Arrêt maladie de droit commun et congés payés : tout change !

Publié le 25/04/2024 Vu 294 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La situation relative aux congés payés générés pendant un arrêt maladie « de droit commun » vient de connaître une actualité toute brûlante puisque le mardi 23 avril 2024, a été promulguée une loi n°2024-364.

La situation relative aux congés payés générés pendant un arrêt maladie « de droit commun » vient de c

Arrêt maladie de droit commun et congés payés : tout change !

 

La situation relative aux congés payés générés pendant un arrêt maladie « de droit commun » vient de connaître une actualité toute brûlante puisqu’hier, le mardi 23 avril 2024, a été promulguée une loi n°2024-364 « portant diverses dispositions d'adaptation au droit de l'Union européenne ».

Cette loi, qui traite d’un nombre très important de sujets, évoque tout à la marge la question des congés payés acquis pendant un arrêt maladie de droit commun.

 

1)    Quels sont les impacts de cette loi ?

 

Les salariés placés en arrêt maladie de droit commun peuvent désormais acquérir 2 jours ouvrables de congés par mois, dans la limite de 24 jours ouvrables par an.

 Pour rappel, les salariés qui travaillent « ordinairement » génèrent 2,5 jours ouvrables par mois. Idem, pour les arrêts maladie d’origine professionnelle.

 Avoir attendu l’adoption de la loi se révèle avoir été une bonne stratégie dans la mesure où ce nouveau droit à congé (2 jours ouvrables) est inférieur à celui que la jurisprudence de la Cour de cassation permettait de solliciter (2,5 jours ouvrables).

 

 

2)    Comment le salarié peut-il bénéficier de ces congés payés ?

 

La loi distingue deux situations.

 

Ø  Si l’arrêt de travail est inférieur à un an

 À la fin de l’arrêt de travail, « l'employeur porte à la connaissance du salarié, dans le mois qui suit la reprise du travail, les informations suivantes, par tout moyen conférant date certaine à leur réception, notamment au moyen du bulletin de paie 

1° Le nombre de jours de congé dont il dispose ;

2° La date jusqu'à laquelle ces jours de congé peuvent être pris. »

Cette information préalable est capitale puisqu’à compter de celle-ci, le salarié bénéficie d'une période de report de quinze mois afin de pouvoir poser ses congés payés.

À défaut d’information, le délai ne court pas.

 

Ø  Si l’arrêt de travail est supérieur à un an

Le principe d’une information écrite par l’employeur du nombre de jours de congés disponibles et du délai pendant lequel ils peuvent être posés existe toujours.

Néanmoins, ici, le texte prévoit un décalage du point de départ du délai de quinze mois.

 La période de report de quinze mois « débute à la date à laquelle s'achève la période de référence au titre de laquelle ces congés ont été acquis si, à cette date, le contrat de travail est suspendu depuis au moins un an en raison de la maladie ou de l'accident ».

 Ainsi, dans une entreprise où les congés s’acquièrent du 1er juin N au 31 mai N+1, le délai de report ne courra qu’à compter du 31 mai N+1 (quelle que soit la date de début d’arrêt de travail) si l’arrêt de travail est supérieur à un an.

 

Quelques exemples pour tenter de clarifier le propos :

v  Un salarié est en arrêt de travail du 1er juillet 2023 au 20 avril 2024

L’arrêt de travail est inférieur à un an. Dès lors, le point de départ du délai de quinze mois pour poser les CP acquis lors de l’arrêt débute au jour de la reprise (le 21 avril 2024) si à cette date, l’employeur a informé le salarié du nombre de jours de CP disponibles et du délai dont il dispose pour les poser.

 

v  Un salarié est en arrêt de travail du 1er juillet 2022 au 20 avril 2024

L’arrêt de travail est supérieur à un an. Dès lors, le point de départ du délai de quinze mois pour poser les CP acquis lors de l’arrêt débutera le 31 mai 2024. Le salarié pourra donc poser ses congés jusqu’au 31 août 2025.

Ce délai est suspendu tant que l’employeur n’a pas informé le salarié du nombre de jours de CP disponibles et du délai dont il dispose pour les poser.

 

3)    La nouvelle loi est-elle rétroactive ?

 

Pour les salariés dont le contrat a été rompu avant le 23 avril 2024, la mesure ne sera a priori (le texte est silencieux à ce titre) rétroactive que sur trois ans au maximum.

Pour les salariés qui sont toujours en poste le 23 avril 2024, les nouvelles règles s’appliquent de manière rétroactive pour les arrêts remontant jusqu’au 1er décembre 2009. Si l’employeur refuse le droit à report, les salariés peuvent introduire une action en justice jusqu’au 23 avril 2026 pour réclamer les congés payés qu’ils auraient dû acquérir pendant des périodes d’arrêt maladie (remontant jusqu’au 1er décembre 2009 au plus tôt).

 

Pour davantage de renseignements, Maître Valentin GUISLAIN, avocat en droit du travail à Béthune, se tient à votre disposition.

 

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Valentin GUISLAIN

Maître Valentin GUISLAIN,
Avocat associé au barreau de Béthune (droit civil ; droit du travail ; droit commercial)
Membre du Conseil de l'Ordre

 

Cabinet d'avocats BVGL

44 rue Louis BLANC, 62400 BÉTHUNE

03.21.57.63.60

Informations
Rechercher
consultation.avocat.fr
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles