Le piège des postes D.F.P. et S.E. en nomenclature DINTILHAC dans le cadre de l’Expertise

Publié le Modifié le 11/01/2012 Vu 8 318 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le piège des postes D.F.P. et S.E. en nomenclature DINTILHAC dans le cadre de l’Expertise

Le piège des postes D.F.P. et S.E. en nomenclature DINTILHAC dans le cadre de l’Expertise

Le piège des postes D.F.P. et S.E. en nomenclature DINTILHAC dans le cadre de l’Expertise

Le piège des postes D.F.P. et S.E. en nomenclature DINTILHAC dans le cadre de l’Expertise.

Le rapport du groupe de travail présidé par M. Jean Pierre DINTILHAC, et rendu en Juillet 2005, précise les notions de Déficit Fonctionnel Permanent (D.F.P.) et de Souffrance endurée (S.E)

Le rapport indique :

Pour le D.F.P. :

« Ce poste de préjudice cherche à indemniser un préjudice extra-patrimonial découlant d’une

incapacité constatée médicalement qui établit que le dommage subi a une incidence sur les

fonctions du corps humain de la victime.

Il s’agit ici de réparer les incidences du dommage qui touchent exclusivement à la sphère

personnelle de la victime. Il convient d’indemniser, à ce titre, non seulement les atteintes aux

fonctions physiologiques de la victime78, mais aussi la douleur permanente qu’elle ressent, la

perte de la qualité de vie et les troubles dans les conditions d’existence qu’elle rencontre au

quotidien après sa consolidation. »

Pour les S.E. :

« Il s’agit de toutes les souffrances physiques et psychiques, ainsi que des troubles associés, que

doit endurer la victime durant la maladie traumatique, c’est à dire du jour de l’accident à celui

de sa consolidation. En effet, à compter de la consolidation, les souffrances endurées vont

relever du déficit fonctionnel permanent et seront donc indemnisées à ce titre. »

Dans le cadre d’une Expertise, qu’elle soit amiable ou judiciaire, il convient donc d’être extrêmement vigilant sur plusieurs points.

Trop souvent lors d’une expertise, les différents intervenants peuvent se laisser entraîner à garder les habitudes de fonctionnement acquises à l’ère de l’Incapacité Permanente Partielle (I.P.P.) et du Pretium Doloris (P.D.) (Avant la nomenclature DINTILHAC)

Ces deux définitions imposent une vigilance particulière lors des expertises.

Le D.F.P. n’est pas I.P.P. !

Lors des opérations d’expertises, la tentation est grande, pour le médecin expert (la force des habitudes étant ce qu’elle est), de s’appuyer sur le seul barème d’incapacité pour définir un DFP.

Ainsi, n’est-il pas rare, de relever qu’après avoir procédé à l’examen de la victime, et ce en général de façon méticuleuse, le médecin procède au chiffrage de ce qu’il nomme le D.F.P. en effectuant la même addition des déficits qu’il réalisait sous l’empire de l’I.P.P, en s’appuyant sur le même barème (en général du concours médical).

Avec une telle pratique, que ce soit sous l’empire de l’I.P.P. ou sous celui du D.F.P., la victime se retrouve, à déficit égal, avec le même chiffrage.

Normal me direz-vous, et bien aussi curieux que cela puisse sembler, absolument pas !

En effet, la majorité des barèmes, et en tout cas ceux qui sont le plus fréquemment utilisés, ont été établi sous l’empire de l’I.P.P, et en tout cas avant la nomenclature DINTILHAC.

le chiffrage des déficits physiques, et psychiques, qui en découle correspond donc à une I.P.P et non à un D.F.P.

Or, et si l’on se réfère à la définition du D.F.P. sous DINTILHAC, on se rend immédiatement compte de ce que le D.F.P. n’est pas l’I.P.P.

D’abord, le D.F.P. inclut dans son chiffrage la douleur après consolidation !

En effet, dorénavant le P.D. en tant que poste de préjudice autonome n’existe plus, seule subsiste la Souffrance Endurée (S.E.), qui représente la souffrance endurée jusqu’à la consolidation.

Il convient donc de ne pas « oublier » les souffrances après consolidation lors de l’expertise, et qui viennent majorer le poste D.F.P.

Ensuite, le D.F.P. inclut également la perte de qualité de vie et les troubles dans les conditions d’existence (anciennement indemnisé pour partie par le préjudice d’agrément et par l’Incapacité Temporaire Totale (I.T.T.)

Donc :

DFP = IPP + PD (après consolidation) + perte de Qualité de vie + Troubles dans les conditions d’existence.

On est donc loin de ce qui se voit malheureusement encore DFP = IPP.


Il arrive également, et cela est compréhensible, que l’expert se retrouve « perdu » dans ce qui relève d’un exercice effectivement difficile, à savoir évaluer une victime sans disposer d’un barème d’incapacité à jour de cette nouvelle nomenclature.

Pour autant, à l’occasion d’une discussion contradictoire lors de l’expertise, l’échange des différents points de vue permet de trouver, le plus souvent, une réponse qui se veut même consensuelle.

En tout état de cause, le rapport d’expertise se doit de reprendre dans le détail les éléments qui constituent le poste de préjudice évalué, cela permet à tous, parties et juge, de s’assurer que l’évaluation a été réalisée en tenant compte de l’ensemble des éléments constituant le poste de préjudice.

Si, en effet, la recherche d’une évaluation identique, à victime identique, quel que soit l’expert nommé devrait être la règle, on touche ici les limites d’une nomenclature en avance sur les outils d’évaluation.

La question de la nécessité de revoir les barèmes d’incapacité est ici posée, tout comme celle de la nécessité d’uniformiser les divers barèmes existants. Cette prolifération nous semble en effet de nature à induire d’inacceptables différences d’évaluation des victimes.

Il reste que les participants à l’opération d’expertise doivent éviter ces pièges qui risquent de coûter cher aux victimes, alors que le but recherché est l’indemnisation de l’entier préjudice de ces dernières.

Marc BAERTHELE

Avocat - DIU Evaluation des Traumatisés Crâniens

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître BAERTHELE - AVOCAT

Marc BAERTHELE Avocat DIU Evaluation des Traumatisés Crâniens

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles