La détermination du caractère disciplinaire ou non du licenciement

Publié le 13/04/2022 Vu 589 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Dans un arrêt du 09 mars 2022 (n° 20-17.005), publié au bulletin, la chambre sociale de la Cour de cassation s’est prononcée sur la détermination du caractère disciplinaire ou non du licenciement.

Dans un arrêt du 09 mars 2022 (n° 20-17.005), publié au bulletin, la chambre sociale de la Cour de cassatio

La détermination du caractère disciplinaire ou non du licenciement

Dans un arrêt du 09 mars 2022 (n° 20-17.005), publié au bulletin, la chambre sociale de la Cour de cassation s’est prononcée sur la détermination du caractère disciplinaire ou non du licenciement.

Cette affaire concernait un salarié engagé en qualité d’assistant responsable de ligne de produits, avant d’être promu directeur d’exploitation générale.

Après avoir été convoqué à un entretien préalable à une sanction disciplinaire, il s’est vu proposer un poste de directeur d’exploitation sectorielle avec une rémunération mensuelle réduite, ce qu’il a refusé. Il a ensuite été convoqué à un nouvel entretien préalable, puis a été licencié pour insuffisance professionnelle.

Il a saisi la juridiction prud’homale pour contester cette rupture et obtenir paiement de diverses sommes. L’affaire est portée devant la cour d’appel suite au rejet de ses demandes devant le Conseil de prud’hommes.

La cour d’appel a jugé que le licenciement était dépourvu de cause réelle et sérieuse dès lors qu'antérieurement à la lettre de licenciement invoquant l'insuffisance professionnelle du salarié, l'employeur avait engagé une procédure de rétrogradation disciplinaire.

L’employeur forme un pourvoi en cassation en soutenant que c’est le motif mentionné dans la lettre de licenciement qui doit être examiné pour rechercher si la cause du licenciement est réelle et sérieuse et que, dans cette lettre, l’employeur peut se prévaloir de l’insuffisance professionnelle du salarié licencié, peu important le fait qu’il ait engagé antérieurement une procédure disciplinaire.

La Cour de cassation devait s’interroger sur la cause réelle et sérieuse d’un licenciement pour insuffisance professionnelle prononcé postérieurement à l’enclenchement d’une procédure disciplinaire. 

Autrement dit, qu’est-ce qui détermine réellement le caractère disciplinaire ou non d’un licenciement ?

Pour la Cour de cassation, c’est le motif de la rupture mentionné dans la lettre de licenciement qui détermine le caractère disciplinaire ou non du licenciement, peu important la proposition faite par l’employeur d’une rétrogradation disciplinaire, impliquant une modification du contrat de travail refusée par le salarié.

Ce n’est pas parce que l’employeur n’a pas souhaité demeurer sur le terrain disciplinaire que le licenciement prononcé ensuite pour insuffisance professionnelle est dénué de cause réelle et sérieuse.

Il s’agit là d’une interprétation classique de la loi selon laquelle c’est la lettre de licenciement qui fixe les limites du litige en ce qui concerne les motifs du licenciement (article L. 1235-2, alinéa 2, du code du travail). Le juge doit examiner les motifs énoncés dans la lettre de licenciement pour considérer que la mesure est bien fondée ou non.

La Cour de cassation avait déjà pu juger que c'est le motif de rupture mentionné dans la lettre de licenciement qui détermine le caractère disciplinaire ou non du licenciement, peu important le recours, éventuellement fautif, de l'employeur à une mise à pied conservatoire (Cass. Soc., 11 juin 2008, n° 07-42.180).

L’employeur qui a pris l’initiative de se placer sur le terrain disciplinaire en sanctionnant le salarié conserve donc la faculté de prononcer par la suite un licenciement pour insuffisance professionnelle, dénué de tout caractère disciplinaire.  

Jérémy DUCLOS

Avocat

Spécialiste en droit du travail

https://www.duclos-avocat.com/ 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.