Liberté d’expression : est-il permis de comparer l'Islam au livre Mein Kampf d'Adolf Hitler?

Publié le Vu 2 405 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Liberté d’expression : est-il permis de comparer l'Islam au livre Mein Kampf d'Adolf Hitler?

« La liberté de tout dire n'a d'ennemis que ceux qui veulent se réserver la liberté de tout faire. Quand il est permis de tout dire, la vérité parle d'elle-même et son triomphe est assuré." - Henri LeClerc, "La liberté d'expression et Internet, Petites Affiches, no.24, 10 nov. 1999.

La liberté d'expression semble bien inoffensive. Toutefois, croire cela c'est peut-être oublier que l'expression est à la source de toutes les actions des hommes, et que mis à part dans le cas de la folie, les crimes commencent toujours par des pensées, sinon par des « idées tordues ». Ne faudrait-il donc pas empêcher que de telles idées germent dans les esprits fragiles ? Toutefois, peut-il exister une liberté d'expression limitée ? Comment garder le contrôle sur les censeurs s'il n'est pas possible de parler d'eux ? Les maux engendrés par la liberté d'expression sont-ils si grands que l'on doive se priver des bienfaits de cette liberté ? Pour Geert Wilders, sa déclaration est elle conforme à la règle de la liberté d’expression ?

En l’espèce, monsieur Geert Wilders  est accusé d'avoir injurié les musulmans et pour avoir qualifié l'islam de « fasciste ». il avait comparé l'Islam au livre Mein Kampf d'Adolf Hitler et a réclamer l'interdiction du Coran  tout en  comptant se défendre, en se référant à la liberté d'expression. « Geert Wilders est persuadé qu'il n'a rien dit de répréhensible et qu'on peut dire ce qu'on veut aux Pays-Bas », assure son avocat. S’agit-il là d'une incitation à la haine raciale ?

Tout en restant un principe fondamental des sociétés démocratiques actuelles, la liberté d'expression, intimement liée à la liberté d'opinion, ne peut s'exercer sans limites. Ces limites peuvent être instaurées tant dans le cadre étatique et juridique par les forces publiques que naturellement par le respect des autres libertés individuelles et collectives.
De plus, la liberté d'expression serait limitée uniquement concernant la manifestation de certaines opinions jugées immorales ou irrespectueuses et non sur le fait même d'avoir ces opinions.

Il s'agit de l'idée que la liberté de chacun doit s'arrêter là où commence celle des autres. La liberté de tout dire et dans n'importe quelle situation pourrait restreindre la liberté d'autrui, en lui infligeant des dommages directs ou indirects. Cette liberté est consacrée à l'article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948. Souvent associée à la liberté d'opinion, elle est définie comme étant « le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

L'idée est que la liberté d'expression est contrecarrée par certains devoirs et responsabilités par rapport aux autres. Parce que les gens ne sont pas capables de mener une autogestion de ceux-ci, une gestion judiciaire est nécessaire.

En ces termes, laissons les juges néerlandais d’apprécier ces questions de cette  liberté fondamentale dans ce procès qui s’annonce très délicat.

 

Par ISSA SAID

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles