Les créances postérieures et utiles à la procédure collective : un régime dérogatoire

Publié le 04/01/2024 Vu 886 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La procédure collective est une procédure judiciaire qui vise à traiter les difficultés d’une entreprise en cessation des paiements.

La procédure collective est une procédure judiciaire qui vise à traiter les difficultés d’une entreprise

Les créances postérieures et utiles à la procédure collective : un régime dérogatoire

La procédure collective peut prendre la forme d’une sauvegarde, d’un redressement ou d’une liquidation judiciaire, selon le degré de gravité de la situation et les perspectives de redressement.

L’une des conséquences de l’ouverture d’une procédure collective est le gel du passif antérieur, c’est-à-dire des créances nées avant le jugement d’ouverture. Ces créances doivent être déclarées par les créanciers dans un délai de deux mois à compter de la publication du jugement au Bodacc, sous peine de forclusion. Elles sont ensuite soumises à un plan de sauvegarde ou de redressement, ou à une répartition en cas de liquidation.

Mais qu’en est-il des créances nées après le jugement d’ouverture ? Le droit des procédures collectives distingue deux catégories de créances postérieures : les créances postérieures simples et les créances postérieures et utiles à la procédure. Ces dernières bénéficient d’un régime dérogatoire, qui a été récemment illustré par un arrêt de la Cour de cassation du 22 novembre 2023 (Com. 22 novembre 2023, n°22-13299).

Les caractéristiques des créances postérieures et utiles à la procédure collective

Les créances postérieures et utiles à la procédure collective sont définies par les articles L 622-17, L 631-14 et L 641-13 du code de commerce. Il s’agit des créances nées régulièrement après le jugement d’ouverture, pour les besoins du déroulement de la procédure ou en contrepartie d’une prestation fournie au débiteur pendant la période d’observation de la sauvegarde ou du redressement judiciaire ou pendant le maintien de l’activité au cours de la liquidation judiciaire.

Ces créances présentent deux caractéristiques principales :

  • Elles sont payables à leur échéance, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas affectées par le gel du passif antérieur. Le créancier impayé peut donc en réclamer le paiement en justice ou exercer son droit de rétention sur les biens du débiteur.
  • Elles ne sont pas soumises à l’obligation de déclaration, contrairement aux créances postérieures simples. Le créancier n’a donc pas à respecter le délai de deux mois pour faire valoir sa créance.

L’application du régime dérogatoire des créances postérieures et utiles à la procédure collective : l’arrêt du 22 novembre 2023

L’arrêt rendu par la chambre commerciale de la Cour de cassation le 22 novembre 2023 illustre l’application du régime dérogatoire des créances postérieures et utiles à la procédure collective.

En l’espèce, une entreprise faisant l’objet d’une procédure collective avait confié à un garagiste le remorquage et le gardiennage de plusieurs véhicules, qui avaient ensuite été vendus à un tiers dans le cadre de la procédure. Le garagiste, qui n’avait pas été payé des frais de gardiennage, avait exercé son droit de rétention sur les véhicules et refusé de les restituer à l’acquéreur.

La cour d’appel avait condamné le garagiste à restituer les véhicules, au motif que sa créance était née après l’ouverture de la procédure collective et devait être déclarée dans les deux mois de son exigibilité. Le garagiste n’ayant pas fait cette déclaration, il avait perdu le bénéfice de son droit de rétention.

La Cour de cassation a censuré cette décision, en rappelant que les créances postérieures et utiles à la procédure collective n’ont pas à être déclarées et sont payables à leur échéance. Elle a renvoyé la cour d’appel à rechercher si la créance du garagiste n’était pas la contrepartie d’une prestation fournie au débiteur pendant la procédure collective, auquel cas elle aurait échappé à l’exigence d’une déclaration.

Que faut-il retenir ?

  • Quel est l’intérêt du régime dérogatoire des créances postérieures et utiles à la procédure collective ?

Le régime dérogatoire des créances postérieures et utiles à la procédure collective vise à favoriser la poursuite de l’activité de l’entreprise en difficulté, en incitant les créanciers à continuer à lui fournir des biens ou des services. Il leur garantit un paiement à l’échéance et une protection contre la forclusion.

  • Quelles sont les conditions pour bénéficier de ce régime ?

Pour bénéficier de ce régime, il faut que la créance soit née régulièrement après le jugement d’ouverture, pour les besoins du déroulement de la procédure ou en contrepartie d’une prestation fournie au débiteur pendant la procédure. Il faut également que la créance soit utile à la procédure, c’est-à-dire qu’elle contribue à la sauvegarde ou au redressement de l’entreprise, ou à la réalisation de son actif en cas de liquidation.

  • Quels sont les risques pour les créanciers qui ne respectent pas ce régime ?

Les créanciers qui ne respectent pas ce régime s’exposent à ce que leur créance soit inopposable à la procédure collective.

 Guillaume Lasmoles

Avocat en droit des Affaires

www.lasmoles-avocat.com

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Guillaume LASMOLES

Lasmoles Avocats est un cabinet d’avocats dédié au droit des affaires à Montpellier.

Rechercher
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles