Annulation pour insanité d’esprit et curatelle

Publié le Modifié le 01/05/2020 Vu 1 098 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L’action pour insanité d’esprit est recevable en présence d’un acte co-signé par le curateur (Civ. 1, 15 janv. 2020, n° de pourvoi : 18-26683).

L’action pour insanité d’esprit est recevable en présence d’un acte co-signé par le curateur (Civ. 1,

Annulation pour insanité d’esprit et curatelle

Mots clés : Curatelle – assurance-vie – clause bénéficiaire – avenant – assistance du curateur (oui) – nullité pour insanité d’esprit (oui)

1. Faits et procédure. Les faits sont classiques : une personne souscrit un contrat d’assurance-vie (le 12 février 2005), procède à un avenant (17 juin 2010) quelques mois avant d’être placé en curatelle renforcée (09 novembre 2010), puis signe un nouvel avenant concernant la clause bénéficiaire (15 septembre 2014), avant de décéder trois mois plus tard. Sa veuve assigne les bénéficiaires en nullité pour insanité d’esprit. Le Tribunal de Grande Instance prononce l’annulation du premier avenant mais non du second. La veuve fait appel : la cour d’appel de Besançon confirme le jugement. La veuve se pourvoit en cassation et obtient le 15 janvier 2020 une cassation avec renvoi devant la cour d’appel de Dijon qui devra apprécier l’existence d’une insanité d’esprit concernant le second avenant.

L’attendu de la Cour de cassation est limpide : « En statuant ainsi, alors que le respect des dispositions relatives à la régularité des actes accomplis par une personne placée sous le régime de curatelle ne fait pas obstacle à l’action en nullité pour insanité d’esprit, la cour d’appel (...) a violé les textes susvisés (art. 414-1 ; 414-2 3° et 466 du code civil) »

2. Motivation critiquable de la cour d'appel. La cour d’appel de Besançon avait retenu que la seconde demande de changement de clause bénéficiaire avait été faite par l’intermédiaire du curateur, et considère l’avenant valide dans la mesure où il appartenait au curateur de s’assurer de la volonté du majeur protégé et de l’adéquation de sa demande avec la protection de ses intérêts, et où il n’est justifié d’aucun manquement du curateur

3. Appréciation critique. Une telle motivation ne pouvait pas convaincre : la co-signature du curateur ne purge en aucun cas la nullité d’un acte signé par le curatélaire. Si la cosignature des deux – curateur et curatélaire – permet la validité de l’acte (l’accord du curateur venant sauver l’acte, puisque le seul engagement du curatélaire serait imparfait), c’est à la condition que l’engagement du majeur protégé ne procède pas en lui-même d’une insanité d’esprit qui vicierait son consentement. 

En outre, le curateur n’est pas un médecin psychiatre ni un juge : s’il cherche à comprendre la volonté d’un majeur, et à le raisonner lorsqu’il estime que la demande exprimée n’est pas conforme à l’intérêt supérieur du majeur vulnérable, le curateur peut ne pas toujours percevoir la défaillance particulière du majeur (sur un acte déterminé) ni les manoeuvres de tiers abusant de l’influençabilité du protégé. Le curateur n’est pas l’ombre du curatélaire, mais un protecteur guidé par sa conscience professionnelle, aussi disponible pour le majeur que les contraintes de son métier le lui permettent, cherchant à accompagner le majeur dans sa vie civile.

La curatelle est une mesure de protection judiciaire qui permet à la personne protégée, dont l’altération psychique vicie le consentement, de parfaire son consentement par l’adjonction de celui du curateur. En d’autres termes, le consentement du curatélaire joint au consentement de son curateur fait présumer la validité de l’acte. 

Mais il ne s’agit que d’une présomption simple. Encore faut-il que le consentement du majeur en curatelle n’ait pas été donné, le jour de la signature, sous l’empire d’un trouble ayant interdit toute compréhension libre et éclairée de l’acte.

En effet, toute altération psychique ne se confond pas avec l’insanité d’esprit au sens de l’article 414-1 du Code civil : il existe une palette immense de troubles de l’esprit, dont les effets peuvent s'accentuer au fil du temps, ou par moments, alors même que le majeur reste en curatelle (la maladie psychique progressant sans qu'une procédure d'aggravation de la mesure de protection ne soit toutefois enclenchée en temps réel).

En l’espèce, il appartiendra à la cour de renvoi de juger si le majeur protégé était apte à signer le second avenant, malgré la cosignature du curateur, et si son état de santé s’était dégradé depuis le jugement de curatelle renforcée, voire, depuis la date du certificat médical présenté au juge des tutelles. Tout dépendra des éléments de preuve présentés.

Ce que nous rappelle cet arrêt du 15 janvier 2020 de la Cour de cassation, c’est que ce débat probatoire peut avoir lieu. La cosignature du curateur n'empêche pas une action future fondée sur l'insanité d'esprit du curatélaire.

MONTOURCY AVOCATS

Droit des majeurs vulnérables (tutelles, curatelles, sauvegardes)

Pour prendre rendez-vous :

Courriel : secretariat@montourcy-avocats.fr ou Tél : 01 45 72 02 52

Adresse du Cabinet : 2 square de l’avenue du Bois – 75116 Paris (métro Argentine, ligne 1).

Le cabinet assiste et conseille les majeurs protégés, leurs familles, et les M.J.P.M., partout en France.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Tutelles Curatelles Vulnérabilités

Le Cabinet MONTOURCY AVOCATS est dédié à la défense des majeurs vulnérables (tutelles, curatelles, sauvegardes, habilitations, mandats de protection future) ou de leurs familles.

Fondé en 2008, le Cabinet intervient devant les juges des tutelles et cours d'appel, partout en France.

En matière pénale, le Cabinet intervient aux côtés des majeurs vulnérables, victimes ou présumés auteurs, sur l'ensemble du territoire.

Le Cabinet intervient en droit du dommage corporel, dans les procédures amiables et judiciaires, afin que le majeur vulnérable reçoive la réparation intégrale de son préjudice, à la suite d'un accident de la circulation, d'une infraction pénale, d'un accident de la vie domestique, ou d'une faute médicale.

Pour prendre rendez-vous :

secretariat@montourcy-avocats.fr

ou 01 45 72 02 52

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles