Discrimination à l'embauche

Publié le 08/09/2009 Vu 9 238 fois 4
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Une enquête réalisée par l'Observatoire des discriminations rendue publique en novembre 2006, montre l'aggravation des discriminations à l'embauche en France. L'âge est la première forme de discrimination, mais les motifs de discrimination sont différents selon le poste proposé. Ainsi, la discrimination en raison de l'origine est particulièrement forte pour les postes de cadre.Quels sont les moyens dont disposent la victime de telle discrimination pour se défendre ?

Une enquête réalisée par l'Observatoire des discriminations rendue publique en novembre 2006, montre l'aggr

Discrimination à l'embauche

 

La discrimination est un délit

La discrimination évoque une différence de traitement fondée sur un critère arbitraire ou encore une atteinte illégitime au principe d'égalité.

C’est un délit qui est définit par le code pénal comme étant « toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » (article 225-1 du code pénal).

Il est avéré que l’on rencontre de nombreux cas de discriminations dans le domaine de l’entreprise.

Cette discrimination s’opère dès l’embauche et jusqu’à la rupture du contrat de travail.

En effet, 50% des réclamations que reçoit la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’égalité (HALDE) concerne le domaine de l’emploi.

Parmi celles-ci un tiers porte sur l’embauche.

L’article 225-2 du code pénal sanctionne les discriminations qui peuvent s’opérer à ces différentes étapes de l’exécution du contrat de travail.

Ainsi, est punie de trois d’emprisonnement et de 45000 € d’amende la discrimination définie ci-dessus qui consiste à « refuser d’embaucher, à sanctionner ou à licencier une personne » ou encore à « subordonner une offre d’emploi, une demande de stage ou une période de formation en entreprise à une condition fondée sur l’un des éléments visés à l’article 225-1 du code pénal »

La cour de cassation a encore récemment sanctionné le fait de subordonner une offre d'emploi à une condition fondée, notamment, sur la nationalité.

Le prévenu avait publié une offre d'emploi d'agents de sécurité exigeant des candidats la production d'une carte d'électeur, ce qui supposait la nationalité française, et rejeté la candidature d'un ressortissant béninois qui n'était pas en mesure de satisfaire à cette condition (Cass. crim., 20 janv. 2009, n° 08-83.710 : JurisData n° 2009-046828 ; D. 2009, p. 997, note S. Detraz).

Il convient de préciser que le délit de discrimination est une infraction intentionnelle.

Cela signifie qu’il appartient au plaignant ou au ministère public de rechercher ou de démontrer que le refus d'embauche a été inspiré par une intention discriminatoire.

Tel n’est pas le cas, dans une affaire où le directeur d’un centre de recherches avait réservé aux hommes des postes de technicien de laboratoire, dès lors qu’il résultait de l’analyse des emplois litigieux que ceux-ci nécessitaient le port de charges assez lourdes.(Cass crim 25 mai 1983 jurisdata n°1983-701700)

Par ailleurs, certains cas de discriminations sont autorisés par l'article 7 de la loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 qui a remplacé le 3° de l'article 225-3 du Code pénal par trois paragraphes aux termes desquels les dispositions de l'article 225-2 réprimant les discriminations ne sont pas applicables :

"3° aux discriminations fondées en matière d'embauche, sur le sexe, l'âge ou l'apparence physique, lorsqu'un tel motif constitue une exigence professionnelle essentielle et déterminante et pour autant que l'objectif soit légitime et l'exigence proportionnée ;"

Ainsi, dans un arrêt du 23 juin 2009 la cour de cassation a considéré que la mention « BBR » sur une offre d’emploi caractérise le délit d’offre d’emploi discriminatoire. (CASS Crim 23 juin 2009 n°07-85109)

Confirmant la condamnation prononcée par la cour d'appel, la Haute juridiction considère en effet que la recherche d'animatrices a été faite sur la base de critères d'origine en excluant les personnes non européennes ou de couleur, alors que les produits à promouvoir ne justifiaient pas l'exclusion de ces personnes.

 

Le code du travail pose le principe de non discrimination

Le principe de non discrimination est applicable à tous les employeurs et salariés de droit privé.

L'article L1132-1 du code du travail qui rend la discrimination à l'embauche illégale :

« Aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, au sens de l'article L. 140-2, de mesures d'intéressement ou de distribution d'actions, de formation, de reclassement, d'affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son patronyme ou en raison de son état de santé ou de son handicap. Aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire visée à l'alinéa précédent en raison de l'exercice normal du droit de grève. Aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire pour avoir témoigné des agissements définis aux alinéas précédents ou pour les avoir relatés.

En cas de litige relatif à l'application des alinéas précédents, le salarié concerné ou le candidat à un recrutement, à un stage ou à une période de formation en entreprise présente des éléments de fait laissant supposer l'existence d'une discrimination directe ou indirecte. Au vu de ces éléments, il incombe à la partie défenderesse de prouver que sa décision est justifiée par des éléments »

Le régime de la preuve est simplifié, car on ne peut pas exiger du candidat à l’embauche qu’il prouve la discrimination. Le candidat ou le salarié doit avancer les faits qui font présumer la discrimination. Puis c’est à l’employeur qu’il incombe de prouver que sa décision est justifiée par des éléments objectifs, étrangers à toute discrimination.

Si l'employeur est dans l'incapacité de prouver que son refus d'embaucher un candidat est motiver par un élément objectif, il sera condamné à verser des dommages-intérêts au candidat malheureux.

Vous avez une question ?
Blog de Maître Emilie de LA PORTE des VAUX

Emilie de LA PORTE des VAUX

85 € TTC

10 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Corentin
08/09/2009 19:37

bel article ! Merci pour cette note concise et intéressante

2 Publié par Visiteur
22/09/2009 23:51

que pensez-vous du rapport fournit par l'association "a compétence égale" au comissaire à la diversité et l'égalité des chances, préconisant l'obligation du CV anonyme?

3 Publié par Emilie de LA PORTE des VA
24/09/2009 09:38

L'association "à compétence égale" a en effet rendu un rapport qui recommande d'écarter du CV, la photographie, le nom, le prénom, l'adresse, le sexe, la situation familiale, la nationalité et l'âge. Dans la mesure où l'on sait que la discrimination à l'embauche se pratique sur ces différents "critères", ce serait une grande avancée que d'obliger les entreprises à rendre anonyme les CV reçus. Les entreprises "contre" invoquent des difficultés d'organisation et de coût.
Je ne pense pas que cet argument soit pertinent dans la mesure où il existe déjà un logiciel qui se charge de rendre les CV anonymes.
Le commissaire à la diversité et l'égalité des chances semble également prudent puisqu'il ne souhaite pas rendre cette mesure obligatoire.
Pour être efficace, le cv anonyme doit être rendu obligatoire, à défaut on assistera à une nouvelle forme de discrimination entre les candidats qui souhaitent que leur CV soient anonymes et les autres...

4 Publié par Visiteur
22/10/2009 08:54

=)

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître Emilie de LA PORTE des VAUX

Bienvenue sur le blog de Maître Emilie de LA PORTE des VAUX

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

85 € Ttc

Rép : 24h maximum

10 évaluations positives

Note : (5/5)
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles