L’irrégularité du licenciement fondé sur une conversation privée dans un groupe Facebook

Publié le 30/09/2018 Vu 2 487 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le pouvoir disciplinaire de l’employeur ne peut pas, en principe, s’appliquer à des faits commis par le salarié hors de l’entreprise, conformément au droit au respect à la vie privée. Cependant, des faits relevant de la vie personnelle du salarié peuvent faire l’objet d’une sanction disciplinaire, lorsqu’ils se rattachent à l’environnement professionnel du salarié. La question de la sanction des propos tenus par un salarié sur son employeur hors de l’entreprise s’est modernisée avec la création et le développement des réseaux sociaux (facebook, twitter, linkedin…).

Le pouvoir disciplinaire de l’employeur ne peut pas, en principe, s’appliquer à des faits commis par le s

L’irrégularité du licenciement fondé sur une conversation privée dans un groupe Facebook

Le pouvoir disciplinaire de l’employeur ne peut pas, en principe, s’appliquer à des faits commis par le salarié hors de l’entreprise, conformément au droit au respect à la vie privée.

Cependant, des faits relevant de la vie personnelle du salarié peuvent faire l’objet d’une sanction disciplinaire, lorsqu’ils se rattachent à l’environnement professionnel du salarié.

La question de la sanction des propos tenus par un salarié sur son employeur hors de l’entreprise s’est modernisée avec la création et le développement des réseaux sociaux (facebook, twitter, linkedin…).

Le site Facebook se démarque particulièrement en ce qu’il permet de paramétrer le niveau de publicité et d’accessibilité de chacune des diffusions, à travers, par exemple, la création d’un groupe fermé de discussion.

Les propos tenus par un salarié à l’encontre de son employeur dans un groupe fermé du site Facebook peuvent-ils justifier un licenciement pour faute grave ?

Dans un arrêt rendu le 12 septembre 2018 (n° 16-11.690), la chambre sociale de la Cour de cassation a jugé que les propos litigieux, qui ont été diffusés sur le compte ouvert par le salarié sur le site Facebook et qui n’ont été accessibles qu’à des personnes agréées par celui-ci et peu nombreuses, à savoir un groupe fermé composé de quatorze personnes, relèvent d’une conversation de nature privée, et sont, comme telles, impropres à caractériser une faute grave.

L’employeur, demandeur au pourvoi en cassation, avait soutenu que la seule diffusion, publique ou privée, par le salarié sur le réseau social Facebook de propos injurieux et humiliants à l’encontre de son employeur était constitutive d’une faute grave justifiant le licenciement du salarié.

La Cour de cassation rejette cet argument en considérant que le salarié avait tenu une conversation de nature privée en ce qu’elle apparaissait dans un groupe fermé du site Facebook composé d’un faible nombre de personnes et dont l’accessibilité était soumise à l’agrément de son créateur.

Cette décision vient compléter la jurisprudence de la Cour de cassation sur la responsabilité du salarié proférant des propos injurieux sur le site Facebook. Ainsi, dans un arrêt du 10 avril 2013 (n° 11-19.530), la première chambre civile de la Cour de cassation a estimé que les propos tenus par le salarié sur son profil Facebook, accessible qu’aux seules personnes agréées par lui, en nombre très restreint, ne constituent pas des injures publiques.

Plus récemment, la chambre sociale de la Cour de cassation a jugé que l’employeur porte une atteinte disproportionnée et déloyale à la vie privée du salarié lorsqu’il extrait des informations de son compte Facebook, à partir du téléphone portable d’un autre salarié, informations réservées aux personnes autorisées (Cass. Soc., 20 décembre 2017, n° 16-19.609).

Il est constant que ces différentes décisions s’accordent à assurer la protection des correspondances privées du salarié sur les réseaux sociaux face aux réactions de l’employeur. Toutefois, cette inviolabilité ne tient qu’au paramétrage confidentiel du compte Facebook, à défaut duquel l’employeur est libre d’utiliser les échanges, ainsi de nature publique, pour justifier une mesure disciplinaire.

Me Jérémy DUCLOS

Avocat à la Cour

https://www.duclos-avocat.com/

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.