LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE DU FONCTIONNAIRE

Publié le 25/02/2013 Vu 7 470 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

En cas de manquement aux règles déontologiques, les fonctionnaires s'exposent à ce que leur responsabilité disciplinaire soit engagée.

En cas de manquement aux règles déontologiques, les fonctionnaires s'exposent à ce que leur responsabilité

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE DU FONCTIONNAIRE

 I -Le pouvoir disciplinaire appartient en principe à l’autorité de nomination.

 

C’est cette autorité qui apprécie si tel fait ou tel comportement constituent une faute disciplinaire.

 

L’autorité disciplinaire prend en considération l’ensemble du comportement professionnel de l’Agent.

 

Elle décide seule si elle envisage de prononcer un avertissement ou un blâme mais si elle entend sanctionner plus lourdement l’Agent, elle doit consulter le conseil de discipline avant le prononcé de la sanction.

 

Les sanctions qui peuvent être prononcées ou proposées au conseil de discipline par l’autorité de nomination sont les suivantes :

 

  • Ø Fonction publique d’Etat

-          Premier groupe :

L’avertissement

Le blâme

 

-          Deuxième groupe

La radiation du tableau d’avancement

L’abaissement d’échelon

L’exclusion temporaire de fonctions pour une durée maximale de 15 jours

Le déplacement d’office

 

-          Troisième groupe :

La rétrogradation

L’exclusion temporaire de fonctions pour une durée de trois mois à deux ans

 

-          Quatrième groupe :

La mise à la retraite d’office

La révocation

 

  • Ø Fonction publique territoriale

           Premier groupe

L’avertissement

Le blâme

L’exclusion temporaire de fonctions pour une durée maximale de trois jours

 

-          Deuxième groupe

L’abaissement d’échelon

L’exclusion temporaire pour une durée de 4 à 15 jours

 

-          Troisième groupe

La rétrogradation

L’exclusion temporaire de fonctions pour une durée de 16 jours à deux ans

 

-          Quatrième groupe

La mise à la retraite d’office

La révocation

 

  • Ø Fonction publique hospitalière

 

-          Premier groupe

L’avertissement

Le blâme

 

-          Deuxième groupe

La radiation du tableau d’avancement

L’abaissement d’échelon

L’exclusion temporaire de fonctions pour une durée maximale de 15 jours

 

-          Troisième groupe

La rétrogradation

L’exclusion temporaire de fonctions pour une durée de 3 mois à deux ans

 

-          Quatrième groupe

La mise à la retraite d’office

La révocation

 

II- Le conseil de discipline

 

En principe, c’est la Commission Administrative Paritaire qui siège en Conseil de Discipline.

 

Le Fonctionnaire est convoqué par le Président du Conseil de Discipline au moins 15 jours avant la date de la réunion.

 

La saisine du conseil de discipline est accompagnée d’un rapport indiquant clairement les faits reprochés et les circonstances.

 

Le fonctionnaire a le droit de présenter devant le Conseil de Discipline des observations écrites ou orales, le droit de se faire assister par un ou plusieurs défenseurs de son choix, le droit de citer des témoins.

 

Il est vivement recommandé de formuler des observations écrites qui devront être lues lors de la tenue du conseil de discipline et qui auront une grande utilité lors de la saisine éventuelle du Tribunal Administratif par la suite.

 

Le fonctionnaire a la possibilité de se faire assister par un avocat lors du conseil de discipline.

 

S’il ne se juge pas suffisamment éclairé sur les faits, le Conseil de Discipline peut ordonner une enquête.

 

Le délibéré est bien entendu secret.

 

Lors du délibéré, le Président du Conseil de Discipline met aux voix la proposition de sanction la plus sévère parmi celles qui ont été exprimés lors du délibéré.

 

Si cette proposition ne recueille pas l’accord de la majorité des membres présents, le Président met aux voix les autres sanctions figurant dans l’échelle des sanctions disciplinaires en commençant par la plus sévère après la sanction proposée, jusqu’à ce que l’une d’elle recueille un tel accord.

 

Dans son avis, le Conseil de Discipline conclut soit à une sanction déterminée, soit à l’absence de toute sanction.

 

L’avis est ensuite transmis à l’autorité disciplinaire.

 

L’autorité disciplinaire n’est toutefois pas liée par l’avis mais si elle l’écarte, elle doit communiquer ses motifs au Conseil de Discipline.

 

Dans tous les cas, la sanction est motivée.

 

III- La contestation de la sanction

 

Le Fonctionnaire qui conteste la faute reprochée ou encore estime que la sanction est disproportionnée par rapport à la gravité de la faute, peut saisir le Tribunal Administratif compétent.

 

Le Tribunal Administratif peut, dans certaines conditions, être saisi en urgence par le biais d’une procédure en référé. Si le fonctionnaire obtient gain de cause devant le juge des référés, celui-ci ordonnera la suspension de la sanction jusqu’à ce que le Tribunal Administratif statue au fond.

 

Le Juge Administratif vérifiera d’abord l’existence d’une faute puis s’il estime que cette faute a été exactement qualifiée par l’Administration, il contrôlera le niveau de la sanction infligée à l’Agent.

 

Si le Tribunal annule l’éviction d’un Agent, l’Administration aura l’obligation de réparer le préjudice causé.

 

L’Agent sera ainsi fondé à demander réparation du préjudice qu’il a subi du fait de la perte de revenu provoqué par son éviction.

 

Toutefois, l’annulation de l’éviction, lorsqu’elle est prononcée pour vice de forme ou de procédure alors que la mesure est justifiée au fond, ne donne droit qu’à des indemnités réduites.

 

Le Juge peut même décider que l’Agent n’a subi aucun préjudice et rejeter la demande d’indemnisation.

 

L’Administration aura également l’obligation de réintégrer l’Agent si le Juge Administratif annule la décision d’éviction de ce dernier mais également de reconstituer sa carrière.

 

Cette reconstitution doit conduire à reclasser l’Agent dans la position exacte qu’il occuperait sans l’intervention de la décision annulée.

 

Concrètement, l’Administration lui restituera les avancements auxquels il avait droit ou pouvait prétendre.

 

La reconstitution prendra effet à la date de la décision annulée.

 

Il est important de préciser qu’en cas d’annulation fondée uniquement sur un vice de forme ou de procédure, l’Administration a le droit d’évincer à nouveau l’Agent en retenant les mêmes faits si elle rectifie a posteriori les vices constatés par le Juge Administratif.

 

L’Administration peut ainsi de nouveau demander au Conseil de Discipline de siéger et le Conseil de Discipline peut de nouveau reprendre la même sanction.

 

Toutefois, cette nouvelle décision ne pourra rétroagir, c'est-à-dire que sa date d’effet sera nécessairement postérieure à la décision du Juge.

 

 

 

 

Vous avez une question ?
Blog de Maître Emilie de LA PORTE des VAUX

Emilie de LA PORTE des VAUX

85 € TTC

10 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Emilie de LA PORTE des VAUX

Bienvenue sur le blog de Maître Emilie de LA PORTE des VAUX

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

85 € Ttc

Rép : 24h maximum

10 évaluations positives

Note : (5/5)
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles