Le redressement judiciaire en matière de bail commercial

Publié le 24/04/2020 Vu 652 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Face à la crise économique qui se profile en raison de la pandémie de Covid-19, nombreux sont les exploitants de fonds de commerce qui se retrouvent en état de cessation de paiement.

Face à la crise économique qui se profile en raison de la pandémie de Covid-19, nombreux sont les exploitan

Le redressement judiciaire en matière de bail commercial

Ils font état de difficultés financières qu’ils ne peuvent surmonter, et peuvent donc faire l’objet d’une procédure collective en redressement judiciaire et/ou en liquidation judiciaire.

En effet, lorsque son actif disponible ne lui permet pas de faire face à son passif exigible, le locataire est obligé de demander l’ouverture d’une telle procédure devant le tribunal de commerce du lieu où se situe son fonds de commerce.

Le redressement ou la liquidation judiciaire n’entraîne pas automatiquement la résiliation du bail commercial, qui est par principe maintenu, étant précisé que toute clause contraire est réputée non écrite (art. L.145-45 du Code de commerce).

 

I.- Le maintien du bail commercial

 

Le jugement d’ouverture de la procédure collective en redressement ou en liquidation judiciaire suspend ou empêche toute action en justice de la part des créanciers du locataire, y compris le bailleur, pour les dettes antérieures au jugement.

Une fois le jugement d’ouverture prononcé, le bailleur ne peut pas demander la résiliation du bail en invoquant le non paiement des loyers antérieurs. Il ne peut pas, non plus, poursuivre l’application de la clause résolutoire inscrite dans le contrat de bail pour défaut de paiement de loyers, dès lors qu’aucune décision de justice n’est intervenue définitivement à la date d’ouverture du redressement judiciaire.

Le jugement d’ouverture empêche également toute saisie sur les biens du locataire (art. L.621-40 du Code de commerce).

En revanche, si la clause résolutoire a produit ses effets avant le jugement d’ouverture, ou si le bailleur a engagé une action judiciaire tendant à la résiliation du bail avant le jugement d’ouverture, le bailleur peut faire expulser le locataire. La résiliation du bail peut également être demandée pour un autre motif qui n’est pas lié au paiement du loyer, tel que le non-respect de la destination des lieux loués, la sous-location non autorisée, le manquement aux obligations du locataire, etc.

Dans la même veine, il a été jugé qu’une clause d'arbitrage qui a été valablement conclue entre le bailleur et le locataire avant que ce dernier ne soit mis en redressement judiciaire, ne peut être annulée sur le fondement des dispositions de l'article L.621-40 du Code de commerce.

Il est à noter que le défaut d’exploitation du fonds de commerce par le locataire après le jugement d’ouverture n’entraîne pas la résiliation du bail commercial.

Le bailleur peut enfin demander la résiliation du bail pour défaut de paiement des loyers et des charges postérieurs au jugement d’ouverture. Cette demande doit être présentée dans un délai maximal de 3 mois à compter de ce jugement (art. L.622-14-2° du Code de commerce).

 

II.- La résiliation du bail commercial

 

Seul le mandataire judiciaire (administrateur judiciaire ou liquidateur judiciaire) désigné par le tribunal peut se prononcer sur la poursuite ou la résiliation du bail commercial. S’il estime que l’activité peut être redressée, il sollicitera auprès du juge chargé du dossier la poursuite du bail. Dans le cas contraire, s’il constate que l’activité du locataire ne génère pas de trésorerie suffisante pour faire face aux dettes, il décidera alors de résilier le bail en cours ou de soumettre le fonds de commerce à un plan de cession.

Le bailleur peut obliger le mandataire judiciaire de se prononcer  de préférence par lettre recommandée avec accusé de réception ou par voie d’huissier. S’il ne répond pas dans un délai d’un mois, il est censé renoncer à poursuivre le bail, celui-ci est alors résilié (art. L.622-13 du Code de commerce).

Le mandataire judiciaire n’est pas tenu de justifier sa décision d’interrompre le bail, dès lors que le locataire ne dispose pas des fonds nécessaires pour payer le loyer en raison de ses difficultés financières.

Pour récupérer les loyers impayés avant le jugement d’ouverture, le bailleur doit faire une déclaration de créance auprès du mandataire judiciaire dans les  deux mois suivant la publication au Bodacc du jugement d'ouverture de la procédure collectiveLa déclaration de sa créance antérieure (dite créance chirographaire) lui permet de se faire payer en priorité aux autres créanciers du locataire, excepté les créanciers dits « privilégiés » ou « super-privilégiés » (salariés, Sécurité sociale, Trésor public), sur le prix des meubles qui garnissent le local commercial pour les deux années de loyers antérieurs (art. L.622-16 du Code de commerce).

 

En cas de résiliation du bail, le bailleur est prioritaire en ce qui concerne le paiement des dommages et intérêts qui peuvent lui êtres alloués par le tribunal. De même, en cas de poursuite du bail dans le cadre de la procédure collective, le bailleur est aussi prioritaire pour le paiement de ses créances postérieures au jugement d’ouverture, à partir du moment où il les déclare à l’administrateur judiciaire dans l’année suivant la fin de la période d’observation.

 

Aussi, notre Cabinet se tient à votre disposition pour étudier votre dossier et accomplir toutes les diligences nécessaires, moyennant une rémunération forfaitaire convenue d'avance.

 

Maître Mourad MEDJNAH

Avocat à la Cour d'appel de Paris

Mandataire en transactions immobilières

Cabinet d'avocat Medjnah

5, avenue des Chasseurs 75017 Paris

Tél/Port: 06.62.23.21.48

Mail: m.medjnah@gmail.com

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Mourad MEDJNAH

Maître Mourad MEDJNAH

Avocat à la Cour d'Appel de PARIS

Docteur en droit / Enseignant

Mandataire en transactions immobilières

Cabinet d'avocats MEDJNAH

5, avenue des Chasseur 75017 PARIS

Tél: 06.62.23.21.48

Mail: m.medjnah@gmail.com

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Informations

Site du cabinet Medjnah:

www.medjnah-avocat.fr

Rechercher
consultation.avocat.fr
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles