GRELIN & ASSOCIES

Cabinet d'avocats en droit de la famille, des baux et spécialiste en droit du travail

ET SI MON EMPLOYEUR ETAIT RESPONSABLE DE MON LICENCIEMENT ECONOMIQUE ?

Publié le Modifié le 28/04/2021 Vu 657 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les choix de gestion de mon employeur sont à l’origine de la mauvaise situation économique de l’entreprise. Peut-il malgré tout procéder à des licenciements ? La réponse du cabinet Grelin et Associés.

Les choix de gestion de mon employeur sont à l’origine de la mauvaise situation économique de l’entrepri

ET SI MON EMPLOYEUR ETAIT RESPONSABLE DE MON LICENCIEMENT ECONOMIQUE ?

Les motifs économiques permettant de procéder à un licenciement sont définis par l’article L. 1233-3 du code du travail.

Parmi ces motifs, on trouve notamment :

-          Les difficultés économiques ;

-          La nécessité de sauvegarder la compétitivité de l’entreprise ;

-          La cessation de l’activité.

Néanmoins, l’employeur qui démontre que son entreprise est effectivement confrontée à l’une de ces situations n’éteint pas tout motif de contestation.

En effet, le salarié licencié peut encore démontrer que l’employeur est responsable de la situation qu’il invoque pour justifier le licenciement.

Il convient de distinguer le cas de l’employeur qui a intentionnellement provoqué les difficultés de son entreprise, de celui dont le comportement est fautif, mais non-intentionnel.

 

            LA FAUTE INTENTIONNELLE DE L’EMPLOYEUR

 

L’employeur qui a délibérément opéré des choix de gestion préjudiciables à l’entreprise ne peut valablement se prévaloir des difficultés qu’il a sciemment créées.

C’est ce qu’a jugé la Cour de cassation, dans un arrêt du 9 octobre 1991, affirmant que l’employeur qui s'était laissé dépouiller par pure complaisance d'une partie importante de son patrimoine, avait ainsi organisé son insolvabilité et ne pouvait se prévaloir de la situation à laquelle il avait contribué en connaissance de cause (Cass. soc., 9 octobre 1991, no 89-41.705).

Cette jurisprudence peut se rattacher au principe général exprimé par l’adage classique Fraus omnia corrumpit selon lequel « la fraude corrompt tout ». La Cour de cassation l’a d’ailleurs exprimé très clairement dans un arrêt du 13 janvier 1993 (Soc. 13 janv. 1993, no 91-45.894) par lequel elle a sanctionné un employeur dont la situation économique « résultait d’une attitude intentionnelle et frauduleuse » (sur la notion de fraude, voir également : Cass. soc., 12 janv. 1994, no 92-43.191).

 

 

            LA FAUTE NON-INTENTIONNELLE ET LA LEGERETE BLAMABLE

 

  • En l'absence de fraude, la validité du licenciement peut également être critiquée lorsque la gestion de l’entreprise révèle une faute de l’employeur.

Ces notions de faute de l’employeur ou de légèreté blâmable revêtent une importance particulière en matière en cas de cessation d’activité de l’entreprise.

Dans un arrêt du 16 janvier 2001, la chambre sociale de la Cour de cassation avait déjà laissé entendre que la cessation de l’activité de l’entreprise ne constituait un motif valable de licenciement qu’à condition de ne pas être due « à une faute de l’employeur ou à sa légèreté blâmable » (Soc. 16 janv. 2001, no 98-44.647).

Dans un arrêt dit « Goodyear Dunlop », du 1er février 2011 (Cass. soc. 1er févr. 2011, no 10-30.045), la même juridiction a apporté des précisions quant aux modalités d’appréciation de la faute ou de la légèreté blâmable de l’employeur en matière de cessation d’activité.

La Cour de cassation précise que les juges peuvent prendre en compte la situation économique de l’entreprise au moment de la cessation d’activité pour déterminer si l’employeur a commis une faute ou s’il a fait preuve de légèreté blâmable.

En l’espèce, la fermeture de l’entreprise était liée à une décision du groupe auquel elle appartenait, ce qui explique pleinement la position de la Cour de cassation.

En effet, si elle avait considéré que la décision prise par la société mère de cesser l’activité de la filiale justifiait à elle seule le licenciement des salariés, elle aurait permis aux groupes de sociétés de s’affranchir intégralement de l’obligation de fonder le licenciement économique sur une cause réelle et sérieuse.

Au contraire, en s’appuyant notamment sur les bons résultats de la filiale dont la fermeture avait été décidée, la Cour de cassation a jugé que l’employeur avait fait preuve de légèreté blâmable et que les licenciements prononcés étaient dépourvus de cause réelle et sérieuse.

 

  • La jurisprudence interdit néanmoins aux juges de s’immiscer dans la gestion de l’entreprise et refuse de sanctionner l’employeur ayant commis de simples erreurs de gestion.

En effet, le caractère fautif de la gestion de l’entreprise est apprécié de façon restrictive par la jurisprudence.

Il a en effet été rappelé, dans un arrêt récent de la Cour de cassation, que la faute de l’employeur doit être distinguée de « l’erreur éventuellement commise dans l’appréciation du risque inhérent à tout choix de gestion » (Cass. soc., 4 nov. 2020, no 18-23.029).

Pour priver le licenciement économique de cause réelle et sérieuse, les agissements fautifs de l'employeur doivent donc aller au-delà de la simple erreur de gestion (pour un exemple, voir : Cass. soc., 24 mai 2018, no 17-12.560).

La position de la Cour de cassation manifeste son refus de voir les juges s’immiscer dans la gestion de l’entreprise et se substituer à la direction pour juger a posteriori des choix de gestion qui auraient dû être faits.

 

On peut donc en déduire que la notion de faute dans la gestion de l’entreprise devrait rester limitée à des situations dans lesquelles le comportement de l’employeur relève soit d’une intention frauduleuse, soit d’une faute de gestion grave et manifeste.

 

 

Pour aller plus loin, retrouvez nos autres articles consacrés au licenciement pour motif économique :

- Une baisse de commande est-elle suffisante pour justifier un licenciement pour motif économique ?

- Précisions sur le motif économique de licenciement

 

 

Toute l’équipe du cabinet Grelin & Associés est à votre écoute pour vos problématiques liées au droit du travail.

 

 

GRELIN & ASSOCIÉS

248, Boulevard Raspail 75014 Paris

Tél : 01 42 18 11 11                 

contact@ig-avocat.fr

 

 

Mots clefs :

avocat ; droit ; droit du travail ; licenciement ; motif économique ; responsabilité de l’employeur ; difficultés économiques ; sauvegarde de la compétitivité ; cessation d’activité ; contestation ; justification ; faute intentionnelle ; fraude ; choix de gestion préjudiciable ; organisation de l’insolvabilité ; jurisprudence ; Cour de cassation ; faute de l’employeur ; légèreté blâmable ; situation économique ; groupe de sociétés ; société mère ; immixtion du juge ; erreur de gestion.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de GRELIN & ASSOCIES

Le cabinet GRELIN & ASSOCIES développe une activité de conseil et de contentieux auprès des particuliers et des entreprises dans tous les domaines du droit (droit du travail, des baux, de la famille, commercial, civil, construction, etc). 

Isabelle GRELIN, associée du cabinet, est titulaire de la mention de spécialisation en droit du travail.

Virginie COLIN, associée du cabinet, a une activité dominante en droit civil, droit de la famille et droit des baux. 

Tél : 01.42.18.11.11

Mail : contact@ig-avocat.fr

Site : https://www.grelin-associes.fr/ 

Informations

GRELIN & ASSOCIES

Avocats à la Cour

248, Boulevard Raspail - 75014 Paris

Accès Métro : Raspail (lignes 4 et 6)

Parking public devant le cabinet

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles