Licenciement pour inaptitude et manquement préalable de l'employeur

Publié le 14/09/2022 Vu 264 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

-

-

Licenciement pour inaptitude et manquement préalable de l'employeur

Dans un arrêt du 06 juillet 2022 (n° 21-13.387), la chambre sociale de la Cour de cassation vient rappeler le sort réservé à un licenciement pour inaptitude lorsque celle-ci est consécutive à un manquement préalable de l'employeur qui l'a provoquée. 

Un salarié engagé en qualité de vendeur qualifié a été licencié pour inaptitude et impossibilité de reclassement, après des arrêts de travail pour accident du travail ou maladie et suite à un avis d'inaptitude définitive à son poste de travail par le médecin du travail. 

Il a saisi la juridiction prud'homale pour contester son licenciement en invoquant un harcèlement moral ainsi qu'un manquement de l'employeur à l'obligation de sécurité. L'affaire a été portée devant la juridiction d'appel. 

Le salarié demandait à titre principal la nullité de son licenciement pour inaptitude en raison d'un harcèlement moral subi et à titre subsidiaire de déclarer son licenciement sans cause réelle et sérieuse en conséquence d'un manquement de l'employeur à l'obligation de sécurité. 

La cour d'appel a débouté le salarié de ses demandes en paiement de dommages-intérêts au titre d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse au motif que le manquement de l'employeur à son obligation de sécurité à l'origine de l'inaptitude du salarié ne saurait constituer une cause de requalification du licenciement en licenciement sans cause réelle et sérieuse, la réalité de l'inaptitude n'étant pas contestée.

Saisie de cette affaire, la Cour de cassation devait déterminer si le manquement préalable de l'employeur qui a provoqué l'inaptitude est de nature à dénuer de cause réelle et sérieuse le licenciement pour inaptitude en résultant. 

Dans un attendu de principe bien connu, la Cour de cassation a rappelé que le licenciement pour inaptitude est dépourvu de cause réelle et sérieuse lorsqu'il est démontré que l'inaptitude était consécutive à un manquement préalable de l'employeur qui l'a provoquée.

En effet, la Cour de cassation s'était déjà prononcée antérieurement sur cette question, dans des termes similaires (Cass. Soc., 03 mai 2018, n° 16-26.850 et n° 17-10.306 ; Cass. Soc., 21 octobre 2020, n° 19-15.376). Ce principe, indiscutablement bien ancré, doit être appliqué par les juges du fond. 

Pourtant, dans cette affaire, la cour d'appel avait retenu l'existence d'un manquement de l'employeur à l'obligation de sécurité, justifiant la condamnation de ce dernier au paiement à ce titre de dommages-intérêts. Elle a été censurée car elle n'a pas recherché, alors qu'elle devait le faire, si l'inaptitude était consécutive à un manquement préalable de l'employeur à son obligation de sécurité. 

Dès lors qu'un manquement à l'obligation de sécurité est invoqué par le salarié dont le contrat est rompu pour inaptitude, les juges du fond doivent vérifier si le licenciement pour inaptitude a pour conséquence un manquement préalable de l'employeur sur ce terrain et, le cas échéant, en tirer la conclusion juridique que ce licenciement est dénué de cause réelle et sérieuse. 

Jérémy DUCLOS
Avocat
Spécialiste en droit du travail

https://www.duclos-avocat.com/ 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.