Inaptitude au travail : la reprise du paiement du salaire est automatique à l'expiration du délai d'un mois

Publié le 28/01/2024 Vu 433 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

En cas d'inaptitude au travail, la reprise du paiement du salaire est automatique à l'expiration du délai de 1 mois suivant l'avis d'inaptitude.

En cas d'inaptitude au travail, la reprise du paiement du salaire est automatique à l'expiration du délai de

Inaptitude au travail : la reprise du paiement du salaire est automatique à l'expiration du délai d'un mois

En cas d'inaptitude au travail, la reprise du paiement du salaire est automatique à l'expiration du délai de 1 mois suivant l'avis d'inaptitude. Et ce, même en cas de contestation de l'avis d'inaptitude ou de refus de reclassement du salarié.

C'est ce que confirme la Cour de cassation dans deux arrêts du 10 janvier 2024.

Premier arrêt : la contestation de l'avis d'inaptitude ne reporte pas l'obligation de reprise du paiement du salaire
Les faits

 

Un salarié se voit déclarer inapte sans reclassement le 2 juillet 2020.

L'employeur conteste l'avis d'inaptitude devant le Conseil de prud'hommes.

Dans l'attente de la décision, l'employeur ne licencie pas le salarié.

Ce dernier sollicite alors la reprise du paiement de son salaire à compter du 2 aout 2020.

L'employeur conteste cette demande. Il considère en effet que la délai de reprise ne peut courir qu'à compter de la décision définitive relative à la constatation de l'inaptitude. Et non pas à compter du constat de l'inaptitude initial.

La Cour de cassation

 

Elle rejette l'argumentation de l'employeur.

Pour la Cour, l'exercice du recours ne suspend pas le délai de un mois imparti à l'employeur pour reprendre le paiement du salaire. L'employeur est donc dans l'obligation de reprendre le paiement du salaire à compter du 2 aout 2020.

Par conséquent, le point de départ de la reprise du paiement des salaires reste le constat d'inaptitude initial. Et non pas la date de confirmation de l'inaptitude.

2eme arrêt : le refus de reclassement, même injustifié, n'exonère pas l'employeur de l'obligation de reprise de paiement
Les faits

Un salarié se voit déclarer inapte le 5 février 20200 avec possibilité d'occuper un poste similaire mais sur un autre site.

L'employeur propose alors un reclassement au salarié.

Le salarié refuse toutefois cette proposition.

Celui-ci ne se voit licencier que le 16 juin 2020.

Il saisit alors le Conseil de prud'hommes pour solliciter la reprise du paiement du salaire à compter du 5 mars 2020.

La Cour d'appel déboute le salarié au motif que l'employeur avait respecté son obligation de reclassement.

La Cour de cassation

 

La Cour de cassation rejette l'argumentaire de la Cour d'appel

L'employeur doit reprendre le paiement du salaire.

Cet arrêt est conforme à la jurisprudence de la Cour de cassation en la matière.

Pour toute question ou accompagnement, n'hésitez pas à contacter la cabinet : www.braz-avocat.com

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître Mathurin BRAZ

Maître Mathurin BRAZ

Avocat au Barreau de Toulouse - votre expert en droit du travail

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

consultation.avocat.fr
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles