Blog de Le Bouard Avocats Versailles

Spécialiste Droit du Travail, Droit des Sociétés, Droit Commercial, Droit Médical

Encadrement de la prospection commerciale par téléphone

Publié le 12/12/2023 Vu 258 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Face à l'augmentation notable des appels commerciaux non sollicités, une réponse réglementaire s'est avérée nécessaire pour préserver l'équilibre entre les intérêts des consommateurs et les pratiques des entreprises.

Face à l'augmentation notable des appels commerciaux non sollicités, une réponse réglementaire s'est avér

Encadrement de la prospection commerciale par téléphone

Face à l'augmentation notable des appels commerciaux non sollicités, une réponse réglementaire s'est avérée nécessaire pour préserver l'équilibre entre les intérêts des consommateurs et les pratiques des entreprises. Cette intervention législative, matérialisée par le décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022, vise à encadrer de manière plus stricte les démarchages téléphoniques. L'objectif de cet article est double : d'une part, explorer le contenu et la portée de ce décret [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] ; d'autre part, analyser son impact potentiel sur les stratégies commerciales des entreprises. 

 

Nous examinerons en détail les dispositions de ce texte réglementaire, en mettant en lumière les adaptations que les entreprises doivent envisager pour se conformer à cette nouvelle norme, tout en préservant leur efficacité opérationnelle. Ce faisant, notre analyse s'articulera autour d'une approche juridique rigoureuse, s'efforçant de cerner les implications pratiques de ces nouvelles règles pour les acteurs du secteur commercial.

 

Panorama réglementaire

 

Le paysage réglementaire concernant les appels commerciaux a subi une évolution notable au fil des années. Historiquement, le démarchage téléphonique a été une pratique courante pour les entreprises, cherchant à étendre leur clientèle ou à promouvoir de nouveaux produits. Cette méthode, bien que populaire, a souvent été critiquée pour son caractère intrusif, particulièrement lorsque les appels sont effectués à des moments inopportuns.

 

En réponse à ces préoccupations, diverses juridictions ont progressivement mis en place des règles pour réguler les appels commerciaux. En France, le législateur a pris des mesures pour protéger les consommateurs contre les abus potentiels liés au démarchage téléphonique. Cette évolution réglementaire a été marquée par l'introduction de lois et de réglementations visant à encadrer cette pratique.

 

Les nouvelles régulations se sont matérialisées par l'adoption du décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022. Ce décret a introduit des restrictions significatives sur les appels commerciaux non sollicités, en interdisant notamment leur réalisation en soirée, les week-ends et jours fériés. Cette mesure vise à réduire les désagréments subis par les consommateurs, souvent importunés en dehors des heures normales de travail.

 

Le décret [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] précise les plages horaires durant lesquelles les appels commerciaux sont interdits, offrant ainsi une protection accrue aux consommateurs. Cette régulation est un pas important dans la lutte contre le démarchage téléphonique abusif, reflétant une prise de conscience des besoins de respect de la vie privée des individus.

 

Ainsi, le panorama réglementaire actuel, marqué par cette évolution législative, impose aux entreprises de repenser leurs stratégies de communication et de marketing. En limitant les appels commerciaux à des horaires plus respectueux, le législateur cherche à équilibrer les intérêts commerciaux des entreprises avec le droit des consommateurs à la tranquillité.

 

Ce décret représente donc une étape cruciale dans la régulation des pratiques commerciales, soulignant l'importance accordée à la protection des consommateurs dans le contexte actuel du commerce et de la communication.

 

Détails du décret

 

Le décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022, marque une avancée significative dans la régulation des pratiques de démarchage téléphonique. Ce texte législatif établit des normes strictes destinées à protéger les consommateurs des appels commerciaux non sollicités à des heures inopportunes. Dans cette section, nous analyserons les principales dispositions et interdictions édictées par ce décret, ainsi que les exceptions et modalités pratiques de mise en œuvre. 

 

Contenu du décret : analyse des principales dispositions et interdictions

 

Le décret établit des restrictions claires quant aux horaires pendant lesquels les appels commerciaux peuvent être effectués. Il interdit explicitement ces appels en soirée, ainsi que pendant les week-ends et jours fériés. Cette mesure vise à assurer que les consommateurs ne soient pas dérangés pendant les périodes habituellement consacrées au repos et à la vie familiale.

 

La portée de ce décret est significative car elle modifie profondément les pratiques habituelles de démarchage téléphonique. Les entreprises engagées dans ces activités doivent désormais se conformer à un cadre réglementaire plus strict, sous peine de sanctions.

 

Dispositions spécifiques du décret

 

Le décret précise les heures pendant lesquelles les démarchages téléphoniques sont prohibés. Ces restrictions horaires sont définies de manière à protéger les moments de vie privée et de repos des consommateurs. En particulier :

 

  • Interdiction en soirée : Les appels commerciaux ne sont pas autorisés pendant les heures de soirée. Cela vise à éviter que les consommateurs soient dérangés durant les heures généralement dédiées à la détente et à la famille après le travail.
  • Week-ends et jours fériés : Les démarchages sont également interdits durant les week-ends et les jours fériés, périodes où les consommateurs sont susceptibles de privilégier des activités personnelles et familiales.

 

Impact sur les pratiques de démarchage

 

Ces restrictions ont un impact significatif sur les stratégies commerciales des entreprises. Elles doivent réajuster leurs horaires d'appel pour respecter ces nouvelles limites, ce qui peut entraîner des changements majeurs dans l'organisation de leurs opérations.

 

  • Modification des stratégies de communication : Les entreprises doivent redéfinir leur approche de communication pour s'assurer que les appels sont effectués dans le respect des nouvelles contraintes horaires. Cela peut impliquer une réorganisation des équipes de vente et une réévaluation des stratégies de ciblage client.
  • Implications pour les centres d'appels : Les centres d'appels, en particulier, doivent réorganiser leurs plannings et leurs ressources humaines pour s'adapter aux horaires permis par le décret.

 

Sanctions en cas de non-respect

 

Le non-respect des dispositions du décret expose les entreprises à des sanctions. Ces sanctions peuvent inclure des amendes, ce qui représente un risque financier non négligeable pour les entreprises qui ne se conforment pas aux nouvelles réglementations.

 

  • Risque Financier : Les amendes pour violation des dispositions du décret peuvent constituer un fardeau financier important pour les entreprises, en particulier pour celles dont les activités reposent principalement sur le démarchage téléphonique.
  • Réputation d'Entreprise : Au-delà des sanctions financières, il y a aussi un risque pour la réputation des entreprises. Le non-respect des réglementations peut nuire à l'image de l'entreprise auprès des consommateurs et du public.

 

Le Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 entraîne une refonte des pratiques de démarchage téléphonique, imposant aux entreprises de s'adapter à un cadre réglementaire plus contraignant. Cette évolution souligne l'importance croissante accordée à la protection de la vie privée des consommateurs dans le contexte commercial actuel.

 

 

Exceptions et modalités d’application : Cas où les appels sont encore autorisés et modalités pratiques de mise en œuvre

 

Bien que le décret soit strict, il prévoit certaines exceptions. Par exemple, les appels commerciaux peuvent être autorisés si le consommateur a donné son consentement explicite pour être contacté à ces horaires, ou dans le cadre de relations contractuelles préexistantes où de telles communications sont nécessaires.

 

Les entreprises doivent donc être vigilantes et s'assurer que leurs pratiques de démarchage respectent ces exceptions. Elles doivent également mettre en place des systèmes efficaces pour enregistrer le consentement des consommateurs et pour prouver, en cas de litige, que les appels effectués en dehors des heures autorisées entrent bien dans le cadre des exceptions prévues par le décret.

 

Le décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 impose un cadre réglementaire plus strict pour la prospection commerciale par téléphone, visant à protéger les consommateurs tout en permettant certaines exceptions. Les entreprises engagées dans ces activités doivent s'adapter à ces nouvelles exigences pour assurer leur conformité et éviter les risques juridiques.

 

Impact sur les entreprises

 

L'introduction du décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] a des répercussions considérables sur les entreprises, en particulier sur les centres d'appels et les sociétés de télémarketing. Cet article se concentre sur les adaptations stratégiques de ces entreprises et recueille les témoignages des professionnels affectés par cette nouvelle réglementation.

 

Conséquences pour les centres d’appels

 

Les centres d'appels, moteurs du démarchage téléphonique, doivent se conformer aux restrictions imposées par le Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]]. Cette conformité implique une révision des horaires d'appel pour éviter les périodes interdites et une mise à jour des systèmes de consentement client. Ces changements nécessitent un investissement dans des technologies avancées et une réorganisation des stratégies de communication.

 

En outre, ces entreprises doivent évaluer l'impact potentiel des restrictions sur leur efficacité commerciale. Elles doivent trouver un équilibre entre respecter la réglementation et maintenir leur performance économique.

 

Réactions des professionnels

 

Les réactions des professionnels du secteur varient. Certains expriment des inquiétudes quant à la réduction potentielle de leurs activités commerciales, tandis que d'autres y voient une opportunité d'innovation et de diversification. L'accent est mis sur l'exploration de canaux de communication alternatifs, comme le marketing numérique, pour compenser les restrictions imposées sur les appels.

 

La période actuelle est donc charnière pour ces entreprises, qui doivent s'adapter à un cadre réglementaire plus strict tout en cherchant à préserver leur compétitivité. Cette adaptation peut aussi être perçue comme une opportunité pour améliorer leur image auprès du public en adoptant des pratiques commerciales moins intrusives.

 

Le Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] représente un défi significatif pour les entreprises de télémarketing, les obligeant à revoir leurs méthodes opérationnelles et stratégies commerciales. Cette transition, bien que complexe, offre également une opportunité d'évolution vers des pratiques commerciales plus respectueuses des consommateurs.

 

Protection des consommateurs

 

La mise en œuvre du Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] traduit une avancée majeure dans la protection des droits des consommateurs face au démarchage téléphonique. Cette section se propose de discuter des avantages apportés par ces mesures pour les consommateurs et d'examiner comment elles sont perçues par le public, en s'appuyant sur des sondages ou études récentes.

 

Avantages pour les consommateurs

 

Les dispositions du décret visent à protéger les consommateurs des appels commerciaux non sollicités pendant les périodes où ils sont les plus susceptibles de rechercher tranquillité et vie privée, à savoir les soirées, les week-ends et les jours fériés. Cette régulation permet de réduire significativement les intrusions indésirables dans la vie quotidienne des individus, contribuant ainsi à une meilleure gestion de leur temps et une diminution du stress associé à ces appels incessants.

 

En outre, ce décret renforce le droit des consommateurs à la tranquillité, un principe fondamental dans le cadre de la protection des données personnelles et de la vie privée. Il témoigne de la reconnaissance, par le législateur, de la nécessité de réguler les pratiques de démarchage dans un monde de plus en plus connecté.

 

Réception par le public

 

L'adoption de ce décret a généralement été bien accueillie par le public. Les études et sondages récents tendent à montrer que la majorité des consommateurs soutiennent des mesures visant à limiter les appels commerciaux non sollicités. Ces études révèlent également une prise de conscience accrue concernant les droits des consommateurs et une attente forte de respect de la vie privée.

 

Cependant, il convient de noter que l'efficacité de ces mesures dépend largement de leur mise en œuvre effective et du respect de ces régulations par les entreprises. Des mécanismes de surveillance et de sanctions sont donc nécessaires pour garantir l'application effective de ces dispositions et assurer leur impact positif sur la protection des consommateurs.

 

Le Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] constitue une étape importante dans la protection des consommateurs contre le démarchage téléphonique abusif. Les avantages de ces mesures, tant en termes de respect de la vie privée que de réduction du stress, sont clairement reconnus par le public, comme en témoignent les sondages et études récents. Cette réglementation s'inscrit dans une tendance plus large de renforcement des droits des consommateurs, reflétant un changement significatif dans la relation entre entreprises et consommateurs à l'ère numérique.

 

Perspectives légales

 

La promulgation du Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] a des implications juridiques importantes pour les entreprises engagées dans la prospection téléphonique. Cette partie de l'article se propose d'analyser ces implications et de comparer les approches réglementaires de différents pays en matière de démarchage téléphonique.

 

Analyse juridique : Implications légales pour les entreprises ne respectant pas le décret

 

Le Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022, entré en vigueur en France, établit des règles strictes concernant les appels commerciaux non sollicités et les heures auxquelles ils sont autorisés. Le non-respect de ces dispositions expose les entreprises à des risques juridiques significatifs. Dans cette analyse approfondie, nous examinerons les implications légales pour les entreprises qui enfreignent ce décret, en mettant en lumière les sanctions administratives possibles, les qualificatifs de pratiques déloyales, les recours des consommateurs lésés, et les mesures que les entreprises doivent prendre pour se conformer à la réglementation.

 

Sanctions administratives et amendes substantielles

 

Le décret énonce clairement que les entreprises qui ne respectent pas les restrictions horaires pour les appels commerciaux non sollicités sont passibles de sanctions administratives. Ces sanctions peuvent être graves et comportent des amendes financières substantielles. Les autorités compétentes ont le pouvoir d'imposer des amendes pouvant aller jusqu'à des montants considérables, ce qui peut avoir un impact financier significatif sur les entreprises fautives. Il est essentiel de noter que ces sanctions visent à dissuader les entreprises de violer les règles établies, mettant ainsi l'accent sur l'importance de la conformité.

 

Qualification de pratiques commerciales déloyales et de harcèlement

 

En plus des sanctions administratives, les pratiques des entreprises qui enfreignent ces restrictions horaires peuvent être qualifiées de pratiques commerciales déloyales ou de harcèlement. Cette qualification peut avoir des conséquences graves sur la réputation de l'entreprise. Les pratiques de harcèlement sont non seulement illégales, mais elles sont également préjudiciables à l'image de l'entreprise aux yeux des consommateurs. Les entreprises doivent donc être conscientes que leurs actions peuvent être perçues comme déloyales ou harcelantes par les autorités compétentes ou les consommateurs, ce qui peut entraîner des poursuites judiciaires et des dommages à la réputation.

 

Recours en justice des consommateurs lésés

 

Les consommateurs qui se sentent lésés par des appels commerciaux non sollicités en dehors des heures autorisées ont la possibilité de recourir à la justice. Cela signifie que les entreprises pourraient faire face à des actions en justice de la part de ces consommateurs. Les recours en justice peuvent entraîner des coûts considérables pour les entreprises en termes de frais juridiques, d'indemnisation des consommateurs et de réparations. Il est donc essentiel pour les entreprises de se conformer au décret pour éviter ces litiges potentiellement coûteux.

Mesures de conformité pour les entreprises

 

Pour éviter les risques juridiques associés au non-respect du décret, les entreprises doivent prendre des mesures proactives. Tout d'abord, elles doivent mettre à jour leurs politiques et procédures internes pour refléter les nouvelles exigences légales en matière d'appels commerciaux non sollicités. Cela inclut la mise en place de systèmes de surveillance et de contrôle pour garantir le respect des horaires autorisés. De plus, les entreprises devraient envisager de fournir une formation à leur personnel sur les nouvelles pratiques de démarchage conformes à la réglementation.

 

Le non-respect du Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 expose les entreprises à des risques juridiques sérieux, notamment des sanctions administratives, la qualification de pratiques déloyales, des recours en justice des consommateurs, et des dommages à la réputation. La conformité à cette réglementation est donc essentielle pour éviter ces conséquences néfastes, et les entreprises doivent prendre des mesures appropriées pour respecter les nouvelles exigences légales en matière d'appels commerciaux non sollicités.

 

Comparaison internationale : Comment d’autres pays gèrent la prospection téléphonique

 

La régulation de la prospection téléphonique varie considérablement d'un pays à l'autre. Dans plusieurs juridictions, des mesures similaires ont été prises pour protéger les consommateurs contre les démarchages intrusifs.

 

États-Unis : National Do Not Call Registry

 

Aux États-Unis, le "National Do Not Call Registry" offre aux consommateurs une méthode efficace pour refuser les appels commerciaux non sollicités. Ce système permet aux individus de s'inscrire sur une liste, interdisant aux entreprises de les contacter à des fins commerciales. Cette initiative, soutenue par la Federal Trade Commission (FTC), témoigne d'une volonté de donner aux consommateurs un contrôle direct sur les communications qu'ils reçoivent. Des études menées par la FTC montrent une réduction significative des appels indésirables depuis la mise en place de ce registre.

 

Royaume-Uni : Telephone preference service

 

Le "Telephone Preference Service" (TPS) au Royaume-Uni fonctionne de manière similaire. Les consommateurs peuvent s'inscrire gratuitement sur cette liste pour signaler leur préférence de ne pas recevoir d'appels de télémarketing. La mise en conformité avec le TPS est obligatoire pour les entreprises, et le non-respect peut entraîner des sanctions sévères, soulignant l'engagement du Royaume-Uni à protéger la vie privée des consommateurs.

 

Comparaison avec la France

 

En comparaison, le modèle français, incarné par le Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022, opte pour une approche réglementaire directe, imposant des restrictions horaires pour les appels commerciaux. Contrairement aux systèmes basés sur l'inscription volontaire comme aux États-Unis et au Royaume-Uni, la France impose des limites claires applicables à toutes les entreprises, offrant ainsi une protection uniforme à tous les consommateurs.

 

Autres Pays : diversité des approches

 

Dans d'autres pays, les approches varient. Certains ont adopté des mesures strictes similaires à la France, tandis que d'autres favorisent des approches basées sur le consentement et la préférence des consommateurs. Par exemple, en Allemagne, la loi sur la protection contre les nuisances téléphoniques impose des conditions strictes pour le consentement des consommateurs avant tout démarchage téléphonique.

Cette comparaison internationale illustre non seulement la diversité des approches adoptées pour réguler le démarchage téléphonique, mais aussi un engagement commun à protéger les consommateurs contre les intrusions non désirées. Elle révèle également les différences culturelles et juridiques qui influencent la manière dont chaque pays aborde la question du démarchage téléphonique et la protection de la vie privée des consommateurs.

 

Le Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] souligne l'évolution des standards légaux en matière de protection des consommateurs et impose aux entreprises de revoir leurs pratiques de démarchage téléphonique. L'analyse juridique de ce décret et la comparaison avec d'autres juridictions révèlent une convergence vers des régulations plus strictes dans ce domaine, reflétant un équilibre entre les intérêts commerciaux et les droits des consommateurs à l'échelle internationale.

 

Stratégies d’adaptation pour les entreprises

  •  

Avec l'adoption du [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]], les entreprises engagées dans le démarchage téléphonique sont contraintes de revoir leurs méthodes de marketing pour rester conformes à la réglementation tout en conservant leur compétitivité. Cette partie de l'article se concentre sur les stratégies d'adaptation et les alternatives possibles au démarchage téléphonique traditionnel.

 

Alternatives au démarchage téléphonique

 

Face aux restrictions imposées par le décret, les entreprises doivent envisager des méthodes de marketing alternatives. Parmi ces alternatives, le marketing numérique se présente comme une option viable. Les entreprises peuvent exploiter les réseaux sociaux, le marketing par courriel, et les campagnes publicitaires en ligne pour atteindre leur public cible. Ces canaux offrent l'avantage d'une plus grande personnalisation des messages et d'une portée plus large.

 

En outre, les entreprises peuvent investir dans des stratégies de contenu, telles que la création de blogs, de vidéos ou de webinaires pour engager les clients. Ces méthodes permettent non seulement de respecter les réglementations en matière de démarchage téléphonique, mais elles offrent également une valeur ajoutée aux consommateurs, renforçant ainsi la relation client-entreprise.

 

Conseils pour les entreprises

 

Pour s'adapter efficacement aux nouvelles régulations, les entreprises doivent d'abord effectuer un audit de leurs pratiques actuelles de démarchage téléphonique. Cela implique d'évaluer dans quelle mesure leurs méthodes actuelles sont affectées par le décret et d'identifier les zones nécessitant des ajustements.

 

Il est également conseillé aux entreprises de former leur personnel aux nouvelles réglementations pour éviter des violations involontaires. La sensibilisation et la formation des équipes de vente et de marketing sont essentielles pour assurer une transition en douceur vers de nouvelles pratiques conformes.

 

Enfin, les entreprises devraient envisager de collaborer avec des experts en marketing numérique et en droit pour développer des stratégies qui non seulement respectent les réglementations, mais qui sont également efficaces pour atteindre leurs objectifs commerciaux. Un partenariat avec des avocats spécialisés en droit commercial peut s'avérer précieux pour naviguer dans le cadre réglementaire complexe et éviter les risques juridiques.

 

L’adaptation à la nouvelle réglementation du démarchage téléphonique exige des entreprises qu'elles soient innovantes et réactives. L'exploration de méthodes de marketing alternatives et la formation des équipes sont cruciales pour rester compétitives dans ce nouvel environnement réglementaire. Ces stratégies, alliant respect de la loi et efficacité commerciale, sont essentielles pour assurer la pérennité et le succès des entreprises dans le contexte actuel.

 

Conclusion

 

Au terme de notre analyse, il est manifeste que le [Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] constitue une étape cruciale dans la régulation des pratiques de démarchage téléphonique. Ce décret reflète une tendance croissante à la protection des consommateurs, en limitant les appels commerciaux non sollicités à des moments jugés inopportuns.

 

Nous avons examiné les diverses implications du décret, soulignant son impact significatif sur les stratégies commerciales, en particulier pour les centres d'appels et les entreprises de télémarketing. Le décret impose de nouvelles contraintes horaires pour les appels commerciaux, visant à protéger la vie privée et la tranquillité des consommateurs. Les entreprises doivent désormais se conformer à ces normes, sous peine de sanctions.

 

Par ailleurs, nous avons discuté des alternatives au démarchage téléphonique, telles que le marketing numérique, et offert des conseils pratiques aux entreprises pour s'adapter à cette nouvelle réalité réglementaire. L'accent a été mis sur la nécessité pour les entreprises d'être innovantes et réactives pour maintenir leur compétitivité.

 

À l'avenir, il est probable que nous assisterons à une évolution continue de la réglementation dans ce domaine. Cette évolution pourrait prendre la forme de mesures plus strictes si les pratiques actuelles de démarchage continuent de susciter des préoccupations. Parallèlement, les entreprises pourraient devoir explorer davantage de canaux de marketing non intrusifs et orientés vers le respect des consommateurs.

 

En outre, les avancées technologiques, telles que l'intelligence artificielle et le big data, pourraient offrir de nouvelles opportunités pour des approches de marketing plus ciblées et moins intrusives. Ces technologies pourraient permettre une personnalisation accrue des campagnes publicitaires, tout en respectant la vie privée des consommateurs.

 

En résumé, le [Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022 [[Décret n° 2022-1313 du 13 octobre 2022]] représente un changement significatif dans la manière dont les entreprises doivent aborder la prospection téléphonique. La conformité à ce décret et la capacité à s'adapter aux évolutions réglementaires seront essentielles pour le succès et la pérennité des entreprises dans le domaine du marketing téléphonique.

 

https://www.lebouard-avocats.fr/droit-commercial

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles