Bizutage, agression sexuelle, happy slapping à la télévision et si le code pénal était appliqué ?

Publié le Modifié le 22/10/2016 Par Mikaël Benillouche Vu 4 038 fois 3

Une émission de télévision semble jouir d'une étrange impunité. En effet, régulièrement des agissements avilissants y sont commis, sans que la justice ne s'y intéresse.

Bizutage, agression sexuelle, happy slapping à la télévision et si le code pénal était appliqué ?

Les émissions relatives aux médias et tout particulièrement "touche pas à mon poste" jouissent d'un grand succès. Il est un fait que l'audience de Direct 8, devenu D8, devenu C8 ait régulièrement augmenté ces dernières années. Mais à quel prix ?

Il y a quelques mois déjà, on assistait, à l'occasion de l'arrivée d'un nouveau chroniqueur, à la commission d'actes de bizutage. Suite à l'emballement médiatique qui s'en est suivi, la victime, Matthieu Delormeau avait expliqué que tout cela n'était pas si grave qu'il était pleinement consentant. Ses propos avaient apaisé le CSA qui avait reçu plusieurs plaintes. Pourtant, il convient de rappeler que l'infraction de bizutage prévue par l'article 225-16-1 du Code pénal ne suppose pas que les agissements aient lieu sans le consentement de l'intéressé et définit le bizutage comme le fait de subir, contre son gré ou non, des actes humiliants ou dégradants. Toutefois, il est vrai que l'article est cantonné au milieu soclaire et socio-éducatif. Il n'est donc pas applicable en l'espèce. Il n'en demeure pas moins qu'il semble concevable de retenir l'infraction de violences volontaires, lesquelles sont réprimées qu'elles soient physiques ou morales (article 222-14-3 du code pénal). Ainsi, la jurisprudence considère que des brimades peuvent constituer des violences (Cass. crim., 16 avr. 1921 : DP 1922, 5, p. 8) et que le mobile de celles-ci, notamment la volonté de plaisanter, est indifférent (CA Toulouse, 21 févr. 2002, n° 01/01172).

Hier soir, un chroniqueur a embrassé, contre son gré, la poitrine d'une jeune femme. Manifestement, il s'agit d'une agression sexuelle (V. dans un cas similaire, CA Pau, 8 avril 1992, JurisData 1992-041780). L'absence de consentement de la victime au moment des faits est établi et les faits ont été commis par surprise (article 222-22 du code pénal). L'absence de plainte de la victime ou son "pardon" postérieurement aux actes sont indifférents à la caractérisation de l'infraction.

Or, l'enregistrement de telles images et leur diffusion (article 222-33-3 du code pénal) sont également susceptibles d'engager la responsabilité pénale de leurs auteurs.

Certes, comme le dit souvent le présentateur, "ce n'est que de la télé". Toutefois, les téléspectateurs assistent de la sorte régulièrement à tels agissements. Les plaintes enregistrées au CSA sont une chose, mais le Parquet pourrait parfaitement engager des poursuites pénales contre ces agissements (article 40-1 du code de procédure pénale), pour lesquels aucune plainte n'est nécessaire. De la sorte, il serait rappeler que tels actes dégradants sont prohibés !  

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par Visiteur
16/10/16 10:25

Encore une fois : non-respect de la femme, de son consentement et propagation de la culture du viol sous couvert d'humour... C'est vrai, embrasser une femme alors qu'elle refuse par deux fois, c'est tellement amusant.
Deux choses font vraiment mal :
Premièrement, les commentaires des téléspectateurs sous les articles concernant cette affaire qui affirment majoritairement que la femme en question a « cherché » le chroniqueur car elle portait une robe, signe que la femme est encore socialement considérée non pas comme l'égal de l'homme mais comme un objet sur lequel ce dernier, incapable de réfréner ses pulsions, à tous les droits.
Deuxièmement, comme d'habitude -magie de la télé oblige- c’est qu’aucune sanction ne sera prise. Dans deux semaines tout sera oublié et dans deux mois on prend les mêmes et on recommence.

Publié par MikaBenillouche
16/10/16 23:43

Je suis plus que d'accord. Ce genre d'agissements banalise l'agression sexuelle et renforce la misogynie ambiante !

Publié par Visiteur
26/10/16 10:01

C'est écœurant... 2 semaines après c'est oublié. Effectivement, il semblerait qu'aucun délit ne soit appliqué - applicable, quelle qu'en soit l'intensité, à cette émission. Qu'attendons-nous ? un viol en direct ?

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles