la procédure d'indemnisation amiable

Publié le Modifié le 21/10/2009 Vu 10 734 fois 9
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La Loi BADINTER a mis en place une procédure d'indemnisation rapide des victimes d'accident de la circulation et instauré une procédure d'offre d'indemnisation très encadrée à la charge des assureurs.

La Loi BADINTER a mis en place une procédure d'indemnisation rapide des victimes d'accident de la circulation

la procédure d'indemnisation amiable

La procédure d'indemnisation amiable

La loi dite "BADINTER" du 5 juilet 1985 a mis en place une procédure d'indemnisation des victimes imposée à l'assureur ayant pour but la rapidité de la prise en compte des dommages.

Cette procédure intervenant tout d'abord hors cadre judiciaire, trouve certaines applications devant les juridictions.

Le législateur a ainsi institué le VADE MECUM de l'indemnisation par l'assureur dans les articles L211-9 et suivants du code des assurances.

 

I/ PROCEDURE D'OFFRE

En application des dispositions du code des assurances, l'assureur d'un véhicule terrestre à moteur impliqué dans un accident au sens de la Loi de 1985, doit faire une offre d'indemnisation à la victime dans les plus brefs délais.

Ainsi, l'offre doit être faite par l'assureur du véhicule terrestre à moteur, même lorsque ce dernier conteste sa garantie.

Lorsque plusieurs véhicules sont impliqués, l'offre est faite par l'assureur mandaté par les autres pour le compte de qui il appartiendra.

Cette offre doit être adressée à la victime ou à ses ayants droit en cas de décès de cette dernière, et uniquement à ces derniers, même lorsqu'un conseil a été désigné pour assister les victimes dans le cadre de l'indemnisation. 

En effet, une offre adressée à un avocat, hors procédure judiciaire, n'est pas assimilée à une offre valable.

 A/ Comment l'offre doit-elle être faite ?

Dès sa première correspondance, l'assureur doit informer la victime de la possibilité pour elle d'obtenir sur simple demande la copie des procès-verbaux établis par les services de police ou de gendarmerie.

 Par ailleurs, l'assureur doit rappeler à la victime la possibilité d'être assistée par un avocat ou un conseil de son choix et en cas d'expertise médicale la possibilité d'être assistée par un médecin de son choix.

 Enfin l'assureur pour permettre à la victime de de se faire assister lors de l'expertise, doit lui communiquer au moins 15 jours à l'avance l'identité du médecin pratiquant l'examen.

 L'article L211-10 du code des assurances prévoyant la nullité relative de la transaction à intervenir.

 

B/ Dans quels délais ?

 L'article L211-9 du code des assurances établi un premier délai de principe :

 L'offre doit être faite dans un délai de 8 mois à compter de l'accident.

 En cas d'absence de consolidation des blessures, l'assureur n'est tenu de présenter qu'un offre prévisionnelle dans le délai de 8 mois, l'offre définitive devant intervenir dans un délai de 5 mois à compter de la consolidation ou du jour où l'assureur a eu connaissance de la consolidation (dans la mesure où très généralement, c'est le médecin de la compagnie qui fixe la consolidation, l'assureur est très rapidement informé de la consolidation).

 Il existe un certain nombre de correctifs à ces délais, codifiés dans l'article R211-9 du code des assurances.

 Ainsi, si l'assureur n'a pas été informé de l'accident dans un délai d'un mois à compter de l'accident, le délai de 8 mois est suspendu à l'expiration de ce mois et jusqu'à ce que l'assureur soit avisé.

 Si la victime décède plus d'un mois après l'accident, le délai est prorogé du temps écoulé entre la date de l'accident et le jour du décès diminué d'un mois.

 Si la victime ne donne pas à l'assureur les éléments demandés dans la première correspondance (tiers-payeurs, etc etc etc) dans un délai de 6 semaines, le délai est suspendu à l'expiration de ce délai jusqu'à la réception des éléments sollicités.

 

C/ Que doit comporter l'offre ?

L'offre d'indemnisation doit être complète et indiquer l'évaluation de chaque préjudice et doit tenir compte de l'existence des tiers payeurs.

 

II/ SANCTIONS

Les articles L211-13 et L211-14 du code des assurances fixent la sanction en cas de non-respect des obligations par l'assureur.

 

A/ Sanction de l'offre tardive

article L211-13 du code des assurances.

En cas d'offre tardive, d'absence d'offre ou d'offre incomplète, la sanction est l'application du double de l'intérêt légal sur l'intégralité du préjudice à compter de l'expiration du délai jusqu'au jour de l'offre définitive ou du jugement définitif.

Une discussion particulièrement intéressante a eu lieu en jurisprudence sur l'assiette des intérêts, les assureurs considérant que le double de l'intérêt ne devait s'appliquer que sur le montant de l'indemnisation offerte après déduction des provisions versées et des débours de la CPAM.

Dans un arrêt du 10 avril 2008, la cour de cassation a considéré que l'assiette des intérêts est l'offre faite par l'assureur avant déduction des provisions versées et incluant les débours de la CPAM.

Décision particulièrement intéressante pour les victimes dans la mesure où les débours de la CPAM peuvent représenter une part non négligeable du préjudice, notemment en cas d'accident du travail.

 

B/ Sanction de l'offre manifestement insuffisante.

Article L211-14 du code des assurances.

Cet article prévoît que l'assureur doit être condamné à verser au fond de garantie une somme au plus égale à 15 % des indemnités allouées.

Des dommages intérêts pouvant par ailleurs être alloué à la victime.

 

III/ LA TRANSACTION

Lorsque l'offre a été faite dans les délais, que la victime estime cette suffisante, une transaction ets signée entre l'assureur et la victime.

L'article L211-16 du code des assurances prévoit que la victime a un délai de 15 jours pour dénoncer la transaction signée avec l'assureur, par courrier recommandé AR.

Étant précisé que seule la victime a la possibilité de dénoncer la transaction.

C'est à dire qu'à partir du moment où la victime renvoie à l'assureur une transaction signé, ce dernier ne peut revenir sur les termes de l'accord, même en cas d'"erreur" sur le montant de l'indemnisation allouée.

En contrepartie de cette possibilité de dénonciation, la victime ne peut obtenir la nullité de la transaction qu'en cas d'erreur, de dol ou de violence et non en raison de l'absence de concession réciproque, lors de la signature de la transaction.

Étant précisé que la nullité relative de la transaction peut être soulevée en cas de non-respect des dispositions de l'article L221-10 du code des assurances.

 

 

 

 

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
09/02/2011 16:42

Bonsoir Maitre.

j'ai eu un accident de la circulation en 2002,j'ai eu une indemnisation et un taux IPP de 17% a se jour j'ai fait une aggravation qui m'on donné 4% supplémentaires,ma question: je vais etre indemniser sur 17+4=21 ou juste 4%.
maitre merci d'avance

2 Publié par cloclo7
09/02/2011 17:10

Bonjour votre indemnisation interviendra uniquement sur l'aggravation de votre préjudice

3 Publié par Visiteur
09/02/2011 17:53

merci Maitre.

4 Publié par Visiteur
20/03/2011 14:47

J'ai été reversé par une moto à un passage piétons. Conséquences : fracture tibia+peroné, 02 interventions (clouage + platre)hospitalisation 14 jours, itt minimum 3 mois. Le motard est non assuré, j'ai contacté le FGAO. Selon vous, le FGAO indemnise plus ou moins qu'un assureur. Avez vous une estimation du montant de l'indemnité ? Merci

5 Publié par cloclo7
21/03/2011 12:28

Bonjour Monsieur,

Les indemnités versées par le FGAO sont à peu près équivalentes à celles versées par les compagnies d'assurances.
Quant au montant de votre indemnité, il est difficile de l'évaluer dans la mesure où vos blessures ne sont pas consolidées.
Je vous invite à prendre contact avec un professionnel afin de mener à bien la négociation de votre indemnisation.
Vous trouverez si vous le souhaitez bien évidemment toutes mes coordonnées en page d'accueil de mon blog.
Cordialement
Clotilde COURATIER-BOUIS

6 Publié par Visiteur
04/11/2013 16:34

bonjour
ma fille a étais tuer par une moto qui a perdu contrôle et venu percuté plain face sa voiture l'auteur et décédé aussi l'assurance nous a fais une offre démyélinisation voila les somme
parents 27000euros chacun
les 2 sœur 13000euros chacun
concubin de puis 3ans ensemble 15000euro
remboursement des funai 4100euros remboursement monument 8010euros
je voulais savoir si cette offre est correcte et si on la refuse quel sont les conséquences merci

7 Publié par Visiteur
14/03/2015 15:28

bonjour maitre suite an avp 27/10/2013 mon assurance ma dit par telephone que je serais indemisee 10% sen avoir u une expertise ses 10% quel indemite represente t-elle.Cordialement

8 Publié par marions
11/08/2015 10:30

Bonjour Maitre,
j'ai été victime d'un accident, j'ai subit 3 opérations pour une clavicule et j'ai gardé une cicatrice de 9cm sur 8mm et une déformation. le préjudice esthétique a été évalué par le médecin expert à 3.5/7.
L'assurance ne m'indemnise rien pour ce préjudice sous prétexte qu'elle indemnise à partir de 4, a t-elle le droit?
D'autre part qui pourrait me renseigner pour savoir si ce préjudice esthétique n'est pas été sous évalué?
Merci d'avance
cordialement

9 Publié par Visiteur
28/03/2017 10:23

Cher maître,

J'ai été victime d'un accident de la route moi occupant d'une moto, une voiture m'a refusé le céder le passage... j'ai été consolidé le 30 janvier 2017 et jusqu'à ce jour je n'ai aucune nouvelles de mon avocat et j'aimerai savoir si les délais d'indemnisation sont respectées comme la loi le précise ? Car j'ai peur qu'on met oublié...

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître COURATIER-BOUIS

Bienvenue sur le blog de Maître COURATIER-BOUIS

Dates de publications
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles