L’impunité du joueur professionnel coupable d’absences répétées:

Publié le 05/03/2013 Vu 2 337 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Faute d’être prévues par la Charte du football professionnel, les absences répétées ne sont pas une cause de rupture pour faute grave du contrat de travail

Faute d’être prévues par la Charte du football professionnel, les absences répétées ne sont pas une cau

L’impunité du joueur professionnel coupable d’absences répétées:

L’impunité du joueur professionnel coupable d’absences répétées: CA Amiens, 5e ch. soc., 30 mai 2012, n° 11/00565, Mr David V. c/ SA ASClub football 

Un  joueur de football professionnel a conclu un CDD pour deux saisons sportives avec le club de A, à partir de 2005. En 2007, ce contrat a été prorogé pour deux saisons supplémentaires.

Cependant, au cours de l’été 2008, les relations entre le joueur et le club se sont dégradées. Le joueur a indiqué dans la presse locale son intention de quitter le club, il a quitté le stage d’été prévu au Touquet sans explication et a cessé de s’entrainer avec le reste de l’équipe.

Le Club a tenté d’obtenir des explications de la part du joueur professionnel mais, face au silence de ce dernier, a décidé, par la voix de son avocat, de saisir la commission juridique de la LFP (Ligue du Football Professionnel) pour que le contrat soit suspendu. La LFP y a fait droit.

Le joueur a été convoqué à son entretien préalable à l’issue duquel le club a décidé de rompre le contrat pour faute grave le joueur au motif de ses absences répétées dont il était, au surplus, indiqué qu’elles lui causaient préjudice, en termes d’image et de bon fonctionnement.

Par l’entremise de son avocat, le joueur a saisi le Conseil des Prud’hommes lequel a reconnu le bien-fondé de la rupture. Appel a été interjeté et les juges de la Cour d’Appel ont infirmé le jugement en considérant que faute d’avoir été prévu par la Charte professionnelle il n’était pas possible de considérer les absences répétées comme justifiant une rupture pour faute grave. Dès lors, le club a été condamné à payer 125.635,17€.

Cette décision ne manque pas d’interroger sur le plan de l’équité. Pour autant, elle s’inscrit dans une jurisprudence constante de la Chambre sociale qui prévoit que la convention collective fixe les règles générales et permanentes en matière de discipline, notamment la nature et l’échelle des sanctions que peut prendre l’employeur, toute sanction non prévue doit donc être annulée.

En effet, la Charte du Football professionnel est qualifiée par les juges de Convention Collective. Il s’agit d’une norme hiérarchique supérieure au règlement intérieur et simple contrat liant les parties, qui doit en tant que telle prévaloir. De plus, en application de l’ordre public social, les stipulations plus favorables au salarié, prévues dans la convention collective qui est lui est applicable, prévalent sur le droit commun.

En pratique il s’agit d’une stipulation qui pourrait être très gênante pour les clubs tant pour leur image que pour leur fonctionnement interne. Surtout elle ne favorise pas l’exemplarité qui doit être de rigueur s’agissant de sportifs professionnels qui ont une influence potentielle particulièrement importante sur les jeunes, et les jeunes footballeurs des centres de formation en particulier.

Cependant, dans l’optique d’amélioration de l’image du football français, la Fédération a d’ores et déjà modifié la Charte du Football Professionnel en prévoyant une échelle de sanctions de plus en plus forte en fonction de la répétition des absences et retards injustifiés. L’article 614 prévoit ainsi que la sanction peut aller du simple avertissement à la rupture du contrat.

Cet arrêt a l’intérêt de rappeler que les employeurs doivent scrupuleusement vérifier et appliquer les procédures et sanctions prévues dans la convention collective qui leur est applicable, faute de quoi leur sanction sera purement et simplement annulée ! Le recours à un avocat spécialisé en droit du sport sera salutaire.


Redouane Mahrach - Avocat - spécialiste de droit du sport

Laura Nowak - Juriste en droit du sport

www.rms-avocats.com

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.