Une interdiction de territoire français (ITF) purgée par le temps ne saurait à elle seule fonder un refus de titre de séjour.

Publié le Modifié le 18/02/2021 Vu 772 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Une interdiction de territoire français (IRTF) purgée par le temps ne saurait à elle seule fonder un refus de titre de séjour.

Une interdiction de territoire français (IRTF) purgée par le temps ne saurait à elle seule fonder un refus

Une interdiction de territoire français (ITF) purgée par le temps ne saurait à elle seule fonder un refus de titre de séjour.

Par un arrêt du 18 décembre 2020, le Conseil d'Etat a jugé que « un refus de titre de séjour ne peut légalement se fonder sur une interdiction du territoire français  (ITF) dont la durée est expirée, alors même que l’intéressé s’est maintenu irrégulièrement sur le territoire français ». CE, 18 dé. 2020, n°435097.

Par cette décision, la haute juridiction apporte une précision fondamentale dans les rapports entre les préfectures et les étrangers sollicitant un titre de séjour.

En effet, comme pour les étrangers ayant fait l’objet par le passé d’un interdiction administrative de retour sur le territoire français  (IRTF) mesure accessoire à une OQTF, il était difficile voire impossible lorsqu’on était sous le coup d’une interdiction de territoire français (ITF) peine complémentaire à une peine privative de liberté, de voir sa demande de titre de séjour, reçue en préfecture lorsque cette mesure n’avait pas été exécutée, ou à tout le moins, lorsque l’étranger n’avait pas quitté le territoire.

Tout au plus, lorsque ces demandes  de titre de séjour étaient reçues en préfecture pour instruction, elles faisaient souvent l’objet d’un rejet, parfois au motif unique que la mesure d’interdiction n’était pas « exécutée », du moment où l’étranger n’apportait pas la preuve qu’il avait quitté le territoire pendant la durée de l’interdiction ; quand bien même la durée de l’interdiction serait échue.

Cette pratique avait pour conséquence de quasiment « condamner » certains étrangers à ne jamais espérer bénéficier d’une régularisation administrative faute d’avoir quitté le territoire français en exécution de la mesure d’interdiction de territoire.  Il est évident qu’un retour dans leur pays d’origine scellerait une autre condamnation, celle de ne plus jamais obtenir un visa, au motif qu’ils représenteraient une menace pour l’ordre public du fait de leur passé pénal.

Par l’arrêt ci-dessus mentionné, le Conseil d’Etat vient dire qu’une ITF qui est une peine complémentaire se purge avec le temps, c’est à dire qu’elle s’exécute :

-       à compter du jour où le jugement le prononçant devient définitif ;

-       ou, s’il est assorti de l’exécution provisoire, à compter de son prononcé.

En somme et à titre d’illustration, un étranger interdit de territoire français à titre de peine complémentaire pour une durée de 2 ans, décision devenue définitive le 15 février 2019, ne devrait plus se voir opposer cette interdiction de territoire français pour justifier un refus de séjour, dès le 16 février 2021 ; l’ITF étant d’après la jurisprudence du Conseil d’Etat « purgée » par le temps, même si non exécutée.

Ce positionnement du Conseil d’Etat semble créer une différence entre les effets de l’interdiction de retour sur le territoire français (IRTF)  qui ne se purge que par la sortie effective du territoire le temps indiqué par l’arrêté préfectoral, et ceux de l’interdiction judiciaire du territoire qui se purge avec le temps.

Cette différence doit toutefois être nuancée, compte tenu notamment de la jurisprudence récente, non pas du Conseil d’Etat, mais du juge administratif de Nancy.

Par un jugement du 15 septembre 2020,  les premiers juges ont effet annulé un arrêté préfectoral qui rejetait pour irrecevabilité une demande de titre de séjour formée par une personne étrangère sous le coup d’une interdiction de retour sur le territoire français non exécutée.  TA Nancy, 15 sept 2020, n°1902535

Cette jurisprudence qui reste à confirmer pose comme principe que l’existence d’une IRTF, n’est pas incompatible avec une demande de titre de séjour, quand bien même l’étranger se serait maintenu sur le territoire.

Si dans cette décision du Tribunal administratif de Nancy il n’est pas encore question de dire que l’existence d’un IRTF ne peut suffire à elle seule à motiver une décision de refus de titre de séjour, il s’agit au moins d’admettre qu’une personne sous le coup d’une IRTF puisse voir sa demande de titre de séjour examiner, sans que l’existence de cette IRTF puisse fonder à elle seule une décision de rejet pour irrecevabilité ; ce qui n’est pas une moindre garantie pour les étrangers eu égard notamment à l’élargissement des cas dans lesquels une mesure d’éloignement est susceptible d’être assortie d’une IRTF.

CE, 18 dé. 2020, n°435097.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître ENAM Alain

Bienvenue sur le blog de Maître ENAM Alain

Rechercher
Types de publications
Dates de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles