Etrangers sans papiers : quitter la France ou aller en prison?

Publié le 16/05/2011 Vu 3 376 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Un étranger sans papiers est-il obligé de choisir entre quitter la France ou aller en prison comme ce qui se pratique actuellement dans certains pays européens dont la France ?

Un étranger sans papiers est-il obligé de choisir entre quitter la France ou aller en prison comme ce qui se

Etrangers sans papiers : quitter la France ou aller en prison?

Non ! La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de répondre solennellement.

La décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE)

Par un arrêt du 28 avril 2011 (affaire n° C‑61/11 PPU), la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), saisie par une cour d’appel italienne, a en effet jugé que le droit européen s’oppose à toute réglementation nationale infligeant une peine d’emprisonnement systématique à un ressortissant étranger en situation irrégulière, au seul motif que celui-ci ne se conforme pas à un ordre de quitter le territoire national.

Selon la Cour, une telle peine serait contraire à la directive européenne du 16 décembre 2008, dite « directive retour », aux termes de laquelle la détention d’un sans-papiers ne pourra être autorisée que s’il existe un risque de rébellion ou de disparition de l’étranger avant son expulsion et si d’autres mesures moins sévères ont échouées (non respect de l’obligation de se présenter régulièrement aux autorités, de déposer une garantie financière, de demeurer dans un lieu particulier …).

Une telle réglementation, poursuit la Cour, en raison notamment de ses conditions et modalités d’application, risquerait de compromettre la réalisation de l’objectif poursuivi par ladite directive, à savoir l’instauration d’une politique efficace d’éloignement et de rapatriement des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier dans le respect des droits fondamentaux.

En clair, la CJUE déclare illégal et contre-productif tout emprisonnement automatique d’un sans-papiers refusant de quitter un pays membre de l’Union européenne.

La réaction du ministère de l’Intérieur

Dans un communiqué de presse publié le 3 mai 2011, le ministère de l’Intérieur affirme que la France n’est pas concernée par cette décision de justice européenne et qu’elle pourra continuer d’incarcérer un étranger en cas de refus d’éloignement car selon ledit ministère, la loi française est différente de la loi italienne en ce que la seconde punit de peine d’emprisonnement le simple fait de rester sur le territoire en séjour irrégulier tandis que la première ne viserait que le refus d’être reconduit à la frontière.

N'en déplaise au ministre de l'Intérieur, une telle affirmation est évidemment fausse. Pour le vérifier, nul besoin d’être un fin juriste, il suffit de lire l’alinéa 1er de l’article L621-1 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile :

« L'étranger qui a pénétré ou séjourné en France sans se conformer aux dispositions des articles L. 211-1 et L. 311-1 ou qui s'est maintenu en France au-delà de la durée autorisée par son visa sera puni d'un emprisonnement d'un an et d'une amende de 3 750 Euros.»

Ou encore l'article L624-1 de ce même code qui dispose explicitement que tout étranger qui se sera soustrait ou qui aura tenté de se soustraire à l'exécution d'une mesure de refus d'entrée en France, d'un arrêté d'expulsion, d'une mesure de reconduite à la frontière ou d'une obligation de quitter le territoire français sera puni d'une peine de trois ans d'emprisonnement.

Les réactions du ministère de la Justice et de la Cour d’appel de Nîmes

La prise de position hâtive du ministère de l’Intérieur a heureusement été tempérée par la circulaire diffusée le 12 mai 2011 par le Ministère de la Justice. Aux termes de celle-ci, la Chancellerie demande aux parquets de ne placer en garde à vue et de ne poursuivre un étranger qu'en cas de "comportements de violence envers les personnes dépositaires de l'autorité publique ou de fraudes avérées (faux documents administratifs) » et de s'attacher à «caractériser un défaut manifeste de coopération dans la phase d'identification se déroulant pendant la rétention administrative ou de résistance à l'exécution de la procédure forcée d'éloignement".

Prenant le contrepied de la position de la place Beauvau, la Cour d’appel de Nîmes a décidé d’appliquer, dès le 6 mai 2011, cette toute nouvelle jurisprudence européenne en annulant la procédure de garde à vue d’un ressortissant tchétchène placé en rétention. D’après mes informations, des arrêts similaires ont également été rendus à Rennes et Toulouse.

Espérons que d’autres juridictions leur emboîteront le pas et que soit enfin redoré le blason d’une France terre d’accueil dont la réputation est depuis quelques années fortement ternie par une politique politicienne de l’immigration aussi populiste qu’inefficace…

Pour en savoir plus, rendez-vous sur http://www.droitissimo.com.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par botango
04/08/2011 21:37

une femme d'origine camerounaise en situation irrégulière est mariée à un Français depuis 2 ans et la préfecture de seine saint-denis a fait une demande de visa d'entrée en france au Consulat de France au Cameroun et toujours pas de réponse. Que faire?

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de DROITISSIMO

Bienvenue sur le blog de DROITISSIMO

Dates de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles