Le régime des transferts des fonds à l'étranger au Congo

Publié le Vu 4 942 fois 4
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le régime des transferts des fonds à l'étranger au Congo

 

Chronique juridique - Les transferts de fonds à l'étranger

Les mouvements internationaux de capitaux sont régis par des règles plus ou moins restrictives, répondant d'une part à un impératif de contrôle sur leur volume, et de l'autre à un souci d'identification de leur origine pour éviter leur blanchiment

Faisant partie de ces mouvements de capitaux, les transferts à l'étranger par les opérateurs exerçant leurs activités au Congo, ou qui y disposent d'intérêts économiques, sont soumis à un dispositif réglementaire d'encadrement et de contrôle des changes par les autorités congolaises. Le contrôle des changes (ensemble de réglementations limitant ou interdisant les mouvements de capitaux avec l'étranger) a plusieurs objectifs. Il vise à empêcher les achats excessifs de monnaie étrangère qui pourraient contribuer à la dépréciation de la monnaie nationale, à favoriser les importations considérées comme les plus utiles et les plus urgentes tout en protégeant les entreprises du pays. Il a enfin pour but de limiter l'évasion des capitaux.

Le dispositif fiscal au Congo : la taxe sur les transferts de fonds

Les envois d'argent du Congo vers l'étranger sont soumis à une taxe dite taxe sur les transferts de fonds. C'est un impôt perçu par l'État congolais et collecté par les banques et établissements financiers qui doivent mettre à disposition de la direction générale des impôts tous les documents comptables nécessaires au prélèvement de la taxe. Les transferts de fonds vers l'étranger se réalisent habituellement par virement international, une opération de transfert de fonds d'un compte bancaire à un autre qui s'effectue par voie électronique.

Les ventes de devises à l'intérieur du pays ainsi que les recettes d'activités d'exportation non rapatriées au Congo dans les six mois de la date de paiement des factures dont également taxées.

La taxe ne s'applique pas à tous les transferts de fonds

L'impôt ne touche pas les transferts de fonds réalisés par les missions diplomatiques et les organisations internationales, ceux relatifs au traitement des diplomates congolais en poste à l'étranger ainsi qu'aux bourses des étudiants et stagiaires congolais à l'étranger. Concernant lessociétés privées, l'impôt frappe les remboursements d'emprunts qu'elles ont contractés pour la réalisation d'un programme d'investissement qui a fait l'objet d'une convention d'établissement avec l'État. De même, les transferts de fonds à destination des pays membres de la Cémacsont exonérés, tout comme les remboursements d'emprunts contractés par l'État et les transferts de fonds initiés par le Trésor public

L'impôt est de 1% du montant brut du transfert à son émission. L'ordre de transfert est matérialisé par le dépôt des sommes à transférer et le paiement de la commission de transfert à l'établissement chargé d'effectuer l'opération. Ce sont les banques et autres établissements financierschargés des transferts de fonds à l'étranger qui recouvrent la taxe et la reversent tous les mois au bureau des impôts dont dépend le siège de l'établissement au plus tard le 15 du mois suivant. Si la banque n'a pas prélevé la taxe sur une opération qui relève pourtant de celle-ci, l'État met à la charge de cette banque ou établissement de crédit le paiement de la taxe qui n'a pas été recouvrée. Le paiement s'accompagne d'une pénalité égale à 50% de la taxe non prélevée.

L'intérêt de retard en cas de non-paiement de l'impôt s'élève à 10% par mois du montant de l'impôt à payer.

Le contrôle des changes au Congo

La réglementation des changes au Congo est gérée par la direction générale de la monnaie et du crédit (DGMC), une agence de régulation des transferts de fonds qui reprend toutes les missions de l'ancienne direction générale du crédit et des relations financières (DGCRF). C'est une structure qui a pour mission de lutter contre la criminalité économique, de sensibiliser les opérateurs à la réglementation des changes en vigueur au Congo pour que les sociétés exportatrices se fassent payer à travers les banques congolaises. Le constat a été fait que de nombreuses entreprises installées au Congo ne respectaient pas la réglementation des changes. Il a été ainsi observé que ces sociétés ne rapatriaient pas au Congo leur recette d'exploitation. Il en résulte un manque à gagner pour les banques congolaises et le Trésor public.

Le Congo a harmonisé ces textes sur la réglementation des changes avec le règlement de la Cémac instituant une réglementation des changes commune aux pays membres. Ainsi, l'autorisation préalable de l'ancienne DGCRF pour les transferts de fonds vers l'étranger a été supprimée.

 

Joseph Wilfried MIKALA
Consultant Juridique et Fiscal


Cabinet Sutter & Pearce

MEMBER OF AFRICAN NETWORK OF
CMS -BUREAU FRANCIS LEFEBVRE
www.sutter-pearce.com
tel mobile: +242 06 6720418
tel office : +242 06 655 43 43
e-mail : Sutter-sem@yattoo.com

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
06/12/2016 19:42

Par Loi 07-2012 du 04 avril 2012 le législateur a créé en république du Congo l'Agence de Régulation des Transferts de Fonds "A.R.T.F.", lui sacralisant les missions antérieurement confiées à la Direction Générale des Crédits et Relations Financières (D.G.C.R.F.). le Régulateur A.R.T.F. a pour missions essentielles d’ORIENTER ET DE CONTRÔLER l'ensemble des activités en matière de Transferts de Fonds, de CONTRIBUER au suivi de la constitution et de la liquidation des investissements direct étrangers, ainsi qu'à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.
Au j o u r d ’ h u i incontournable
et incontestable pour tout ce qui concerne non seulement les transferts de fonds mais aussi l’intelligence et la sécurité économique. l'Autorité de Régulation est un puissant instrument pour anticiper les enjeux et défis d’un secteur sensible de l’économie nationale.

2 Publié par Visiteur
06/12/2016 19:42

Par Loi 07-2012 du 04 avril 2012 le législateur a créé en république du Congo l'Agence de Régulation des Transferts de Fonds "A.R.T.F.", lui sacralisant les missions antérieurement confiées à la Direction Générale des Crédits et Relations Financières (D.G.C.R.F.). le Régulateur A.R.T.F. a pour missions essentielles d’ORIENTER ET DE CONTRÔLER l'ensemble des activités en matière de Transferts de Fonds, de CONTRIBUER au suivi de la constitution et de la liquidation des investissements direct étrangers, ainsi qu'à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.
Au j o u r d ’ h u i incontournable
et incontestable pour tout ce qui concerne non seulement les transferts de fonds mais aussi l’intelligence et la sécurité économique. l'Autorité de Régulation est un puissant instrument pour anticiper les enjeux et défis d’un secteur sensible de l’économie nationale.

3 Publié par Visiteur
06/12/2016 19:42

Par Loi 07-2012 du 04 avril 2012 le législateur a créé en république du Congo l'Agence de Régulation des Transferts de Fonds "A.R.T.F.", lui sacralisant les missions antérieurement confiées à la Direction Générale des Crédits et Relations Financières (D.G.C.R.F.). le Régulateur A.R.T.F. a pour missions essentielles d’ORIENTER ET DE CONTRÔLER l'ensemble des activités en matière de Transferts de Fonds, de CONTRIBUER au suivi de la constitution et de la liquidation des investissements direct étrangers, ainsi qu'à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.
Au j o u r d ’ h u i incontournable
et incontestable pour tout ce qui concerne non seulement les transferts de fonds mais aussi l’intelligence et la sécurité économique. l'Autorité de Régulation est un puissant instrument pour anticiper les enjeux et défis d’un secteur sensible de l’économie nationale.

4 Publié par Visiteur
07/12/2016 08:09

L'ARTF est en attente des textes règlementaires devant lui permettre d'assurer correctement ses missions de régulation. Dans l'attente, elle s'active à cerner les enjeux d'une gestion saine des réserves de change du Congo et s'implique au tant que faire se peut à mieux organiser les opérateurs du domaine des transferts intérieurs de fonds. Philippe NGOMA

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Joseph MIKALA

Bienvenue sur le blog de Joseph MIKALA

Dates de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles