Portugal : Régime fiscal relatif à l’acquisition d’un bien immobilier

Publié le 11/12/2013 Vu 2 353 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Faisant suite à mon premier article concernant « le régime fiscal des pensions de retraites perçues au Portugal », largement repris depuis, je vous propose de nous pencher sur la fiscalité se rapportant d’une part à l’acquisition d’un immeuble au Portugal et d’autre part à sa détention.

Faisant suite à mon premier article concernant « le régime fiscal des pensions de retraites perçues au Por

Portugal : Régime fiscal relatif à l’acquisition d’un bien immobilier

Faisant suite à mon premier article concernant «le régime fiscal des pensions de rtraites perçues au Portugal», largement repris depuis, je vous  propose de nous pencher sur la fiscalité se rapportant d’une part à l’acquisition d’un immeuble au Portugal et d’autre part à sa détention.

L’acquisition à titre onéreux d’un immeuble au Portugal par une personne physique ou morale résidant ou non au Portugal entraine l’assujettissement de ladite opération aux droits d’enregistrement (Impôt Municipal sur la transmission d’immeubles à titre onéreux) et aux droits de timbre.

S’agissant des droits d’enregistrement, comme en France, l’assiette de cette taxe repose, en principe, sur le prix de vente déclaré. Cependant la valeur cadastrale du bien peut lui être substituée si elle est plus élevée. Le taux, progressif, varie en fonction de la destination du bien, de sa localisation et éventuellement du pays de résidence de l’acquéreur.

En synthèse, si l’acquéreur réside dans un paradis fiscal, il sera taxé à 10%, à défaut la tranche d’imposition maximale s’élèvera à 6% (les tranches médianes pouvant cependant être plus élevées).

Les droits de timbre reposent sur la même assiette. Ils sont également dus par l’acquéreur. Le taux est proportionnel et s’élève à environ 0,8%.

Enfin, la détention des immeubles (ou du seul usufruit) est, comme en France, assujettie au paiement des taxes locales (impôt sur les immeubles). Sont assujettis les propriétaires ou usufruitiers des immeubles au 31 décembre.

L’assiette de la taxe repose, là encore et sauf exception, sur la valeur cadastrale de l’immeuble.

Les taux proportionnels varient principalement en fonction de la nature de l’immeuble et sont compris entre 0,3 et 0,8%, le taux passant à 1% pour les propriétés valorisées à plus d’un million d’euros.

Enfin, les immeubles détenus par des propriétaires établis dans des paradis fiscaux sont assujettis à une taxe spécifique de 7,5%.

En résumé la fiscalité relative à l’acquisition et à la détention d’un bien immobilier n’est pas neutre et varie principalement en fonction de la nature du bien (bien rural ou bien urbain), sa valorisation (valeur réelle ou valeur cadastrale) et sa situation géographique.

Il convient par conséquent de prendre en considération ces paramètres le jour de l’acquisition du bien, voire de procéder à une rapide simulation afin d’éviter toute mauvaise surprise.   

Je reste à votre disposition pour toute question ou précision complémentaire.

Bien cordialement,

Brice Assayag

Avocat

Fixe:               01 83 56 15 03

Skype:            brice.assayag

Site :             www.assayag-avocats.com

Vous avez une question ?
Blog de Maître Brice Assayag

Brice Assayag

200 € TTC

Pas d'avis pour le moment

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
09/01/2014 14:47

Pour beneficier du statut de résident au Portugal doit on impérativment vendre son logement en France.

J'ai été expatrié pendant 25 ans et j'ai toujours possédé une résidence secondaire en France.

Merci pour cette precision car la lecture de la loi ne me semble pas évidente

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Maître Brice Assayag

Les articles publiés sur ce blog sont généralement inspirés des questions récurrentes que me posent mes clients, des évolutions législatives ou jurisprudentielles. Ces articles sont avant tout destinés à nourrir, objectivement, la réflexion des lecteu

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

200 € Ttc

Rép : 24/48h max.

Pas d'avis pour le moment

Thèmes de publications
Types de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles