordre. Nouveau lieu, nouvelle culture, nouvelle façon de raisonner. On ne comprend une culture qu'en ne l'ayant vu de l'intérieur, comme le disent certains anthropologistes. Pourquoi ne pas totalement s'immerger dans une famille, un travail, une activité ?

Au moment du départ

Partir à l'étranger nécessite une bonne organisation, on ne part pas un an ou plus en dehors de chez soi sans s'y être préparé !

Le coût

Bien sûr, c'est un élément essentiel, partir a un coût. Il sera très utile de se renseigner sur les bourses du pays de départ ou du pays d'accueil. Il semble qu'il faille voir des études à l'étranger non pas comme un coût, mais comme un investissement sur l'avenir. Certains n'hésiteront pas à obtenir un prêt pour poursuivre cet objectif. Mais la mauvaise surprise peut toujours être au rendez-vous, aussi est-il fortement conseillé de bien calculer son cou(p/t)avant le départ !

Que préparer

La réponse à cette question est relativement simple : tout ce qu'il vous est nécessaire ! L'université d'accueil, le logement, les papiers administratifs, ce que vous trouverez sur place et ce qu'il vous faudra amener, l'organisation du départ (accessoirement, du retour), l'arrivée, le matériel nécessaire (prévoir un budget pour cela en début d'année), les questions bancaires, etc. !

Les papiers administratifs

Une liste peut ici être relativement utile, il faudra prendre en considération

  • Les papiers de l'université d'accueil (inscription, bourse,...)
  • Les papiers de l'université de départ s'il en est une (idem)
  • Les papiers bancaires (nécessaires à l'ouverture d'un compte)
  • Les papiers pour un logement
  • Les papiers d'identité
  • Les papiers d'assurance (maladie, responsabilité civile, ordonnances,...)
  • Les papiers de voyage (faut-il un visa,...?)

On conseillera à chacun de scanner ses papiers les plus importants et de les envoyer dans sa propre boite mail, moyen le plus sur d'avoir toujours une copie des papiers les plus importants si ceux ci devaient être perdus !

Le retour

Comme il a déjà été dit, il est préférable d'avoir une idée sur son retour avant même son départ : quand, quelles études pour la suite,... Histoire de ne pas se retrouver à l'étranger avec une question existentielle sur son avenir sans avoir les moyens à sa portée pour y répondre !
Certains devront se méfier du mal du pays, et il faut pour cela bien réfléchir à son départ; plus le retour sera lointain, plus le mal du pays pourra être important ! Ce serait dommage de rentrer dans son chez soi seulement quelques semaines ou mois après le départ !

Un retour ?

Mais faut-il vraiment rentrer ? Une fois sur place, peut-être que l'attrait ou le coup de foudre sera si fort que vous y resterez ! Et pourquoi pas ! 3 ans, 5 ans, 10 ans, tout est possible ! Et il est parfaitement possible pour un étudiant français, d'obtenir un diplôme d'avocat dans d'autres pays de l'Union Européenne, ou dans certains Etats des Etats-Unis ! Faire carrière à l'étranger, pourquoi pas ? On notera cependant que passer moins d'un an à l'étranger ne sera pas forcément bénéfique, ne partir qu'un semestre laisse à peine le temps de s'habituer ! Un départ d'une durée minimum d'un an est vivement conseillée.

Une fois sur place

Au moment de l'arrivée, l'agenda des choses à faire se bouscule, et la langue, le lieu, les coutumes, ne vont pas vous faciliter la tâche. Autant se renseigner avant de partir sur les tâches qui vous attendent à l'arrivée !

Démarches

Comme pour les papiers, on pensera notamment :

  • Aux questions de logement
  • Aux questions sur l'université d'accueil
  • Aux questions sur l'université de départ (attestation d'arrivée, bourse,...)
  • Aux questions de santé
  • Aux questions bancaires
  • Aux questions d'un emploi ?

Logement

Comment choisir son logement ? Le prix sera souvent décisif. Les résidences étudiantes seront bien souvent une bonne solution et vous offriront l'opportunité de renconter des gens de tous horizons. Vous pouvez aussi vous tourner vers la colocation, le spectre de l'auberge espagnole ne sera pas loin ! Vous pourrez aussi habiter seul, ou encore, trouver à s'intégrer dans une famille.


Attention de ne pas s'y prendre trop tard pour obtenir une place dans une résidence étudiante ou un quelconque logement ! Toutes les démarches ont leur importance ! Le témoignage d'étudiants partis avant vous pourrait vous être utile.

Emploi

Une fois sur place, pourquoi ne pas se tourner vers un emploi ? Secrétariat juridique, traduction juridique, traduction, call-center, barman, employé d'hôtel, conseil juridique, les opportunités sont multiples ! Cela vous immiscera d'autant plus dans la vie du pays, vous offrira une ressource complémentaire, ou bien tout simplement une expérience bienvenue sur un CV !


Toutefois, faut-il encore que vos études vous le permettent. Si une expérience à l'étranger peut-être grisante, attention aux examens !

Culture et vie à l'université

L'université qui vous accueille, vous proposera très certainement des activités ou des possibilités multiples. A faire rougir de honte le français dont l'université de départ ne se montre pas toujours d'un très chaleureux accueil pour ses étudiants étrangers.

Mais en conclusion :

Saisissez les opportunités qui vous sont offertes !

Corentin Kerhuel
Université de Cergy-Pontoise
LLB Law Degree London South Bank University


Dernières publications juridiques de Corentin Kerhuel

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par mlgdn
12/03/2012 00:17

Bonjour Corentin,
Tout d'abord merci pour votre article particulièrement détaillé et précis. C'est exactement ce dont j'avais besoin. Néanmoins, quelques doutes persistent. Voilà étant actuellement en 2ème année de droit, j'aimerai, autant pour des raisons personnelles que professionnelles, partir après ma licence en Angleterre (plus précisément à Londres) pour terminer mes études. Cependant, n'est-il pas trop compliqué de s'inscrire dans une université anglaise sans pour autant être bilingue ? D'autre part, les frais d'inscription sont-ils aussi élevés pour des étrangers ? Au niveau des débouchés, est-il possible de travailler par la suite à Londres ou bien est-il préférable de revenir en France ? Je m'interesse particulièrement à votre cas et aimerai en savoir un peu plus.
En vous remerciant de l'intérêt que vous porterez à mes questionnements ! Marine.

2 Publié par Visiteur
01/08/2014 20:44

Bonjour,
Je tiens tout d'abord à vous remercier pour votre article très enrichissant . Personnellement, je vis en Outre-mer et suis actuellement au lycée. Je souhaiterais plus tard m'orienter dans le domaine du droit ( avocate ) à l'étranger (plus précisément en Angleterre). Cependant, quelques questions se posent. Pouvons nous dès l'obtention du bac donc au commencement des études supérieures y aller ou est il préférable de commencer des études de droit en France ? Je vous remercie de votre réponse. En vous souhaitant une bonne soirée . Audrey.

3 Publié par AmdSL
13/10/2014 19:25

Bonjour,
je suis actuellement étudiante en première année de droit après avoir obtenu un DUT en Marketing, et ma peur est (plus ou moins) ma capacité a exercer à l'oranger en réalisant la majorité de mes études (L1, L2, L3) en France. C'est la raison pour laquelle je tiens à vous remercier pour votre article, encourageant et pertinent ! Wendy

4 Publié par Visiteur
30/12/2014 19:37

Goodevening,i just read your orientations above.actually i am a law studet (L2) and my option is english law.i wish to know the different jobs opportunities someone can get as you study english law?

5 Publié par Visiteur
25/03/2015 14:21

Merci pur toutes ses informations importantes..jvoudrai fréquenter à angletette pour poursuivre mes etudes..jsui en deuxième année en droit..que me coconseiller vous???

6 Publié par Visiteur
25/04/2015 14:44

Bonjour,

en réalité j'ai terminée mes études de droit et sciences administratifs il y a fort longtemps, et je souhaite maintenant poursuivre des études de poste de graduation en droit international, mais à l'étranger et plus spécifiquement dans les pays anglo-saxonne.
d'après ce que j'ai lu dans ce domaine j'ai constaté que ces pays sont de loin plus avancés que les autres, sur ce je souhaite m'orienté vers les université les plus approprié pour terminer mes études dans ce domaine ( y compris le régime de ces université dans ce domaine ainsi que le cout globale de ce cursus et comment y accéder).
je compte sur dieu et après sur vous pour m'informer.
par- ailleurs je vous informe que je suis célibataire et j'ai un emploi stable dans mon pays, je suis chargée des affaires juridiques dans une banque.

merci d'avance de votre compréhension

7 Publié par Visiteur
02/12/2015 14:22

Bonjour,
Ton article est enrichissant ! J’étudie à l’étranger et J’ai beaucoup appris de cela. Mais il faut aussi penser à arrondir la fin de mois. J’ai pu concilier travail et étude grâce à Paul≈ Gagnersonargent.fr. Maintenant, j’arrondis la fin de mois facilement.

8 Publié par Visiteur
05/01/2016 14:28

Bonjour, article très intéressant, je suis actuellement en L1 de Droit, j'aimerais réaliser déjà un semestre voir une année en Angleterre, selon comment ça se passe, est t-il possible de réaliser ma première année en France, ma L2 à l'étranger, et ensuite de revenir en France faire ma L3? ou dois-je recommencer à zéro à l'étranger faire une L1, et du coup lorsque je reviendrais faire ma L2 en France?
De plus, n'était-ce pas trop dur de suivre les cours à l'étranger en n'ayant qu'un niveau de lycéenne (bac) puisque en L1 l'Anglais juridique ne se fait que sur un semestre et n'est effectivement pas très présent pour les juristes.
Merci d'avance.

9 Publié par Visiteur
14/01/2017 12:05

Bonjour, tout d'abord merci bcp pour ces informations. J'aimerai vous posez une question. Je suis actuellement en redoublante en L1, je n'ai pas pu valider complémentent ma L1 l'année dernière du a mon travail, je suis salariée. En effet, mon objectif était de faire ma L2 à l'étranger puis j'aimerai m'orienter vers un master international et vivre aux États Unis. Est il possible de faire rattraper mes matières de L1 en France tout en faisant ma 2eme année a l'étranger par correspondance.
Merci d'avance. Je vous souhaite une bonne journée.

10 Publié par Visiteur
14/01/2017 12:10

Bonjour, tout d'abord je tiens à vous remercier de tout ces informations. J'aimerai vous posez une question. Actuellement je suis étudiante en L1, en effet j'ai redoublé puisque je n'ai pas vu validé certaines matières du a mon job, je suis étudiante salariée. Mais mon but était de faire ma L2 a l'étranger, j'avais commencé à préparer ma départ de la rentrée à la fac étant persuadée que je validerai ma L1. Ensuite, j'ai demandé à cette université a l'étranger si c'était possible de faire ma 2eme année la bas par correspondance tout en rattrapant mes matières de L1 ici. Cette université, qui est une université est d'accord. Mais est ce que en France cela pourrait être accepter? Est ce qu'ils me permettront de passer en L3 l'année prochaine?
Merci d'avance. Je vous souhaite une très bonne journée.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Corentin Kerhuel

L'auteur ne donne pas de consultation juridique. Blog non mis à jour depuis 2011.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles