Défaut de vigilance de la Caisse d'Epargne : nouvelle condamnation d'une banque

Publié le Modifié le 04/05/2023 Vu 2 423 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le cabinet Colman Avocats est parvenu à obtenir la condamnation de la Caisse d'Epargne en raison de plusieurs manquements de celle-ci à son devoir de vigilance à l’égard du compte bancaire d’un de ses clients.

Le cabinet Colman Avocats est parvenu à obtenir la condamnation de la Caisse d'Epargne en raison de plusieurs

Défaut de vigilance de la Caisse d'Epargne : nouvelle condamnation d'une banque

RAPPEL DES FAITS

Entre août 2016 et août 2017, Monsieur T. a été démarché par une plateforme frauduleuse de trading en ligne avec d’une part, la promesse de gains importants et d’autre part, une rentabilité rapide et certaine de son investissement.

Depuis son compte bancaire ouvert auprès de la Caisse d'Epargne et de Prévoyance Normandie, Monsieur T. a émis, à la demande de la plateforme frauduleuse, 5 virements pour un montant total de 510 620,00 euros vers des comptes domiciliés à l’étranger.

Très rapidement, la plateforme frauduleuse est devenue injoignable et Monsieur T. n’a jamais pu récupérer ses fonds. A ce titre, Monsieur T. a déposé une plainte pour escroquerie et blanchiment en bande organisée contre la plateforme frauduleuse.

Dans ces circonstances et estimant que sa banque, la Caisse d'Epargne, n’avait pas respecté son devoir de vigilance à l’égard des nombreuses anomalies apparentes affectant son compte bancaire, Monsieur T. a assigné sa banque, devant le Tribunal judiciaire de Rouen, afin d’obtenir réparation de son préjudice financier. 

MOTIVATION DU JUGEMENT

1) Le devoir de vigilance du banquier doit s'appliquer en présence d'anomalies apparentes

Le Tribunal judiciaire de Rouen a, avant toute chose, rappelé la teneur exacte du devoir de vigilance auquel est soumis tout établissement bancaire, dont la Caisse d'Epargne. 

En effet, les juges ont rappelé que le devoir de vigilance constitue une véritable exception au principe de non-immixtion (non-ingérence) du banquier et qu’il trouve à s’appliquer en présence d’anomalies apparentes manifestes :

"Le banquier est tenu à un devoir de non ingérence lui imposant de ne pas intervenir dans les affaires de ses clients, de sorte qu’il n’a pas à s’assurer en principe de la régularité des opérations sollicitées. Toutefois, ce devoir trouve une limite dans le devoir de vigilance et de surveillance qui lui incombe en cas d’anomalies apparentes."

2) Sur le fonctionnement manifestement anormal et inhabituel du compte bancaire de Monsieur T.

Les juges ont mis en exergue un faisceau d'incides d'anormalités apparentes qui auraient dû conduire la banque à alerter/avertir son client :

  • les montants très élevés et inhabituels des virements : l'ensemble des virements exécutés représentaient un total de 510 620,00 euros dont notamment un virement de 230 000 euros et un autre de 200 000 euros ;

 

  • la proximité temporelle des virements : ceux-ci ont été exécutés sur une période 4 mois et deux d'entre eux l'ont été sur une période de seulement deux semaines et ce, pour un montant total de 430 000 euros ; 

 

  • la destination des virements : les 5 virements ont été exécutés vers la Slovaquie, le Royaume-Uni et la Pologne.

 

L'existence de telles anomalies apparentes auraient dû conduire la Caisse d'Epargne à exercer son devoir de vigilance, plus concrètement à avertir / alerter son client.

En effet, les juges ont considéré que "les opérations de compte de Monsieur T. apparaissent inhabituelles au regard de ses habitudes bancaires". 

 

3) Sur la présence de la plateforme frauduleuse sur une liste noire

Le Tribunal judiciaire de Rouen a également souligné que la plateforme frauduleuse de trading avait été placée sur la liste noire de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) avant l'exécution des 5 virements litigieux.

Or, la présence d'une plateforme sur une liste noire doit amener la banque, professionnel averti, à exercer son devoir de vigilance à l'égard de son client. 

Au regard de ces nombreuses anomalies apparentes, les juges ont déclaré que la banque engageait sa responsabilité contractuelle. 

 

LA BANQUE CONDAMNEE A REPARER LE PREJUDICE SUBI PAR SON CLIENT

Au regard de ces manquements, les juges ont suivi les demandes formulées par le cabinet Colman Avocats et ont déclaré que la banque, la Caisse d'Epargne, n’avait à aucun moment alerté son client :

"Les montants très élevés, la répétition des opérations et la destination des virements constituaient ainsi un faisceau d’indice d’anormalités apparentes qui auraient dû conduire la CAISSE d’épargne à avertir son client sans se contenter d’indiquer qu’il avait autorisé les virements litigieux. Or, précisément, la CAISSE d’épargne ne rapporte la preuve d’aucune alerte ou avertissement lui permettant de rapporter la preuve de son devoir de vigilance."

La Caisse d'Epargne a ainsi été condamnée à réparer le préjudice subi par son client à hauteur de 25%, soit un montant de 125 000,00 euros. 

Décision commentée : TJ ROUEN, 20 mars 2023, n°21/02809 

(Une procédure d'appel est actuellement en cours)

Le cabinet COLMAN Avocats accompagne de nombreux particuliers dans le cadre de recours contre les banques. Nous sommes à votre disposition pour toute information complémentaire.

Me Céline CHAPMAN / Me Gaël COLLIN

COLMAN Avocats

01.81.70.34.56 | contact@colman-avocats.fr

Site Internet : www.colman-avocats.fr

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par jlc75
08/05/2023 10:23

Jugement intéressant. Les faits me font penser à CA Bourges, 23 févr. 2023, n° 22/00174. Cordialement. J. Lasserre Capdeville

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de COLMAN Avocats

Créé en 2018, COLMAN Avocats est un cabinet d’avocats en droit des affaires, indépendant intervenant tant en conseil qu’en contentieux.

COLMAN Avocats s’est notamment imposé, depuis plusieurs années, comme un acteur majeur dans la gestion des contentieux liés au escroqueries en ligne et photovoltaique.

Tél.: 01.81.70.34.56

@ : contact@colman-avocats.fr

Site : www.colman-avocats.fr

Rechercher
Dates de publications
Mes liens
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Informations

Tél.: 01.81.70.34.56

@ : contact@colman-avocats.fr

Site : www.colman-avocats.fr

 

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles