Dans quel délai le journaliste doit-il invoquer la clause de cession ?

Publié le Modifié le 26/03/2020 Vu 2 390 fois 6
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La loi ne précise pas dans quel délai le journaliste doit invoquer la clause de cession, cela signifie-t-il que ce droit serait imprescriptible ?

La loi ne précise pas dans quel délai le journaliste doit invoquer la clause de cession, cela signifie-t-il

Dans quel délai le journaliste doit-il invoquer la clause de cession ?

Depuis 2009, une partie à une procédure judiciaire qui estime qu'une disposition légale qui lui est opposée est contraire à la constitution peut poser une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) au Conseil constitutionnel.

La procédure prévoit plusieurs filtres et en particulier, en matière sociale, d'abord celui de la juridiction saisie qui doit notamment vérifier que la QPC est sérieuse avant, le cas échéant, de la transmettre à la Cour de cassation laquelle examine à son tour le sérieux de cette question puis décide de renvoyer ou non la question au Conseil constitutionnel, seul compétent pour déclarer la disposition légale conforme ou non à la Constitution.

A la suite d'une cession, une société de presse ouvre la clause de cession pour une durée de 9 mois.

6 mois après cette date butoir, une journaliste invoque la clause de cession.

Son employeur lui répond qu'elle est hors délai et refuse de lui verser l'indemnité de licenciement.

Le conseil de prud'hommes de Paris est saisi en référé par la journaliste.

Faute d'accord entre les conseillers (un employeur et un salarié), l'affaire est renvoyée devant le juge départiteur

La journaliste argue du fait que le délai fixé par son employeur pour invoquer la clause de cession ne lui était pas opposable.

Ce dernier répond que son ancienne salariée n'a pas invoqué la clause de cession dans un "délai raisonnable".

Cette Société de presse décide également de présenter une question prioritaire de constitutionnalité rédigée de la façon suivante :

"Les dispositions de l'article L. 7112-5, 1° du code du travail ainsi que la portée que leur donne la jurisprudence de la Cour de cassation, en ce qu'elles ne prévoient pas les modalités de leur application et en ce qu'elles créent un droit imprescriptible pour les journalistes ne contreviennent-elles pas au principe d'égalité, au principe de liberté contractuelle ainsi qu'aux garanties fondamentales nécessaires à l'exercice des droits et libertés prévus aux dispositions des articles 1, 4 et 6 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, de l'alinéa 8 du préambule de la constitution de 1946 ainsi qu'aux dispositions des articles 1 et 34 de la Constitution de 1958 ?"

L'article L. 7112-5 1° du Code du travail est celui relatif à la clause de cession des journalistes.

Il est rédigé en ces termes :

"Si la rupture du contrat de travail survient à l'initiative du journaliste professionnel, les dispositions des articles L. 7112-3 et L. 7112-4 (relatives au licenciement d'un journaliste) sont applicables, lorsque cette rupture est motivée par l'une des circonstances suivantes :

1° Cession du journal ou du périodique"

On comprend donc, à la lecture de cette question, que la Société de presse reprochait à cet article L. 7112-5 1° du Code du travail de ne pas prévoir les modalités pratiques de mise en œuvre de la clause de cession des journalistes et en particulier l'absence de délai pour invoquer la clause de cession.

Il faut ici rappeler que la Cour de cassation juge régulièrement que l'article L 7112-5 du Code du travail n'impose aucun délai aux journalistes pour mettre en œuvre la clause de cession (cf. cette autre publication sur ce sujet)

Par une ordonnance du 30 avril 2015, le conseil de prud'hommes de Paris (formation de départage) a accepté de transmettre la QPC à la Cour de cassation.

Il estime en particulier que cette question est sérieuse.  

Il relève que :

  • L'exercice de la clause de cession prévu à l'article L.7112-5 1° du Code du travail permet à un journaliste de rompre son contrat de travail à la suite de la cession du journal pour lequel il travaille et que ni ce texte, ni aucune autre disposition réglementaire, ne précise de délai pour la mise en œuvre de cette clause par la journaliste après la dite cession ;

  • qu'aucune notion de délai raisonnable n'a non plus été dégagée par la jurisprudence ;

  • qu'il en ressort qu'un journaliste serait susceptible de pouvoir invoquer cette clause, plusieurs années après la cession de son journal pour rompre son contrat de travail et "bénéficier des dispositions financières avantageuses prévues aux articles L.7112-3 et L. 7112-4 du Code du code du travail"

La Cour de cassation, dans un arrêt du 7 juillet 2015, n'a pas partagé cette analyse et a refusé de transmettre cette QPC au Conseil constitutionnel.

Elle estime d'abord que la question posée n'est pas nouvelle.

Elle retient surtout que "les dispositions contestées, telles qu'elles sont interprétées par la Cour de cassation, ne dérogent pas aux règles de droit commun relatives à la prescription extinctive ; que la question qui prête à l'interprétation jurisprudentielle une portée qu'elle n'a pas n'est pas sérieuse".

De fait, contrairement à ce que prétendait la Société de presse dans sa QPC, aucune décision de la Cour de cassation n'a jugé que le droit pour un journaliste d'invoquer la clause de cession est imprescriptible.

Au surplus, ce n'est pas parce qu'un texte qui instaure un droit ne prévoit pas expressément de délai pour en bénéficier que ce droit peut être exercé à tout moment.

Si la Cour de cassation rappelle régulièrement que l'article L. 7112-5 du code du travail n'impose aucun délai aux journalistes pour mettre en oeuvre la clause de cession c'est pour répondre aux moyens qui lui sont soumis prétendant que cette clause devrait être évoquée dans un "délai raisonnable" ou encore dans le délai fixé par l'employeur au moment de l'ouverture de cette clause.

Elle n'a pour autant jamais jugé que ce droit peut être invoqué sans aucune limite dans le temps.

De fait, si l'on examine les différents arrêts qui ont pu être rendus sur le sujet du délai pour invoquer la clause de cession, on s'aperçoit que les sociétés de presse soutiennent toujours que le délai entre la cession et la date à laquelle le journaliste a invoqué la clause de cession est excessif (et donc que la demande du journaliste serait mal fondée), mais qu'elle ne prétendent jamais que le droit du journaliste aurait été éteint par l'effet de la prescription (et donc que l'action du journaliste serait irrecevable).

Quoi qu'il en soit, en relevant expressément dans sa décision du 7 juillet 2015 que sa jurisprudence sur le délai pour invoquer la clause de cession ne déroge "pas aux règles de droit commun relatives à la prescription extinctive", la Cour de cassation semble retenir que c'est ce délai de droit commun qui devrait s'appliquer.

Rappelons ici que selon les dispositions de l'article 2219 du Code civil "la prescription extinctive est un mode d'extinction d'un droit résultant de l'inaction de son titulaire pendant un certain laps de temps".

Puisque le droit d'invoquer la clause de cession n'est pas imprescriptible, il reste à déterminer quel est le délai de la prescription extinctive applicable à la clause de cession (autrement dit, quel est le délai maximal pour invoquer cette clause).

Selon l'article 2224 du Code civil le délai de droit commun de la prescription extinctive est de 5 ans.

La loi dite de sécurisation de l'emploi du 14 juin 2013 a créé l'article L1471-1 du Code du travail qui dispose que "toute action portant sur l'exécution ou la rupture du contrat de travail se prescrit par deux ans à compter du jour où celui qui l'exerce a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant d'exercer son droit".

Ce texte vise toutefois le délai pour agir en justice et non pas celui pour bénéficier d'un droit.

Or, le journaliste qui invoque la clause de cession n'engage pas une action, il invoque simplement le droit qui lui est reconnu par l'article L. 7112-5, 1° du Code du travail.

On peut donc penser – au risque de se tromper dans l'attente d'un arrêt de la Cour de cassation plus explicite – que le journaliste peut faire jouer la clause de cession dans le délai de droit commun de l'article 2219 du Code civil, soit 5 ans à partir de la cession ou, plus précisément, de la date à laquelle il a connu ou aurait dû connaître les faits permettant d'invoquer la clause de cession. Autrement dit, tant que le journaliste n'est pas informé de la cession, le délai de prescription extinctive ne commence pas à courir.

Vianney FÉRAUD

Avocat au barreau de Paris

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
04/09/2016 09:18

Bonjour,
Mon journal vient d'être racheté et la clause de cession ouverte jusqu'au 31 décembre 2016. La loi dite "Travail" modifie-t-elle les conditions de la clause de cession des journalistes et ce délai de 5 ans ?
Merci de votre réponse et félicitations pour votre travail.

2 Publié par vianneyferaud
05/09/2016 10:32

Non la loi travail ne devrait pas avoir d'incidence sur la clause de cession des journalistes.

3 Publié par Visiteur
27/09/2016 14:07

Bonjour
Dans la même situation que Junius, avec une clause ouverte jusqu'à la fin de l'année, j'envisage de prendre ma clause, puis de créer ma micro-entreprise et de proposer mes services à mon journal actuel (ma direction est ok car je traite des sujets très spécifiques).
D'où la question : est-il possible sur le plan légal de passer ainsi du statut de salarié à celui d'auto-entrepreneur ?

4 Publié par vianneyferaud
27/09/2016 17:59

De même que l'on peut se remarier avec celui ou celle dont on a divorcé, rien n'interdit de retravailler avec une société dont on s'est séparé, même par le jeu de la clause de cession.

Cela étant, un journaliste professionnel est présumé être salarié (statut qui présente des avantages bien supérieurs à celui de micro-entrepreneur).

Les entreprises de presse qui confient à des micro-entrepreneurs (ex. auto-entrepreneurs) des missions qui relèvent du journaliste s'exposent donc à des actions en requalification de la relation contractuelle en un contrat de travail, voire à des poursuites pour travail dissimulé.

C'est une question de droit, mais c'est aussi une question de fait.

5 Publié par Visiteur
05/07/2017 12:02

Bonjour Monsieur Feraud,

Nous sommes plusieurs journalistes à avoir pris notre clause suite au rachat de notre titre. Arrivant en fin de préavis, notre nouvel employeur nous demande d'étaler dans le temps le paiement de nos indemnités liées à la clause de cession (pas les salaires ni les indemnités compensatrices de congés payés) au motif que la filiale du groupe en cours de création pour ce rachat n'a pas le capital suffisant pour les payer. Et que la maison-mère ne va pas y injecter beaucoup plus d'argent après ce qu'elle a déjà dû payer pour l'achat des titres. A-t-il le droit de nous imposer cet étalement? Quel recours avons nous? Merci pour votre blog très complet!

6 Publié par vianneyferaud
05/07/2017 13:02

Rien n'interdit à un salarié d'accorder à son employeur des délais pour le paiement des sommes (et en particulier de l'indemnité de licenciement) que ce dernier lui doit.

Rien ne l'y oblige non plus !

Lorsqu'un employeur ne paie pas les sommes qui lui sont dues, son salarié, n'a pas d'autre solution que de saisir le conseil de prud'hommes pour obtenir un titre judiciaire qui permettra ensuite à un huissier de tenter un recouvrement forcé. En cas d'échec, la société peut être placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce afin que l'AGS prenne le relais et règle les sommes dues.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.